Entretien avec Déborah Dozoul

Propos recueillis le 24 octobre 2023
Entretien réalisé et transcrit par Yuna Buet et Laura Pereira

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Déborah Dozoul, je suis comédienne et j’ai joué récemment dans Oasis Love de Sonia Chiambretto pour l’ouverture du Festival d’Automne à Théâtre Ouvert.

Quels types de formations as-tu faites (jeu, danse, chant…) ?

J’étais au Conservatoire de Rennes et ensuite j’ai fait l’EDT 91 (l’École Départementale de Théâtre d’Évry) : c’est donc un parcours assez classique dans un cursus public. Je n’ai pas fait d’école nationale et j’ai travaillé finalement assez rapidement. Je ne suis pas danseuse, j’ai fait de la danse quand j’étais plus jeune mais vraiment en amateur. Pareil pour le chant. Dans les cours de théâtre, on a souvent des cours de chant mais ça reste des cours de chant pour les comédiens.

Comment s’est passée la rencontre avec Sonia Chiambretto ?

Suuuuper mal !!! Non, je rigole ! (Rires.) La rencontre avec Sonia s’est passée assez naturellement : on s’est rencontrées en janvier 2019 lors d’un stage auquel j’avais candidaté pour un laboratoire de recherche lié à la pièce Îlots que Sonia avait écrite avec Yoann Thommerel[1] . Au départ, c’était juste un laboratoire de recherche autour du « questionnaire élémentaire » qu’ils ont écrit. On écrivait, on avait parfois des ateliers d’écriture, de jeu… On était beaucoup de comédiens, peut-être quinze avec Sonia et Yoann (qui est aussi son collaborateur artistique).

On a vraiment« crushé »avec Sonia : on a les mêmes origines et tellement de points communs… C’est presque comme si elle s’était reconnue en moi. On est hypocondriaques au dernier degré toutes les deux, on a les mêmes angoisses, on a une grande violence à un endroit qui ne se voit pas forcément… Il y a vraiment un socle partagé et on se découvre encore des points communs aujourd’hui.

On s’en est rendu compte pendant ce stage, elle s’est mise à me donner des textes en me disant qu’il fallait que je les joue et nous sommes restées toutes les deux en contact jusqu’à ce qu’elle me propose de la rejoindre sur Oasis Love. En fait, elle est très fidèle aux acteurs et actrices qu’elle rencontre et avec lesquels il se passe vraiment quelque chose. C’est pour ça qu’elle insiste beaucoup sur les rencontres qu’elle fait. C’est cette dimension humaine qui décide des artistes avec qui elle veut travailler : Sonia marche au coup de cœur ! Je la comprends ! Entre 2019 et 2022, elle n’a rien vu de moi artistiquement, mais elle s’est dit : « Je bosserai avec elle un jour. » Elle se l’est dit et elle l’a fait.

Tu parles d’origines communes : tu veux en parler un peu plus ?

En fait, on a toutes les deux des parents qui sont nés au Maghreb, et elle a aussi du sang breton, je crois, et moi, je suis née en Bretagne. Et puis on a la Sicile toutes les deux. Tu vois : c’est plein de trucs comme ça…

Tu as évoqué « une violence qui ne se voit pas » : pourrais-tu nous en dire plus, d’autant que Sonia Chiambretto insiste beaucoup elle-même sur l’importance de la violence dans son travail[2] ?

La colère de Sonia est extrêmement politique. Sa verve, sa manière de s’exprimer, son regard sur le monde… Elle est très en colère : on le perçoit dans – Tu me loves[3] ? et dans Polices [4] ! qui traitent des injonctions qui pèsent sur la jeunesse ou de la difficulté de cohabiter avec une police autoritaire. Elle est aussi militante, engagée et très sensible au monde qui l’entoure. On partage toutes les deux cette sensibilité : on est presque à vif quand on parle de choses qui nous révoltent, ou qui nous rendent hyper-tristes parce qu’on n’en comprend pas vraiment le sens.

Déborah Dozoul et Émile-Samory Fofana dans Oasis Love
Création à Théâtre Ouvert le 18 septembre 2023
© Christophe Raynaud de Lage

Comment avez-vous fait pour aborder les sujets de la pièce comme les violences policières ? Est-ce qu’il y a eu un moment de recherche ou des débats ?

Non, pas vraiment. Oasis Love est issu de la fusion entre deux textes principalement, – Tu me loves ? qui a déjà été publié par Sonia qui est poète avant d’être metteuse en scène et Polices !. Nous, en tant que comédiens, on n’a pas touché au texte qui est écrit à la virgule près. Ce texte, c’est de la musique, il n’y a pas de quotidienneté… Il existe indépendamment de l’acteur.

C’était elle qui vous dirigeait ou est-ce que vous avez pu expérimenter seuls sur les textes ?

Franchement, Sonia a une totale confiance en ses acteurs. Avec Yoann, elle s’occupe de tout ce qui touche la scénographie et la mise en scène, mais pour le reste, on gère tout ensemble et Sonia insiste pour qu’on travaille tous en même temps. Donc, toi, tu arrives, tu apprends le texte et tu ne vas pas travailler seule à seule avec Sonia, on l’a fait un peu mais pas beaucoup… Les réglages du son et de la lumière se font pendant qu’on joue : tout a lieu en même temps et les acteurs doivent donc être très autonomes. (Elle mime une scène de travail.)

SONIA. À Deborah. – Ouhlala, tu n’y es pas encore.
(Nils, le concepteur lumière fait des essais lumière.)
THIBAULT, le régisseur son. – Non mais attends, j’ai des trucs à faire sur le son.
(Léonard, le scénographe, débarque.)
SONIA. – Ouais, attendez… (À Deborah.) J’aimerais trop te voir dans cette lumière-là.
DÉBORAH. – Oui, mais on n’a même pas encore travaillé le texte.
SONIA. – Oui, mais mets-toi là.

Sur le jeu lui-même, Sonia écoute « à la note », c’est comme ça qu’elle sait si c’est juste, si son texte ressemble à l’oral à la manière dont elle l’a écrit. Ce qu’elle cherche, c’est un rythme particulier, ce n’est pas la justesse de l’incarnation, elle ne veut pas des acteurs qui composent des personnages. Elle cherche à ce qu’on mette la langue devant nous et que ce soit la langue qu’on entende avant de voir un acteur jouer. L’acteur doit se mettre au service de la langue. On a vraiment travaillé comme ça. Moi, je n’ai pas créé un personnage, j’ai vraiment « mâché » sa langue et c’est un travail qui est passionnant mais aussi très dur.

Sonia a eu de la chance d’avoir des acteurs très autonomes… On proposait des choses et elle disait parfois : « Non, ça, on n’y croit pas. » En fait, elle sait ce qu’elle veut entendre, mais elle ne sait pas comment. On peut la surprendre énormément. Elle laisse la liberté à chacun d’aborder à sa manière sa langue et on le fait tous différemment. Sur tous les protagonistes du spectacle, pas un ne joue de la même façon et la manière de dire le texte influe forcément sur ce que ça raconte. Sonia ne cherche pas à avoir six copies conformes d’interprètes, elle te dirige et, après, tu te débrouilles. Et c’est à toi, tous les jours, d’enrichir, de densifier, de faire grandir cette chose-là jusqu’à ce qu’elle soit vraiment satisfaite de ce qui se passe… Et, d’un coup, elle dira qu’elle le sent, parce qu’elle est ultra-brillante, et elle dira : « C’est ça. »

Les comédiens faisaient des propositions et avaient chacun leur façon propre d’aborder le texte : dirais-tu que c’était un travail collégial ?

Je ne dirais quand même pas ça. Sonia, Yoann et Pierre Itzkovitch qui est son assistant à la mise en scène ont une vision et des projections très claires sur ce qu’ils veulent. Où tu te situes en tant qu’acteur par rapport à ça ? Parfois, Sonia nous laissait la liberté de proposer : elle n’a pas de problèmes avec ça, on travaille vraiment comme une équipe. Elle va dire : « Mmm non, faites-moi confiance. Faites-le plutôt comme ci ou comme ça… » ou bien : « Ah oui, c’est super, cette proposition, on la garde ! » et, le lendemain : « Toutes vos propositions sont supers, mais ça m’a donné envie de changer les textes et leur ordre de succession ! » Du coup, ça créait un nouveau dispositif, on se remettait à travailler et c’est comme ça qu’on a construit le spectacle peu à peu.

Comment as-tu travaillé pour aborder ton texte, voire ton personnage ?

Il y a quelque chose d’important dans Oasis love, c’est qu’on est tous jeunes : les comédiens le sont et, dans la pièce, ils sont encore plus jeunes. Ce sont des ados, dans la première partie surtout, mais aussi dans la deuxième. Comme je l’ai dit, Sonia a fait un montage de plusieurs textes existants : il y a même un troisième texte extrait de Peines mineures[5] qui correspond au passage où je joue Dakota, la fille qui fait le rodéo dans la ville. Pour Peines mineures, Sonia a travaillé avec des jeunes filles en détention pour mineures et leur a demandé de raconter des histoires dont elle a fait des monologues sublimes. Et pour ce passage sur Dakota, Sonia demandait vraiment la jeunesse, la fougue. Comment tu fais quand tu dois être dans l’oralité de cette langue-là, la transmettre et, en même temps, travailler sur une intention de jeu, ou un état ? Cette jeunesse, c’est quelque chose qui m’a aidée pour fusionner ces deux choses-là : ta manière de mâcher le texte comme de la poésie est différente lorsque tu te dis que tu as vingt ans ou trente ans.

Dans la première partie d’Oasis Love, ce sont des jeunes, des gamins de quartier de quatorze-seize ans, qui racontent leur rapport au monde, leur premier échec amoureux, leurs projections rêvées… Cela a été difficile de trouver le lien entre cette première partie et la deuxième partie, issue de Polices !, où nous sommes ces jeunes-là, mais aussi parfois des narrateurs et même des policiers. Ça a pu être compliqué en termes de parcours de personnage ou d’acteur. Et un jour, on s’est dit : « Ça y est, j’ai compris ! » Au moment où on énumère quelques noms de gamins qui ont été assassinés par la police, le public a eu le temps de s’attacher à nous et nous, on est justement ces gamins qui rêvent d’amour au début puis qui se font tuer ensuite. C’est comme ça qu’on a commencé à dessiner un chemin et, finalement, je me suis dit que cette gamine qui dit au début : « Mettre un short quand t’es une fille, c’est mal vu, je m’en bats les couilles, je mets un short… », c’est peut-être elle qui candidate ensuite à la police et c’est aussi cette Dakota qui débarque. Tu traverses tout en te disant : « Mais ce ne sont que des gamins en fait… » La policière qui tire sur le gamin parce qu’elle a, comme le dit Sonia, tout le poids de la domination des armes, de l’autorité, de la colonisation, cette policière qui tire sur ce gamin racisé parce qu’elle panique et doit garder le pouvoir, cette policière pourrait être cette fille de quatorze ans qui habite dans le quartier. C’est comme ça qu’on a construit notre parcours de personnage. Il y a eu deux semaines d’approche, puis trois semaines de création.

Comme tu es la seule femme au plateau, est-ce que tu as rêvé ton parcours en fonction de ça aussi ? Qu’est-ce que c’est de jouer sur un plateau presque uniquement masculin ?

Le plateau exclusivement féminin, je l’expérimente en ce moment sur Viril(e.s) de Marie Mahé et surtout sur Désobéir de Julie Berès : c’est une autre ambiance ! Mais sur Oasis Love, c’est un cadeau d’être la seule femme. On s’est posé la question de mettre deux femmes au plateau mais Sonia a pensé que ça risquait de le genrer. Il n’y aurait plus le texte, mais des filles et des garçons. Or le texte est universel. Il peut être dit par des filles autant que par des garçons. D’ailleurs, il y a des passages du texte où Julien [Julien Masson] dit : « Non, je suis pas amoureuse… » et Émile [Émile-Samory Fofana], lui, dit : « Demain, je serai nombreuses… ». C’est un texte qui traverse des corps et des voix mais la question n’était pas tellement celle du genre. En même temps, Sonia m’a dit que même si elle ne voulait pas deux filles sur le plateau pour éviter de le genrer, le fait que je sois la seule fille n’était pas indifférent. On ne peut pas faire comme si ça n’existait pas. Ce qu’elle s’est dit au début de la création, c’est : « Je veux que tu sois la seule femme pour qu’on se dise : “c’est la seule femme et qu’est-ce qu’elle est puissante !” » C’est difficile d’exister à côté de cinq mecs hyper-forts, que tu sois toi-même forte ou pas. Essaie de prendre la parole quand cinq mecs se parlent : personne ne va te calculer ! Donc Sonia voulait que je sois hardcore, puissante. On a travaillé sur cette gamine qui a de la fougue, de la violence. C’est la plus bagarreuse. C’est la copine, la sœur, on ne sait pas trop. Ça raconte quelque chose  : moi, j’ai trois grands frères et c’est vrai que tu as un rapport au masculin qui est presque défiant quand tu es la petite.

Vous vous connaissiez déjà avec les acteurs ?

Julien et moi, on se connaît depuis onze ans, on était dans la même école. Émile, Laurens [Laurens Davis], Felipe [Felipe Fonseca Nobre] et Théo [Théo Askolovitch], je les ai rencontrés à l’occasion de cette création. Cela s’est fait en douceur, on est partis en juin, on a commencé le travail au CDN de Caen avec une mise en scène qui était encore balbutiante et le fait d’être dans une autre ville a créé un cocon. Ensuite, à Paris, la peur de passer au plateau avait disparu : chacun pouvait faire ses propositions sans crainte du regard des autres.

Humainement, on est un super groupe, ce qui n’empêche pas des moments difficiles pendant la création, des incompréhensions au sein de l’équipe artistique. Sonia a une manière très propre à elle de travailler. Elle n’est pas toujours très sécurisante. (Rires.) Parfois on ne sait pas ce qu’on doit faire : pour concevoir la fin du spectacle, elle n’était pas satisfaite et on changeait tous les soirs. Pour moi, Sonia, c’est une artiste contemporaine avant d’être une metteuse en scène (s’il faut vraiment mettre des étiquettes). Elle est dans la recherche, elle travaille, elle modèle, elle enlève, ce n’est jamais figé. C’est sa façon de travailler : cela peut être insécurisant, et même injuste, par exemple, quand elle supprime un texte sur lequel tu as travaillé… Mais même si l’acteur a sa part dans la création, il doit rester humble : nous sommes des interprètes et cela implique de s’adapter à une méthode de travail. Tu peux en discuter, tu peux faire valoir tes propres limites, mais cela reste quand même son projet. Il faut trouver un langage commun, et on a fini par le trouver.

Oasis Love, ce titre, c’est quoi pour toi ?

Quand on a commencé à travailler sur le début du spectacle sur ce toit-terrasse, Sonia nous a dit de ne pas nous adresser au public mais à nous-mêmes. Ces gamins balancent dans l’air des choses auxquelles ils pensent, des interrogations, des révoltes, des colères, des confidences. Ils les balancent à la vie et, moi, ça m’a évoqué le rêve. Ces gamins rêvent d’une oasis. Ils rêvent à l’amour, ils ont quatorze ans. Oasis Love, c’est le rêve de leur vie future et, dans la seconde partie, tu te rends compte qu’ils sont limités dans leur choix et que certains se font tuer par la police. Ils sont limités dans ce qu’on leur offre comme possibilités. Dans notre imaginaire, on a tous une oasis un peu différente, mais ça évoque quand même toujours le calme, la paix, une forme de sérénité et de jouissance, toutes ces choses qui sont de l’ordre de l’utopie, du rêve… Ces projections que tu as sur l’avenir quand tu ne sais pas ce qui va se passer mais que tout est encore possible. Ces gamins se disent : « Moi, je vais aimer comme ci, je vais aimer comme ça, et un jour, je vais sortir du quartier, il ou elle va venir me chercher, ça va être une oasis… » Et la réalité les rattrape.


NOTES

[1] Îlots a été écrit à partir du Questionnaire élémentaire de Sonia Chiambretto et Yoann Thommerel, éditions Les Laboratoires d’Aubervilliers / Groupe d’information sur les ghettos, 2017. Voir le site des Laboratoires d’Aubervilliers : « Depuis sa création en 2014, les artistes et écrivains Sonia Chiambretto et Yoann Thommerel prennent part aux activités du Groupe d’information sur les ghettos (g.i.g.). Accueillis en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers, ils ont activé un nouveau groupe d’information rassemblant habitants, artistes et chercheurs, tous impliqués dans la création de protocoles d’enquête : écriture de questionnaires, diffusion, récolte de données, traitement. Ces travaux menés pendant deux ans à Aubervilliers ont permis la constitution d’un fonds documentaire régulièrement convoqué pour alimenter une réflexion sur les mécanismes d’exclusion et de repli. Partant de cette expérience collective, Sonia Chiambretto et Yoann Thommerel ont composé ce questionnaire poétique et frontalement politique. »

[2] Sonia Chiambretto, rencontre avec les étudiant·es de l’Université Paris Cité et de l’Université Paris Nanterre, Théâtre Ouvert, 28 septembre 2023.

[3] Marion Poussier (photographies) et Sonia Chiambretto (textes), – Tu me loves ?, Trézélan, Filigranes Éditions, 2021.

[4] Sonia Chiambretto, Polices !, Paris, L’Arche Éditeur, coll. « Des écrits pour la parole », 2019.

[5] Sonia Chiambretto, Peines mineures, Paris, L’Arche Éditeur, coll. « Des écrits pour la parole », 2023.

Image à la une : Oasis Love
Création à Théâtre Ouvert le 18 septembre 2023
dans le cadre du Festival d’Automne à Paris  
© Christophe Raynaud de Lage


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (4 décembre 2023). Entretien avec Déborah Dozoul. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqlg


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search