Le Théâtre de la Colline

Texte de Raffaelli Holguin et Philomène Troullier

Arrêté du 14 mars 2020, chapitre 1, article 1 : « Afin de ralentir la propagation du virus covid-19, les établissements relevant des catégories mentionnées à l’article GN1 de l’arrêté du 25 juin 1980 […] ne peuvent plus accueillir du public jusqu’au 15 avril 2020. »

La crise du covid-19 a nécessité des mesures inédites, y compris pour les théâtres contraints pour la première fois de leur histoire de fermer leurs portes. Quel impact cet événement a-t-il eu sur la pratique théâtrale ? Quelles stratégies ont-elles été mises en place pour affronter la situation ?

Zoom sur le Théâtre de la Colline (Paris, XXe) dirigé par Wajdi Mouawad.

Pendant le confinement, le Théâtre de la Colline a voulu se servir d’internet, non pour maintenir l’offre spectaculaire, mais plutôt pour participer à une sorte d’effort collectif. Un effort collectif pour faire face à la difficulté de la situation.

Dans ce contexte, les artistes ont été comparés par Wajdi Mouawad à des « poissons pilotes» en référence à ces poissons qui nagent autour des grands prédateurs comme les requins et qui les accompagnent où qu’ils aillent :

« Si, aujourd’hui, l’essentiel est que le service public des soins puisse aider tous ceux qui en ont besoin, si le plus important sont les hôpitaux, les médecins et les aides-soignants ; que peuvent et doivent faire les artistes ? Si la santé est aujourd’hui le grand requin blanc se battant contre la maladie, qui sont alors les petits poissons pilotes qui accompagnent les squales ? Nous sommes peut-être ces petits poissons pilotes… Comment la poésie peut-elle soigner ? Et comment peut-elle le faire lorsqu’il n’est plus possible de sortir de chez soi ? »[1]

L’ambition est donc de joindre les forces artistiques à la bataille pour continuer à respirer, dans un sens métaphorique il est vrai, mais sûrement tout aussi indispensable.

Voici les différentes initiatives artistiques mises en place : 

1) le journal de confinement tenu par Wajdi Mouawad en format audio et, parfois, en format vidéo (voir le premier épisode sur soundcloud) ;

2) la lecture, chaque jour, des Lettres persanes de Montesquieu par des dizaines d’artistes (voir, par exemple, la lecture de Yuriy Zavalnyouk) ;

3) « un dialogue imaginaire en 57 jours » : une série de courtes vidéos où plusieurs artistes lisent, face à leur caméra, des textes qui sont montés les uns aux autres de telle sorte qu’ils se répondent dans une sorte de cadavre exquis plus ou moins cohérent (voir le dialogue proposé en semaine 1) ;

4) « au creux de l’oreille » : des lectures de textes de poésie, de théâtre ou de littérature proposées par téléphone.

Le coin lecture d’Aurore Lévy. Page Facebook du Théâtre de la Colline. 29 avril 202

Le coin lecture de Marie-José Bastien. Page Facebook du Théâtre de la Colline. 29 avril 2020.

Le coin lecture d’Aurore Lévy. Page Facebook du Théâtre de la Colline. 29 avril 2020.

Quels impacts ? Quels effets ? Quels retours ?

Le journal de confinement a été suivi par plus de 300 000 personnes et s’est fait remarqué par plusieurs médias. Dans un entretien donné à RFI, Wajdi Mouawad dit que le discours public privilégie trop souvent l’indignation tandis que lui préfère une parole intime qui ouvre des horizons à la pensée[2]. Cette parole d’humain à humain constitue aussi une façon d’entrer en contact personnel avec des personnes autres que ses proches. Et cette pratique pose des questions sur notre rapport aux artistes, sur les moyens qu’ils emploient pour faire vivre leurs idées, pour partager leurs sensibilités. En effet, dans notre société et, plus que jamais, à l’heure du confinement, on peut se demander comment les artistes peuvent faire pour ne pas être relégués au rang de simples pourvoyeurs de loisirs « non-essentiels » et pour réaffirmer, voire redéfinir leur place. Qu’il s’agisse du journal de Wajdi Mouawad ou des lectures faites « au creux de l’oreille », il y a eu l’ambition de créer un véritable lien, dont témoignent tout à la fois les comédiens et celles et ceux qui les ont écoutés. Ainsi de cette élève de terminale du lycée Victor Hugo à Paris :

« Je donnais mon numéro de téléphone par mail et un jour, un comédien bénévole m’appela et me lut un texte, au creux de l’oreille. Qui l’eut cru ? Alors comme ça, le théâtre pouvait aussi se permettre de s’affranchir de cette dimension fondamentale de la présence ? Je ne voulais pas y croire et pourtant, moi et ce comédien, nous partagions un espace et un temps semblable et par dessus tout, nous étions profondément seuls l’un et l’autre. Cette initiative de La Colline résolvait toute la problématique de mon travail. De chez moi, j’étais protégée d’une expérience trop bouleversante tout en étant intimement sollicitée par le comédien lui-même. Je n’étais plus voyeuse mais écouteuse, attentive des moindres fêlures de sa voix. Les maladresses de son corps n’avaient aucune chance de trahir les intentions de l’auteur. Lui et moi n’étions que concentrés sur les mots, au plus proche de l’auteur et moi au plus proche du comédien. Quoi de plus intime qu’une voix ? Si l’on dit souvent que le corps parle beaucoup, on oublie souvent qu’il n’y a rien de plus parlant qu’une voix. »[3]

D’après les témoignages recueillis sur le site du Théâtre de la Colline, certains attendaient fébrilement le coup de téléphone pendant la journée et d’autres ont tant aimé la lecture qu’on leur a faite qu’ils ont voulu à leur tour partager les poèmes qu’ils avaient entendus en les lisant à voix haute à leurs camarades de classe.

Ainsi le Théâtre de La Colline a démontré la place essentielle des artistes de théâtre dans la société tout en la renouvelant. Une place en contact direct avec les autres, d’humain à humain, sans les intermédiaires habituels que sont la scène et la pièce écrite. Une place propice à l’intimité et au partage à l’heure de l’isolement et du contact sans contact. Une place dont nous continuons d’avoir plus que jamais besoin aujourd’hui.

Image en couverture : le coin lecture de Wajdi Mouawad, page Facebook de La Colline – Théâtre National, 28 avril 2020.


NOTES

[1] Wajdi Mouawad, « Les poissons pilotes de la Colline », 17 mars 2020.

[2] Wajdi Mouawad, invité culture de Muriel Maalouf,  « Le journal de confinement de Wajdi Mouawad, entre rêverie et réflexion », RFI, 2 avril 2020.

[3] Wajdi Mouawad, « Les poissons pilotes de la Colline », art. cité.

Image en couverture : le coin lecture de Wajdi Mouawad.
Page Facebook de La Colline – Théâtre National
28 avril 2020


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (12 janvier 2021). Le Théâtre de la Colline. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqkm


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search