S comme Stand-up

Texte de Mélanie Almaleh

« Pour faire rire le public, il faut en avoir besoin. »[1]

Cet adage de l’humoriste Gad Elmaleh constitue l’un des fondements du stand-up. Développé aux États-Unis, ce genre comique implique que « le comique sur scène installe une interaction complice avec le public, en donnant l’impression qu’il s’agit plus d’une discussion improvisée et moins d’un texte récité à la virgule près – il passe ainsi d’un sujet à l’autre au risque de relier des histoires qui n’ont rien à voir les unes avec les autres »[2]. Or c’est précisément cette forme d’interaction participative qui a été mise à mal par la crise sanitaire et des mesures gouvernementales telles que confinement et fermeture des lieux culturels. Comme Sophie Quirk a pu l’écrire, « Le stand up n’est pas un monologue, mais une conversation »[3]. Une question s’impose alors à nous et surtout au monde du spectacle vivant : est-il possible de maintenir cette conversation quand les salles sont interdites au public et, si c’est le cas, sous quelles formes ? Une chose est certaine : « Il n’est sans doute pas de discipline artistique moins adaptée aux nouvelles règles de distanciation sociale et de gestes barrière que cet art scénique, pratiqué dans de toutes petites salles congestionnées et sans fenêtres, souvent des caves, devant des spectateurs entassés les uns contre les autres, qu’il s’agit de faire rire bouche grande ouverte pendant une heure. L’adage n’a jamais été aussi actuel : le rire est contagieux. Pourra-t-il ne pas l’être ? »[4] Dans ces conditions, comment s’adapter ?

Captations et streaming live

Face à la pandémie, la première réaction a été de mettre les spectacles qui avaient été filmés à disposition du plus grand nombre (gratuitement ou pas) sur des plateformes d’hébergement de vidéos comme YouTube. Les articles listant les meilleures performances disponibles se sont alors multipliés[5]. Dans le même ordre d’idées, nous pouvons citer le Montreux Comedy Festival qui, chaque semaine, dévoile un nouveau sketch sur sa chaine YouTube, ou bien la plateforme initiée par l’humoriste Haroun avant la crise sanitaire, « Pasquinade », qui s’est avérée providentielle en ce qu’elle propose un large choix de vidéos d’artistes et permet de mettre en lumière de nouveaux humoristes. Ces captations ne permettent toutefois pas de préserver l’interaction indispensable au stand-up. Sur nos écrans, nous ne sommes plus que de lointains spectateurs : nos rires n’apportent rien à la performance.

La « reconversion online » cherche à remédier à ce manque. C’est notamment ce qu’a envisagé le Barbès Comedy Club, qui samedi 2 mai et dimanche 3 mai 2020, grâce à un dispositif live inédit en coopération avec le studio Blonde Production, a tenté de « reconstituer sur Internet l’ambiance d’un plateau, avec plusieurs comiques présentés à la suite. Sur l’écran, un maître de cérémonie et un artiste en grand, ainsi qu’un public disséminé dans une mosaïque de petites cases »[6]. L’idée est bien de maintenir une interaction entre le public et les humoristes : si les micros sont restés fermés pour ne pas interférer avec la prestation des artistes, une cinquantaine des membres du public était bien visible à l’écran, et il était possible de voir leurs réactions en direct.

L’Apollo Théâtre, à Paris, a procédé de même en mettant en place un dispositif de streaming live[7]. Oth et Kal ont joué devant un public de plus de 200 personnes le 25 avril 2020. Vingt d’entre elles, webcam allumée, voyaient leur visage sur des écrans installés sur scène, derrière les humoristes et devant ces derniers, sur les sièges initialement destinés au public de salle.

Spectacle en streaming live de L’Apollo Théâtre
Bande-annonce mise en ligne le 29 avril 2020 sur la chaîne YouTube du théâtre

Cette expérience a permis aux humoristes de faire à nouveau rire, d’emporter la salle grâce au partage d’énergie caractéristique du stand-up. Pourtant, malgré la bonne volonté des participants, l’expérience n’est pas totalement concluante selon Shirley Souagnon, fondatrice du Barbès Comedy Club : « Ça a marché là, et dans un état d’esprit un peu particulier de solidarité, mais ce n’est évidemment pas un fonctionnement durablement viable. »[8] Il s’agit avant tout de garder contact avec le public, et cette expérience originale relève surtout du « coup de com’ » bienvenu en cette période difficile.

Stand-up clandestin

Retourner sur les planches, non virtuellement, mais face à un véritable public, constitue un tout autre choix et implique de prendre le parti de la clandestinité. Ainsi, sous réserve de présenter un test antigénique négatif de moins de vingt-quatre heures, il a été possible de profiter d’un spectacle organisé secrètement dans un appartement du XIXe arrondissement de Paris. « Pour éviter que cela ne s’ébruite, [les spectateurs] ont tous été conviés directement et secrètement par les cinq jeunes humoristes »[9] via les réseaux sociaux. Il ne s’agit pas de nier la crise sanitaire, mais de montrer que l’accès à la culture est possible malgré l’épidémie. Ici, pas d’écrans interposés ni de micros fermés. Le stand-up s’accomplit « par le rire, dans une interaction palpable et sonore avec un public »[10]. Un antidépresseur pour les humoristes, qui peuvent enfin tester les blagues qu’ils ont pu écrire pendant le confinement, mais aussi pour le public qui s’annonce comblé avant même d’avoir pu assister à la représentation, comme en témoigne une spectatrice : « Voir jouer des gens, ça me manque de fou ! Et ça fait plaisir aussi de voir que la culture, ce n’est pas fini. Je ne sais pas ce qu’ils vont faire. Je ne sais pas la qualité, mais juste voir des gens qui sont sur scène, on se sent vivant, quoi ! Que ce soit de recevoir ou de donner, on a besoin de contact humain, face à face. Une salle qui rigole ensemble, c’est beaucoup plus fort que de rigoler tout seul derrière son écran, dans son lit. Les corps humains échangent entre eux et ça, il ne faut pas le perdre ! »[11]

Qu’il s’agisse du streaming live ou des stand-up clandestins, des spectacles préservant l’interaction entre l’humoriste et son public ont donc pu avoir bel et bien lieu. Pour autant, tous semblent avoir nécessité, à plus ou moins grande échelle, une organisation impliquant soit un groupe d’humoristes soit un humoriste et une équipe de production. Qu’en est-il des artistes qui ont souhaité agir seuls ?

Stand-up de salon

Sur YouTube, les humoristes rivalisent d’inventivité. Vérino, dont le travail, pour reprendre ses mots, consiste à « faire des spectacles devant des gens ou des vidéos [qu’il] tourne pendant des spectacles devant des gens »[12] s’est vu contraint de faire preuve d’imagination.

Captures d’écran des rendez-vous hebdomadaires sur YouTube de Vérino avant le confinement et après le confinement

Si l’humoriste avait tout d’abord tenté de continuer ses vidéos retraçant l’actualité de la semaine dans une salle vide, c’est finalement depuis chez lui qu’il a poursuivi cette entreprise en donnant rendez-vous aux internautes tous les samedis à 11h pour du « Stand Up de Salon ». La lumière est tamisée et la mise en scène, intimiste. Elle évoque toutefois une scène de stand-up conventionnelle puisque l’humoriste apparaît debout, un pied de micro à ses côtés. Le public de salle fait place à un public virtuel. Une chose reste certaine : dans nos salons, les rires sont là.

Stand-up de Salon #1 – 13 février 2021

L’appart du couple brisé

Bien loin des planches de stand-up auxquelles il·elles sont habitué·es, Hakim Jemili et Fadily Camara ont mis en place une télé-réalité parodique appelée « L’appart du couple brisé ». Plusieurs épisodes mettant en scène un couple de candidats confiné dans un appartement à Paris sont disponibles sur YouTube. Entre histoires de cœur et scènes de ménage, tous les codes du genre télévisuel sont repris, décalés et tournés en dérision, pour le plus grand plaisir de la communauté qu’ils ont pu construire sur les réseaux sociaux. Cette parodie des comportements des candidats que nous pouvons voir à la télévision, nécessite, comme lors de la préparation d’un véritable spectacle de stand-up, de faire preuve d’un certain recul sur notre quotidien pour pouvoir rire de ce dernier.

Hakim & Fadily, L’appart du couple brisé
Teaser mis en ligne le 20 mars 2020 sur la chaîne YouTube de Hakim & Fadily

Journal B

« Journal B » prend également la forme d’un rendez-vous hebdomadaire et se donne comme un magazine de société présenté par Tania Dutel et imaginé par Shirley Souagnon, fondatrice du Barbès Comedy Club[13]. Comme dans le stand-up de salon de Vérino, les informations de la semaine sont à l’honneur ou plutôt ce qui est appelé « la face B de l’info ». Cette fois, c’est face à un petit public masqué que l’humoriste se produit, mais pour garder l’illusion d’un plateau de télévision, l’interaction avec ce dernier n’est pas de mise.

Happy Hour lives

Paul Taylor, lui aussi, se réinvente. L’humoriste qui s’était fait connaître pour son spectacle bilingue #Franglais nous propose un rendez-vous quotidien. Une telle initiative n’est pas nouvelle pour cet artiste qui, lors du premier confinement, avait déjà organisé des apéros humoristiques sous le titre « Le Franglais Live At Five », puis proposé des cours d’anglais pour apprendre des insultes propres à sa langue maternelle. Or, depuis le 11 janvier 2021, tous les lundis à 20h, il nous donne à nouveau rendez-vous autour d’une bière (à l’anglaise), et laisse le choix à ses internautes pour les sujets qui seront à l’honneur lors du direct. Une petite variante est cependant de mise pour les « Happy Hour lives » : dans ce cas, il n’est plus seul pour présenter ses vidéos, mais accompagné d’invités tels que Sebastian Marx, humoriste américain qui, comme lui, s’est expatrié à Paris.

« Welcome to the new channel! »
Mise en ligne le 7 janvier 2021 sur la chaîne YouTube Paul Taylor’s Happy Hour Live

On voit combien il est difficile pour les habitués du stand-up de faire des vidéos sans s’éloigner des principes de leur discipline. Si le direct permet de maintenir l’immédiateté propre aux représentations habituelles d’avant le confinement, la communication avec le public, elle, reste toujours limitée. Les réseaux sociaux favoriseraient-ils une telle communication ? De fait, YouTube n’est pas la seule plateforme numérique utilisée par les artistes et les réseaux sociaux, et Instagram en premier lieu, sont devenus des outils indispensables.

Parodie de la vie quotidienne sur Instagram

Tristan Lopin et Rosa Bursztein se réinventent en proposant des vidéos basées sur la vie quotidienne. Sur leurs comptes Instagram, l’humour d’observation, au cœur du comique propre au stand-up, est de mise. Force est de constater qu’en cette période de crise sanitaire, les sources d’inspiration ne manquent pas, qu’il s’agisse des comportements de Français·es confronté·es à l’épidémie (voir les conjectures épidémiques d’un médecin improvisé sur le compte de Tristan Lopin) et de l’exaspération, en temps de crise, de certaines mauvaises habitudes (voir la vidéo de Rosa Bursztein sur « le mansplaining à l’heure du corona »). Dans le même esprit, Morgane Cadignan débute une série IGTV intitulée « ConfCall ». Il s’agit également d’une parodie, mais ciblée sur les échanges téléphoniques qu’elle a pu avoir avec son entourage pendant le confinement, le téléphone constituant l’un des moyens de communication sur lesquels nous avons tous dû nous rabattre pendant cette(ces) période(s) difficile(s) sur le plan social (voir sa Confcall#1).

Ancrant lui aussi son humour dans notre quotidien, Roman Frayssinet a eu l’idée d’une websérie IGTV (Instagram TV) sur le confinement. Chaque soir, il publie un nouvel épisode de « Minuit » dans lequel il se filme en plan fixe, alors qu’il est dans un lit avec deux amis québécois, Oussama Fares et Anas Hassouna. Pendant deux minutes, ils bavardent, philosophent sur des sujets variés, parfois relatifs au confinement mais pas nécessairement, et se taquinent dans une ambiance bon enfant. L’humoriste explique : « On est parti de la réalité. On a tellement dormi par terre dans des salons : c’est là que venaient les meilleures blagues. […] On veut que ce soit comme une pommade pour les gens. »[14] Un remède apaisant, bienvenu pour contrecarrer par le rire l’atmosphère pesante de la crise sanitaire (voir l’épisode 1).

Pierre-Emmanuel Barré s’est lui aussi trouvé très inspiré par la crise sanitaire et a proposé un journal de confinement (voir l’épisode 1). De même, Ary Abittan et Monsieur Poulpe initient des rendez-vous quotidiens, si ce n’est que ces derniers ont lieu lors d’un « live » (voir l’annonce du premier apéro « On s’fait ièch show » postée sur le compte Instagram d’Ary Abittan le 22 mars 2020 et l’épisode 1 de #Restezchezpoulpe posté le 17 mars 2020). De ce fait, le caractère immédiat du stand-up est conservé et les spectateur·rices peuvent réagir en direct dans les commentaires. Monsieur Poulpe nous convie à #Restezchezpoulpe pour une émission à distance : « Moi je ne sais pas faire grand-chose dans la vie à part divertir, je vous propose donc cet objet débile, histoire que, pendant 1H, il y ait au moins un truc golri dans la journée. »[15] L’humoriste n’est pas seul à « faire le show ». Il reçoit, lors de ses live, des invités tels que la chanteuse Suzanne, le journaliste Antoine de Caunes ou encore la YouTubeuse Marion Seclin, comme peut le faire Paul Taylor sur YouTube[16]. Le live d’Ary Abittan, lui, est un apéro participatif quotidien, organisé à 19h.

***

Nous pouvons donc conclure qu’il est possible de faire survivre le stand-up malgré les conditions de vie imposées par le confinement ou la fermeture des lieux culturels. Les innovations imaginées pour continuer à faire rire ne manquent pas. En revanche, ces dernières ne permettent pas toutes de maintenir sous sa forme immédiate l’interaction entre le standuper et son public, qui constitue le cœur de cet art comique. Un chose est sûre : faute de pouvoir assister à un véritable spectacle en toute légalité, les nouvelles formes de divertissement n’ont pas manqué pour occuper notre temps. Le rire, à défaut d’être contagieux, agit sur nous « comme une pommade » pour reprendre les termes de Roman Frayssinet. Il nous permet d’oublier la situation de crise dans laquelle nous nous trouvons ou, du moins, de trouver la force d’en plaisanter. Plus que jamais, nous avons besoin de rire, et l’humour, même s’il ne nous permet pas de nous retrouver physiquement, nous rassemble imaginairement, et agit comme un vent d’air frais dans nos maisons et nos appartements confinés.


NOTES

[1] « Gad Elmaleh, “Pour faire rire le public, il faut en avoir besoin” », Le Monde, 30 octobre 2014.

[2] Laurent Béru, « Des codes pour rire. Le cas de l’émission télévisée Jamel Comedy Club », Communication & langages, n° 159, 2009/1, p. 43‑55.

[3] Sophie Quirk, Why Stand-up Matters: How Comedians Manipulate and Influence, London, Bloomsbury, 2015, p. 13.

[4] Théo Ribeton, « Le stand-up a un genou à terre, mais veut se relever », Les Inrocks, 15 mai 2020, mis à jour le 17 mars 2021.

[5] Parmi les captations régulièrement citées, mentionnons Pulsions de Kyan Khojandi, #Franglais de Paul Taylor, Killing Joke de Dédo, Je t’aime de David Azencot ou Inflammable de David Azencot.

[6] Grégory Plouviez, « Confinement : du stand-up en live sur Internet ce week-end », Le Parisien, 2 mai 2020.

[7] Voir, par exemple, le reportage « L’Apollo Théâtre propose des spectacles en live streaming », TFI Info, 16 mai 2020.

[8] Théo Ribeton, « Le stand-up a un genou à terre, mais veut se relever »,art. cité.

[9] Benoît Grossin, « Spectacle vivant : des stand-ups clandestins “mais raisonnables” face à la pandémie », France Culture, 5 avril 2021.

[10] Ibid.

[11] Ibid.

[12] Vérino, « Confinement // Mon spectacle depuis toncanapé », chaîne YouTube de Vérino, 21 mars 2020.

[13] « Shirley Souagnon : “Avec la pandémie, la manière de faire de l’humour va forcément être différente” », entretien réalisé par Rossana Di Vincenzo, Télérama, 13 mai 2021.

[14] Grégory Plouviez, « “Minuit”, la websérie décalée de Roman Frayssinet, confiné à Montréal », Le Parisien, 22 avril 2020.

[15] Voir l’annonce de l’émission sur le compte Instagram de Monsieur Poulpe, post du 15 mars 2020 : https://www.instagram.com/p/B9xD-maKqrq/

[16] Lucile Meunier, « Stand-up à la maison : top 5 des humoristes qui se réinventent avec le confinement », Usbek & Rica, 26 mars 2020.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (31 janvier 2022). S comme Stand-up. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qql8


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search