T comme TikTok

Texte de Lucie Régnier 

« Le smartphone aujourd’hui n’est pas seulement un écran, c’est aussi un stylo-caméra qui donne la possibilité de s’exprimer et d’écrire au quotidien. »[1] Cette phrase de Laurence Allard, sociologue des usages numériques, résume bien l’utilité et l’importance des réseaux sociaux dans notre société actuelle. TikTok, petit nouveau de la grande bande des réseaux regroupant Instagram, Twitter, Facebook ou encore Snapchat, est aujourd’hui la plateforme la plus téléchargée dans le monde, avec plus de 800 millions d’utilisateurs actifs à ce jour.

TikTok, tout le monde en a entendu parler, sans forcément savoir exactement de quoi il s’agit. C’est une application pour mobiles originaire de Chine, un réseau social, spécialisé dans le partage de vidéos. La plateforme a été lancée pour le marché chinois sous le nom de « Douyin » en octobre 2016. À ses débuts, l’application n’a connu qu’un succès très limité en dehors de son pays d’origine, mais elle s’est exportée peu à peu. C’est avec la pandémie de covid-19 et le premier confinement qu’une large part de la population mondiale s’est véritablement intéressée à TikTok, qui a bientôt remporté un succès planétaire[2].

Le mode de fonctionnement de cette application est on ne peut plus simple : à mesure qu’on « scrolle » sur son téléphone, les vidéos s’enchaînent indéfiniment. On peut « liker » un contenu ou s’abonner à un « créateur » afin de retrouver plus facilement ses vidéos. La page principale est divisée en deux sections, la section « For you page », dont l’abréviation est FYP (ou « Pour toi » en français) et la section « Abonnements ». En plus de ces options élémentaires, on peut effectuer des recherches, communiquer par message, ou, bien sûr, créer soimême des vidéos.

L’efficacité de cette application tient à son algorithme qui réussit à capter les centres d’intérêt de chaque utilisateur, de façon presque glaçante. Selon les contenus sur lesquels on s’attarde et qu’on « like », TikTok parviendra très facilement à nous rediriger vers un contenu similaire. L’algorithme est en constante évolution et s’adapte en permanence à nos propres réactions. Selon l’utilisateur, la plateforme sera radicalement différente. Certains auront des vidéos d’animaux, d’autres, des tutoriels de dessins, des replays de match de football, des recettes de cuisine, ou encore des « pranks » de caméra cachée. Amateure ou professionnelle, la performance occupe évidemment une large place sur la plateforme, et les passionnés du spectacle vivant y ont trouvé un outil pour partager leur passion, expérimenter de nouvelles formes et se faire connaître.

***

Là où des réseaux tels qu’Instagram et YouTube paraissent intimidants car il semble très difficile aujourd’hui d’y obtenir la moindre visibilité, TikTok, grâce à sa nouveauté et ses formats courts, donne l’impression d’être accessible à tous et toutes et de permettre à chacun de s’exprimer, quel que soit le sujet, à travers des contenus qui peuvent être très simples dans leurs formes et qui sont souvent appréciés pour leur légèreté. À l’heure du premier confinement imposé dans de nombreux pays du monde du fait de la pandémie, l’application a pu devenir un véritable exutoire pour ses utilisateurs. C’est peut-être particulièrement vrai dans le domaine médical. Les soignants, en première ligne du combat contre le coronavirus, sont nombreux à avoir partagé, dans la bonne humeur, et à travers des danses et autres courtes performances de groupe, leur quotidien à l’hôpital, en pleine période de crise sanitaire.

Aujourd’hui les réseaux sociaux sont omniprésents, et on considère que 53% de la population mondiale est active sur les différentes plateformes. Il est donc essentiel de savoir développer sa visibilité en ligne, et certains comptes TikTok se servent justement de l’application dans ce but. En France, c’est le cas notamment de plusieurs théâtres et organisations culturelles. De fait, le domaine de la culture a sans doute été l’un des plus touchés, indirectement, par la pandémie, car, faute d’être jugés « essentiels », les lieux culturels ont dû fermer leurs portes pendant de nombreux mois. Pour garder une certaine visibilité, mais aussi attirer un public fréquentant peu les salles de spectacle, nombreux sont les lieux qui ont développé une stratégie de communication sur les réseaux sociaux, et en particulier TikTok[3]. Pourquoi TikTok ? À cause du développement exponentiel de l’application, téléchargée plus de deux millions de fois en à peine quelques années. Mais peut-être aussi parce que tout va très vite sur ce réseau, beaucoup plus vite que sur les autres. L’algorithme permet à chaque contenu de trouver son spectateur, et la visibilité des créateurs, ainsi que leur notoriété, peuvent très rapidement augmenter. Le format court est aussi sans doute un avantage. Les vidéos ne durant que quelques secondes, moins de risque de lasser les spectateurs, habitués à une certaine rapidité. De plus, les lieux de culture peuvent ainsi espérer attirer l’attention d’un public plutôt jeune. De récentes statistiques montrent en effet qu’environ 41% des utilisateurs de ce réseau ont entre 16 et 24 ans.

Dans le domaine du spectacle vivant, le Théâtre National de la Danse de Chaillot a cherché à innover, en publiant sur la plateforme, à partir de décembre 2020 (alors que tous les lieux culturels étaient fermés), de courtes vidéos de danse, sur un ton humoristique, puis de plus en plus éducatif. Le théâtre a pu ainsi partager des extraits d’œuvres chorégraphiques, comme celles de Carolyn Carlson ou de Jann Gallois, détournées afin de faire allusion au confinement et à l’aspect soi-disant « non-essentiel » de la culture, et en l’occurrence, de la danse.

Puis Chaillot a mis en ligne des extraits sous forme d’épisodes, autour des gestes de la danse, tels que la suspension, la chute ou le rebond.

@theatre_chaillot

« Quand tu fais un mouvement, tu le fais pour l’éternité »
Carolyn Carlson, la suspension.© “The Tree – Fragments of poetics on fire”

♬ son original – Théâtre national de la danse
@theatre_chaillot

“[Dans le saut], il y a un plaisir du dépassement de soi. C’est un moment hors du temps”. #josemontalvo

♬ son original – Théâtre national de la danse

Le Théâtre National de Chaillot s’est aussi distingué par l’utilisation des « live » TikTok. Il y a eu d’abord un live collectif le 15 décembre 2020 en partenariat avec d’autres importants lieux culturels français, comme le Musée du Quai Branly ou la Cinémathèque Française, intitulé « Live Museum » basé sur une visite virtuelle du bâtiment, et divers spectacles et challenges interactifs (sous le hashtag #CultureTikTok). Le théâtre a proposé un nouveau live en janvier 2021, autour du projet « Une minute de danse par jour » de Nadia Vadori-Gauthier[4]. Lorsque le théâtre a pu rouvrir ses portes, il n’a pas déserté l’application pour autant, mais s’en est régulièrement servi pour promouvoir événements et spectacles à venir[5]. Les vidéos de Chaillot ont attiré jusqu’à près de 132 000 spectateurs, et on peut imaginer que cette nouvelle visibilité acquise en ligne a dû aider le théâtre à rebondir lors de sa réouverture. Fanny Cohen, la secrétaire générale de Chaillot, explique que, pour le théâtre, TikTok est « un enjeu de communication et d’influence ». Selon elle, « l’enjeu est de toucher un public plus jeune et de transformer ce public virtuel en spectateur actif »[6].

Le Théâtre National de Nice (TNN) s’est lui aussi emparé du réseau à partir de mars 2021 et s’illustre régulièrement depuis dans des vidéos d’une vingtaine de secondes. Le théâtre y dévoile des extraits de spectacles mais aussi les répétitions, les coulisses, les costumes etc. De la même manière que Chaillot, le compte du TNN sert surtout à attirer un public jeune et à promouvoir le lieu et ses événements[7].

Si ces usages institutionnels impliquent des équipes entières, TikTok reste généralement l’application des solitaires. Quand le covid-19 a frappé le monde entier et forcé les gens à rester enfermés chez eux, une large part de la population mondiale s’est réfugiée sur TikTok. Cela se vérifie par les chiffres statistiques : l’application est devenue la plus téléchargée au monde dès le premier trimestre 2020. Professionnels du spectacle vivant ou performeurs amateurs, nombreux ont créé leurs comptes alors qu’ils étaient confinés, se sont posés seuls face à leur caméra et ont développé une certaine notoriété en partageant leur contenu.

Jaqueline/Jacquie Campos, sous le pseudonyme « @jaqofmosttrades »  a commencé, en janvier 2021, à partager des vidéos d’elle en train d’écrire. Elle se met en scène face à sa caméra, avec sa machine à écrire ou son ordinateur, des bougies et souvent un verre d’alcool ou deux (en vertu de l’adage – fallacieusement – prêté à Hemingway : « write drunk, edit sober »). Elle fait ainsi valoir une vision très romantique de l’écriture, et a commencé à susciter une certaine attention. En avril 2021, alors qu’aux États-Unis, le virus bat son plein, elle quitte son travail, part s’installer seule dans une maison au beau milieu de la nature, et se met à partager son quotidien, coupé du monde, et son univers, très bucolique.

Elle a finalement annoncé, en novembre 2021, qu’elle lançait sa première pièce, intitulée The Yawn of Wannado City, qui, grâce à sa communauté TikTok, eut un certain succès. Peu de temps après, en janvier 2022, elle lance un second opus nommé The Practice of Leaving. Le troisième et dernier volet de cette trilogie, d’ores et déjà annoncé et nommé The Unintended Obsolete, devrait voir le jour prochainement. Les performances que la dramaturge décrit elle-même comme des « expériences de théâtre digital » sont jouées en direct de son cottage, et retranscrites en live via un lien disponible après l’achat des billets. Le billet acheté comprend non seulement une « entrée » pour la performance, mais aussi un script en PDF et une vidéo d’instruction. Selon ses propres mots, sa pièce est un objet fait pour être manipulé, « joué avec ». Les pièces sont jouées pendant plusieurs jours consécutifs mais, tout comme une pièce de théâtre traditionnelle, ne sont plus disponibles en dehors des représentations prévues. Si aucun extrait de son travail n’a été rendu disponible sur TikTok, Jacquie Campos a vraiment utilisé l’application comme un espace pour promouvoir ses projets et attirer de potentiels spectateurs. Cela a d’ailleurs fonctionné puisque la dramaturge est à présent suivie par près de 150 000 personnes à travers le monde, et que la vente de ses billets lui a permis de vivre, pour le moment, de sa passion.

L’un des contenus TikTok qui a le plus à voir avec le spectacle vivant est sans doute ce qu’on appelle les « POV » (pour « Point Of View », littéralement « point de vue »). Ce sont des contenus très utilisés et appréciés de l’application qui consistent à se filmer soi-même en train de jouer un rôle. Les « TikTokers » utilisent ce format de différentes manières, pour engager une conversation ou un débat, pour réagir à une blague, ou encore, et c’est ce qui nous intéresse ici, pour jouer des scénarios. C’est le cas par exemple de Sam Erix ou plutôt « @snerixx » sur l’application, qui s’est lancée au tout début de la pandémie, en avril 2020, dans la création d’une multitude de POV, dont certains se sont transformés en séries, et en histoires très variées. Si la jeune femme ne se revendique pas comme actrice, il est certain que la profusion et la diversité des contenus qu’elle propose lui ont permis de connaître une véritable notoriété au sein de l’application puisque Sam atteint à présent les huit millions d’abonnés.

Mais si beaucoup, comme elle, s’improvisent acteurs sur TikTok, il y a de nombreux comédiens qui ont rejoint l’application pour partager leur passion du jeu. On peut prendre l’exemple de Su, plus connue sous son pseudonyme « @drag0nmistress » qui, depuis la création de son compte en août 2020, s’essaie à de nombreux rôles, parfois déjà existants, parfois issus de sa seule imagination. Sa biographie en présentation de son compte indique clairement qu’elle est une actrice de théâtre, et elle n’hésite pas à sortir de sa zone de confort pour interpréter des rôles variés ou pour faire de simples exercices consistant à interpréter diverses émotions et situations. La comédienne rassemble aujourd’hui près d’un million d’abonnés sur l’application, qui peut désormais lui servir de book numérique.

Le format des vidéos est forcément court, entre trois secondes et trois minutes. La brièveté des contenus représente une difficulté en même temps qu’un défi narratif pour les créateurs. Mais ce format court permet aussi de créer des séries, avec des épisodes qui se suivent, voire de véritables saisons. Cela permet de ménager du suspense à l’issue d’un épisode, mais aussi de laisser davantage de place au spectateur. Comme sur la plupart des réseaux sociaux, il existe sur TikTok une section « Commentaires », disponible sur chaque vidéo. Les épisodes étant créés et publiés au fur et à mesure, les spectateurs peuvent y réagir immédiatement. Certains créateurs vont ainsi privilégier cette interaction pour adapter leur contenu aux avis et suggestions du « public ». L’actrice Lauren Frances, connue sur la plateforme sous le pseudonyme @ohlaurenfrances, a ainsi proposé en janvier 2021 de faire la chronique de son quotidien lorsqu’elle travaillait comme vendeuse au sein d’une marque de vêtements et a joué son propre rôle ainsi que celui de sa « manager ». L’idée avait pour unique but de partager cette ancienne expérience professionnelle et d’en parler avec humour, mais sa vidéo a eu un certain succès et l’a poussée à en faire d’autres dans le même genre. Or, à partir de la sixième vidéo, le ton a évolué : de nouvelles intrigues et de nouveaux protagonistes sont apparus autour du personnage de la manager. Progressivement, Lauren Frances a développé tout un scénario de science-fiction. Le concept a tellement plu, que la comédienne continue à régulièrement publier et en est aujourd’hui à l’épisode 85 ! La « série » a désormais un titre, et se nomme Mystic District

Enfermés seuls chez eux quand la pandémie a commencé, de nombreux créateurs ont pu trouver en TikTok un moyen non seulement de se connecter aux autres, mais aussi de continuer à jouer, et à créer malgré tout. Beaucoup ont redoublé d’ingéniosité pour pallier le manque de partenaires de jeu, soit en inventant des « spectacles » pouvant être joués comme des monologues, soit en imaginant un partenaire « invisible » qui inclut ainsi le spectateur à la représentation (les fameux POV), soit, comme Lauren Frances, en interprétant eux-mêmes chacun de leurs personnages, grâce à différents costumes et maquillages. Ces acteurs réalisent alors une véritable prouesse de mise en scène et d’interprétation.

Nous retrouvons également sur TikTok une autre catégorie de créateurs pouvant se rapprocher du monde du spectacle vivant. Il s’agit des « cosplayers ». Le « cosplay » consiste à jouer le rôle d’un personnage de fiction, en imitant son apparence physique, à l’aide de costumes, maquillages, perruques… C’est un loisir originellement lié à l’univers des mangas et des animés japonais, mais il s’est peu à peu popularisé et développé. Sur TikTok, il existe une importante communauté de passionnés de cosplay, peuplée de créateurs qui se cachent sous les traits de personnages multiples aux apparences souvent extravagantes. C’est le cas par exemple de Madison Friar, dont le pseudonyme sur l’application est « @french_friar », jeune acteur·rice de théâtre qui, bien avant le début de la pandémie (dès mars 2019), a créé un compte de cosplay. Au fil des années, Madison s’est illustré·e dans un impressionnant nombre d’imitations de personnages tels que Spiderman, Daphné du film Scooby-Doo ou encore Winifred Sanderson du film Hocus Pocus. Iel a donc débuté dans le cosplay sur TikTok avant que l’épidémie ne frappe, mais ne s’est jamais arrêté·e de produire depuis la création de son compte, et le nombre de spectateurs qui se sont intéressés à son contenu a fortement augmenté depuis le début de la crise sanitaire.

Malgré la solitude à laquelle le coronavirus a réduit beaucoup de monde, et qui est presque inhérente au fonctionnement de TikTok (puisque l’immense majorité des vidéos inclut simplement un individu et son téléphone en guise de caméra), l’application a trouvé le moyen de relier les personnes malgré la distance, en lançant le format « Duet ». Cette fonctionnalité permet, comme son nom l’indique, de faire des duos, en réagissant à une autre vidéo et en filmant cette réaction. L’écran est alors partagé en deux parties, à la manière d’un split screen cinématographique, qui associe la vidéo originelle et la nouvelle. Il est possible d’utiliser ce format à l’infini, en interagissant avec une vidéo qui constitue déjà une réponse à une autre vidéo. L’écran se divise ainsi en autant de parties qu’il y a de contenus. Cela laisse la place à une infinité de nouvelles possibilités. Ainsi on a pu voir un univers de fantasy mis en scène par un créateur dont le pseudonyme est « @toohardthebard », représentant une taverne médiévale. Cette première vidéo a été reprise en duo à de multiples reprises, par des créateurs qui, chacun leur tour, ont enrichi l’univers originel, en y ajoutant un personnage fantastique, tel qu’une vampire, un faune ou encore un elfe. Petit à petit chacune des participations a contribué à créer à partir de cette simple mise en scène un univers riche et diversifié.

Le format « Duet » a aussi permis à des comédiens de lancer des dialogues à distance. Un créateur se filme en jouant un rôle, et laisse des temps de silence pour qu’une autre personne puisse interagir avec la vidéo en faisant un duo, en reprenant l’autre rôle et les parties du dialogue qui lui sont attribuées (et qui sont généralement écrites sur l’écran, à la manière de sous-titres). Il y a aussi des jeux d’improvisation qui ont vu le jour grâce à ce format.

Si l’image est probablement l’enjeu central de TikTok, le son n’en reste pas moins un élément essentiel à la création de contenus sur la plateforme. L’application a la particularité d’avoir créé la possibilité de séparer l’audio de la vidéo, et d’enregistrer une bande sonore, quelle qu’elle soit, pour la rendre disponible à tous. Autrement dit, n’importe qui peut utiliser le son d’une vidéo pour sa propre création. C’est un procédé très fréquemment utilisé sur TikTok pour reprendre des sons qui ont fait le « buzz » et créer un nouveau contenu décalé et humoristique à partir de cette bande sonore. Mais c’est aussi un procédé qui a pu être utilisé par des acteurs, pour reprendre des dialogues de films ou de pièces ou encore des chansons de célèbres comédies musicales de Broadway. C’est l’occasion pour les comédiens de s’essayer à un rôle qu’ils admirent, et de prendre la place, pour quelques minutes, de l’acteur ou actrice principale du film ou de la pièce. Ce fut notamment le cas pour la comédie musicale adaptée de Beetlejuice par Anthony King par exemple, dont les différents numéros musicaux ont rencontré un fort succès sur TikTok, avec d’innombrables reprises, comme « Say My Name » et « Girl Scout ». Ces reprises ont permis au spectacle de connaître un succès international et de populariser la musique et les chansons créées par Eddie Perfect à travers le monde entier.

***

Il existe sans doute presque autant de contenus différents sur la plateforme qu’il existe de créateurs, chacun ajoutant sa touche personnelle. Ainsi, même en s’intéressant plus particulièrement au monde du spectacle vivant et de la performance, il serait impossible de répertorier toutes les possibilités de contenus imaginables. Le monde du spectacle vivant s’est invité sur TikTok, avec des théâtres tels que Chaillot qui ont rejoint la plateforme quand ils ont été obligés de fermer leurs portes. Et l’application est elle-même devenue un refuge pour toutes sortes de passionnés amateurs ou professionnels de disciplines artistiques très variées. Certains se rapprochent des arts du cirque, du drag show ou du burlesque, d’autres se spécialisent dans les performances en costumes, certains inventent même des rôles sur mesure, et ne sortent jamais de leur personnage. TikTok est donc une application aux multiples facettes et aux nombreuses surprises, qui a permis à des millions de gens dans le monde entier de se connecter les uns aux autres et de partager à distance leur fantaisie ou leur art tandis que la pandémie nous a tous forcés à nous isoler. La plateforme s’est alors grandement développée, et les créateurs et comédiens ont pu y trouver leur place auprès de leur communauté autour d’une passion commune pour la performance et le jeu. TikTok a donc pu jouer un rôle très positif ces dernières années et constituer une incitation à la création et à l’imagination en même temps qu’une échappatoire libératrice. Mais aujourd’hui, alors que nous réapprenons bon gré, mal gré à vivre au quotidien avec un virus encore très présent, nous pouvons peut-être nous demander si l’application a encore toute son utilité et sa légitimité, ou si elle ne condamne pas ses créateurs et utilisateurs à vivre enfermés dans une bulle hors du temps. À l’heure où performances et représentations sont à nouveau possibles, peut-être est-il temps de laisser éclater la bulle.


NOTES

[1] Laurence Allard, citée dans Hakima Bounemoura, « Comment les plateformes comme TikTok ont modifié nos interactions sociales », 20 minutes, 6 décembre 2020.

[2] Voir Fabiola Dor, « Comment TikTok est devenu le grand gagnant de la crise du coronavirus », Les Échos, 12 juin 2020, mis à jour le 11 octobre 2021.

[3] Outre les salles de spectacle, de nombreux musées se sont emparés de TikTok pour dévoiler des installations artistiques et faire découvrir leur espace. À Florence, la Galerie des Offices a créé un compte fin avril 2020, en plein confinement, et a vu le nombre de jeunes visiteurs doubler durant l’été, en comparaison avec l’année précédente (voir Jean-Louis De La Vaissière, « Du Quai Branly au château de Versailles, quand les musées séduisent les jeunes sur TikTok », Citoyens.com, 15 janvier 2021, et « Le réseau TikTok a-t-il vraiment permis le doublement du nombre de jeunes visiteurs à la Galerie des Offices ? », Club Innovation et Culture France, 1er octobre 2020).

[4] Initié en janvier 2015, le projet #uneminutededanseparjour s’est intensifié pendant la pandémie et les confinements en s’ouvrant aux propositions de tout un chacun (sur Instagram et Facebook) et a fêté son sixième anniversaire à Chaillot en janvier 2021 (voir la danse 2192). Pour en savoir plus, voir le site « Une minute de danse par jour ».

[5] Dernièrement, c’est autour d’un nouveau concept de série, nommé « Bugging », que le théâtre s’est illustré. Le principe est de suivre un metteur en scène, Étienne Rochefort, qui filme, depuis le début, toutes les étapes de création de son spectacle lui-même intitulé Bugging. Il propose notamment aux spectateurs de la plateforme d’interagir à l’aide des commentaires. Dix épisodes sont sortis entre le 4 et le 11 avril 2022, et parcourent l’intégralité du processus de création.

[6] Fanny Cohen, citée dans Marion Jaumotte, « Les lieux culturels s’inscrivent sur TikTok et partent à la pêche aux nouvelles audiences », RTBF, 16 mars 2021.

[7] Ajoutons que les rapports entre TikTok et le théâtre se sont récemment approfondis puisque TikTok s’est invité sur la scène du Théâtre Mogador le 21 mars 2022 avec le spectacle Le Procès de TikTok, concours d’éloquence réunissant des professionnels de l’art oratoire dont plusieurs créateurs de contenus populaires sur la plateforme pour défendre ou accuser cette dernière. Pour en savoir plus : https://www.procestiktok.com/le-projet/.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (1 juin 2022). T comme TikTok. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqlc


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search