Entretien avec Marc Lainé

Propos recueillis par Maxime Gros le 1er avril 2022

Auteur et metteur en scène, Marc Lainé est devenu directeur de la Comédie de Valence – Centre Dramatique National Drôme Ardèche – en janvier 2020, à la veille de la crise planétaire majeure qu’allait engendrer la pandémie de covid-19. Son équipe et lui ont aussitôt proposé dispositifs et petites formes pour garder un lien avec le public malgré la fermeture du théâtre. Dans le même temps, Marc Lainé n’a cessé d’écrire et de mettre en scène avec l’espoir de retrouver le public rapidement. En 2020, il écrit et met en scène Nosztalgia Express, en sachant que la pièce ne pourra pas se jouer avant un an[1]. Il construit également un décor – la cabine d’un wagon de train des années 1960 – pour un court-métrage destiné à être diffusé juste avant le début de la pièce. Lorsque la fermeture des lieux de culture est imposée une nouvelle fois en novembre 2020, il regarde ce décor et décide d’écrire un spectacle pour lui : ce sera Nos Paysages mineurs, pièce née directement du confinement[2]. Le compartiment du train est le point de départ de cette pièce qui retrace la vie d’un couple à travers ses différents voyages en train. Dans ce spectacle, Marc Lainé fait usage de la vidéo pour filmer alternativement l’intérieur du compartiment où se trouve le couple et un train électrique qui traverse une maquette évoquant les paysages de la France périphérique. Accompagné par un violoncelliste présent sur scène, le duo est confiné dans sa cabine tout en nous faisant voyager dans l’espace et dans le temps.

Comment avez-vous vécu la pandémie en 2020 et 2021 ?

Peut-être qu’il ne faudrait pas le dire, mais cette crise m’a permis de développer des capacités d’adaptation, trésors insoupçonnés. Le covid et sa réponse, le confinement, je les ai vécus à titre très personnel avec une grande étrangeté. Je n’avais jamais été directeur de théâtre, et en janvier 2020 j’ai pris la direction de la Comédie de Valence. J’ai ressenti une grande étrangeté de prendre mes fonctions pendant la crise. C’étaient deux inédits, le premier pour moi, diriger une institution, puis le second que j’ai partagé avec beaucoup d’artistes, découvrir comment travailler et créer pendant la crise. J’ai appris mon métier avec la pandémie.

Est-ce que se réfugier dans la création était une évidence ?

En tant qu’artiste, j’ai eu un sursaut très inventif. Dit comme cela, ça semble prétentieux, mais au fond j’ai ressenti une urgence à faire découvrir mes projets, et ma vision du théâtre. Nosztalgia Express devait être mon premier projet pour le public de Valence. Il n’a pas pu être présenté comme prévu, mais il a induit la création d’un autre spectacle : Nos Paysages mineurs. Nosztalgia Express s’ouvre par un court-métrage. Nous devions tourner ce court-métrage en décor naturel à la Cité du Train. Or le confinement est arrivé, cela n’a pas été possible, puis, lorsque le premier confinement a pris fin nous n’avions plus l’autorisation. Nous avons alors conçu un décor en studio en novembre 2020. Nous avions en tête de jouer Nosztalgia Express en janvier 2021 devant une jauge réduite, mais cela n’a pas été possible à cause de la fermeture des lieux culturels. Les spectacles ont été à nouveau arrêtés. J’étais donc face à ce décor qui venait d’être créé, mélancolique. Nous avions construit ce dispositif à cause de la crise, ne pouvant pas aller filmer dans la Cité du Train. Je me suis dit qu’il fallait créer une nouvelle pièce à partir de ce wagon désormais inutile, en décembre 2020. Six mois plus tard, nous jouions Nos Paysages mineurs, dont le décor était cette cabine de train.

Votre pièce Nos Paysages mineurs a-t-elle été pensée et mise en scène pour être covid-compatible ?

Le compartiment reconstitué du wagon de Nos Paysages mineurs permettait une proximité entre les acteurs, et pourtant il les isolait, rendant la mise en scène covid-compatible, du moins pour le public, séparé des comédiens par les parois en verre de la cabine. Nos Paysages mineurs, c’est uniquement quatre personnes sur scène, un comédien, une comédienne, un musicien et un technicien vidéo. C’est une pièce jouée et filmée en direct chaque soir. Dans mes pièces, il y a beaucoup de musique, d’ailleurs elles sont souvent classées dans les comédies musicales, mais c’est parce que, pour moi, l’art de la mise en scène est musical. Les musiciens prennent en charge une partie de la mise en scène. Je me rends compte que, d’habitude, je mets les musiciens au centre du plateau et de la mise en scène. Or, dans Nos Paysages mineurs, le musicien était très isolé. Chacune des quatre personnes sur scène était dans sa case, inconsciemment et sûrement à cause du covid, j’ai réduit les déplacements, l’ampleur, pour entrer davantage dans l’intime, en compartimentant.

Nos Paysages mineurs
© Simon Gosselin

Dans ma manière de diriger les acteurs, il y avait une inquiétude, une fébrilité, une urgence induites directement par la crise. Il fallait avancer, j’avais peur qu’on soit touchés, qu’on n’aille pas au bout. Pour la première fois, j’ai accepté que des acteurs jouent texte en mains au début des répétitions. On a vécu avec l’angoisse d’arrêter la répétition à cause d’un cas positif. J’avais envie de voir la pièce, de l’entendre dans sa globalité très vite, le plus vite possible. C’est un effet pervers mais pas forcément négatif de la pandémie, une nécessité de survie artistique du projet a émané.

La pièce s’est parfaitement intégrée à la Comédie itinérante, dispositif de décentralisation du théâtre mis en place depuis vingt ans avec le CDN de Valence[3]. Historiquement, le CDN de Valence a été fondé sur ce travail dans les villages de Drôme et d’Ardèche, dans le but d’irriguer le territoire de propositions artistiques. Chaque année, c’est une soixantaine de villages qui se mobilise aujourd’hui encore. Cet élan artistique est unique en son genre. On arrive le matin dans une salle des fêtes, on monte le décor, les lumières, on s’adapte, et on joue le soir. On propose quelque chose de qualité, le CDN défend un théâtre exigeant dans tous ses aspects, notamment avec la Comédie itinérante.

Après avoir été coupé des spectateurs, cette itinérance était cohérente. Le train, c’était déjà l’idée du voyage, de la circulation, et le wagon, cet enfermement comme lors du confinement. Mes envies se sont concrétisées en propositions artistiques circonstancielles. Elles ont émergé de façon universelle, décrivant à la fois la situation et le besoin d’ailleurs. Au début, le changement d’époque, c’était juste pour coller à la cabine rétro du train, mais finalement, ça permettait à l’imaginaire de quitter le confinement, les masques. En fait, ça correspond à mon parcours intime, mon besoin qui a longtemps été d’échapper à l’époque contemporaine, au territoire français aussi. J’ai commencé cette introspection seul avec moi-même durant la pandémie.

Quelles sensations avez-vous éprouvées en répétant puis en retrouvant le public avec Nosztalgia Express ?

Nosztalgia Express a été écrit en avril 2020 et créé en janvier 2021 à Rouen, alors que les lieux de culture étaient fermés depuis novembre sans date de réouverture. C’était un spectacle sans spectateur, créé avec urgence et grande rigueur. Il nous fallait un spectacle solide et maîtrisé par tout le monde, sur le plateau et à la technique, parce que nous savions qu’il serait mis sous cloche et à reprendre sur de prochaines programmations, dans six mois au mieux, sinon un an ou deux. Sans public, le spectacle durait deux heures quarante-cinq, puis les premières fois où nous avons enfin pu le jouer, il a duré deux heures cinquante-cinq, soit dix minutes de plus, parce que les acteurs savouraient les réactions dans la salle, prenaient le temps d’écouter les rires. La durée s’est allongée avec le public, il a fallu s’ajuster à la coprésence. Désormais, on a retrouvé le temps initial, on a même gagné en dynamisme avec deux heures quarante de représentation. Nous avons véritablement vécu un temps de retrouvailles avec le public.

Vous n’aviez pas peur que Nos Paysages mineurs et Nosztalgia Express ne voient pas le jour avec la crise ? Pas peur non plus d’avoir à reprogrammer toute une saison et de modifier la suivante ?

Nos Paysages mineurs est une proposition théâtrale née dans et des aléas du covid, née des contraintes liées à la pandémie. D’ailleurs, ce n’est pas fini. Le drame contingent à la crise, on le vit maintenant. Il y a une surproduction de pièces, on doit jouer ce qui a été décalé. Le moment douloureux est là. La diffusion de toutes ces œuvres est difficile. C’est brutal pour les compagnies ainsi que pour le CDN qui doit se tenir à sa politique de diffusion. Notre capacité de diffusion est particulièrement impactée. Un CDN ne fait pas de bénéfices, tout l’argent gagné doit être réinjecté. Cette politique est aussi celle d’un soutien total aux artistes, en étant coproducteur ou producteur délégué. Toutefois, en conséquence des fermetures et reports, nous avons été brutalement touchés par la surproduction. C’est pourquoi aujourd’hui, nous avons trop d’offres et pas assez de demande. Cela crée une libéralisation des rapports. Le CDN a veillé à ce que des engagements soient pris. Il fallait préserver l’écosystème culturel. La majorité des théâtres n’a plus actuellement le taux de remplissage d’avant la crise. Certains théâtres ont annulé les représentations des pièces que nous coproduisions faute de spectateurs. Ils n’arrivent plus à remplir. Les rapports sont modifiés également, une sauvagerie se met en place. Ces théâtres ne remboursent même pas ce qu’ils doivent aux compagnies et producteurs dont ils annulent les représentations, en utilisant le prétexte du covid, alors que, très souvent, ce n’est pas le problème. La crise a changé les comportements. Les habitudes ont été bouleversées.

On laisse entendre que les spectateurs auraient envie d’avoir des paillettes dans les yeux, de rire, mais je dirais que c’est plus aléatoire et mystérieux. La cristallisation du désir du public est aléatoire et volatile. Notre responsabilité en tant que programmateur est de créer un échantillonnage des créations contemporaines. Cela ne veut pas dire qu’on ne se divertit pas, mais cela signifie qu’il ne faut pas  programmer que des comédies sous prétexte que les salles seraient davantage remplies. Le théâtre doit faire écho aux crises ; nous avons à jouer un rôle cathartique. Je ne suis pas sûr pour autant que l’on veut voir le covid sur scène. Jusqu’à présent, je n’ai vu aucune création prendre en charge le port du masque. Au théâtre, c’est contradictoire de jouer masqué, plus exactement de cacher la bouche. Déjà, c’est compliqué pour des raisons techniques. On articule moins, on perd l’oralité. On a besoin de voir la bouche d’un acteur. Comme metteur en scène, je veux voir les visages.

La parenthèse covid est un phénomène fascinant. Ce sont deux années entourées d’un flou mémoriel. On ne sait plus ce qu’il s’est passé en 2020 ou 2021, on hésite, on a même des doutes sur les dates des confinements. Dans l’imaginaire, c’est une parenthèse. Ce n’est pas une guerre, c’est flou, intrinsèque à des événements qu’on ne maîtrise pas vraiment ; ça ne raconte rien, c’est du temps perdu.

En tant que directeur de la Comédie de Valence, comment avez-vous réagi pour rester en contact avec vos spectateurs pendant la pandémie ?

Pour ne pas perdre le contact avec le public, nous avons cherché à mettre en place une série de propositions artistiques singulières. Je ne voulais pas de captations ou de rediffusions. J’ai cherché des propositions participatives. Pour moi, l’important était de garder un lien réel avec le public. Je ne suis pas du tout pour la diffusion d’œuvres en ligne. L’idée était de faire vivre des expériences artistiques communes. Le théâtre, c’est la coprésence, et il fallait retrouver la fragilité de l’instant qu’il y a lors d’une représentation théâtrale. Avec le confinement en 2020, nous avons décidé de mettre en place le Théâtromaton[4], qui voyage partout en Drôme et en Ardèche depuis avril 2021. C’est un petit théâtre qui se déplace dans les hôpitaux et les EHPAD. C’est comme une cage de scène, un petit théâtre pour un seul spectateur, qui suit un atelier de théâtre avec un comédien en direct via un écran. Il nous fallait un espace ritualisé. Aller au théâtre, ce n’est pas se connecter à un ordinateur derrière son bureau pour regarder une vidéo enregistrée, c’est un cheminement ritualisé et le théâtre se définit par la coprésence. Pour moi, pas de représentation possible via un écran, c’est pour cela que ce sont des ateliers et non des représentations qui se déroulent dans le Théâtromaton.

Ce n’est pas le seul dispositif que nous avons mis en place. Avec le premier confinement, la Comédie de Valence a créé beaucoup. Notamment Notre Grande Évasion[5], un grand projet participatif, composé de plusieurs propositions très différentes, parmi lesquelles « L’échappée intérieure », une chaîne narrative co-construite comme un cadavre exquis où chaque participant décrit une étape d’un voyage imaginaire. Je peux aussi parler du « Carnet d’un voyage immobile », où chaque participant décrit un paysage où il rêve d’être actuellement, réel ou fictif, à un dessinateur qui, guidé par ses mots, dessine ce paysage idéal. Nous avons fait appel à des artistes pour animer le confinement, dessins, textes, danses, musiques, il fallait s’évader ensemble, avec des perspectives communes. Nous avons accompagné le public pour qu’il s’échappe de son quotidien.

Pourquoi, alors qu’il y a beaucoup de vidéos dans vos créations, ne pas avoir fait de diffusions de spectacles en ligne ?

Le théâtre, c’est la coprésence. C’est pourquoi il s’est complètement arrêté pendant le confinement. On ne fait pas de théâtre sans coprésence, les interactions sont nécessaires. Le théâtre implique la présence du spectateur. En tant qu’artiste, je sens le besoin de faire exister une communauté éphémère. C’est politique et vital. Il y a un lien social, politique et sensible entre le public et les artistes. Avec cette crise, peu de personnes se sont rendu compte que la première échappatoire était la lecture, plus que la vidéo. La lecture structure l’imaginaire et le rapport au monde. Écrire et jouer devant des gens, c’est un contrat, avec une part de responsabilité des deux côtés plus grande que dans la vidéo.

L’usage de la vidéo dans mon travail est brechtien, je dénonce son utilisation. Sur le plateau, je mets la caméra, je montre comment fabriquer un film en direct. Le regard du spectateur circule. L’écran est fascinant, on se laisse porter par lui, il happe le regard. L’écran magnifie le vivant. Mais dans mes mises en scène, il y a trois images : la scène, la vidéo et la troisième, c’est la synthèse des deux précédentes faite par le spectateur lui-même. Le spectateur est actif, je veux que son regard soit toujours inquiété. Ces vidéos sont, comme la pièce, des événements en direct, qui appartiennent au temps de la représentation.


NOTES

[1] Alors qu’il devait initialement être créé en janvier 2021, le spectacle Nosztalgia Express écrit et mis en scène par Marc Lainé est finalement créé le 20 octobre 2021 à la Comédie de Béthune. Pour en savoir plus sur le spectacle, voir le site de la Comédie de Valence : https://www.comediedevalence.com/saison_21-22/nosztalgia-express

[2] Écrit entre décembre 2020 et février 2021, Nos Paysages mineurs a été créé le 21 septembre 2021 à La Salle (Valaurie) en partenariat avec la Maison de La Tour et la Comédie de Valence. Cette salle fait partie des multiples scènes de Drôme et d’Ardèche associées au dispositif « La Comédie itinérante ». Pour en savoir plus sur le spectacle, voir le site de la Comédie de Valence : Nos paysages mineurs : https://www.comediedevalence.com/productions/nos-paysages-mineurs

[3] Pour en savoir plus sur la Comédie itinérante, voir sur le site de la Comédie de Valence : https://www.comediedevalence.com/la-comedie-itinerante

[4] Pour en savoir plus, voir sur le site de la Comédie de Valence : https://www.comediedevalence.com/theatromaton

[5] Pour en savoir plus, voir sur le site de la Comédie de Valence : https://www.comediedevalence.com/notre-grande-evasion

Image en couverture : Nos paysages mineurs
Texte et mise en scène de Marc Lainé
Création le 21 septembre 2021 à La Salle (Valaurie)
© Simon Gosselin


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (20 mai 2022). Entretien avec Marc Lainé. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqla


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search