Carmen entre images et imagination

 Texte d’Iris Bordogna

Deux époques différentes, deux Carmen différentes. D’un côté, Carmen de Georges Bizet joué pour la première fois à l’Opéra-Comique de Paris en 1875 ; de l’autre, Carmen. de François Gremaud, créé en 2023 au Théâtre Vidy-Lausanne puis repris au Théâtre des Abbesses à Paris.

Carmen : retour aux sources

Si Carmen est aujourd’hui l’une des œuvres françaises les plus jouées au monde, l’opéra de Bizet n’a pas remporté un franc succès lors de sa création au XIXe siècle car son sujet paraissait scandaleux au public de l’époque. Inspirée de la nouvelle de Prosper Mérimée écrite en 1845 et publiée en 1847, la fiction se déroule en Espagne où vit Carmen, jeune femme pleine de vie, devenue symbole de passion, de liberté et d’indépendance malgré son destin tragique. Dans le livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy comme dans le décor conçu par Lucien Jusseaume pour la création originale, l’Espagne représentée se réfère aux stéréotypes du siècle et à son goût de « la couleur locale » [fig. 1]. Exotique et pittoresque, elle témoigne de la force d’attraction de ce pays pour nombre d’artistes contemporains, entre récits de voyage et fantasmes orientalistes (Théophile Gautier, Victor Hugo, Alexandre Dumas…).

[Fig. 1] Carmen. Opéra-comique en quatre actes par MM. Meilhac et Halévy, musique de Georges Bizet
Estampe de Léon Sault
La Comédie, n° 6, 28 mars 1875
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

La création de 1875 compte plus d’une vingtaine de chanteur·ses : la scène n’est presque jamais vide. Dans la scène 5 du premier acte par exemple, sont simultanément sur scène Carmen (Célestine Galli-Marié), Don José (Paul Lherie), les prétendants de Carmen et les cigarières. Le tableau ainsi constitué est mouvementé et chaotique, d’autant que les costumes d’inspiration espagnole lui apportent couleurs et vivacité. Le peintre Henri-Lucien Doucet nous a fait parvenir un portrait de Célestine Galli-Marie dans le costume de Carmen [fig. 2]. Elle porte un corset bordeaux brodé de fines fleurs noires, tient un éventail et arbore de nombreux bijoux. Symbole d’amour et de force d’esprit, le rouge du corset est redoublé par celui de la fleur qui orne ses cheveux noirs tandis que sa veste courte noir et or évoque la chaquetilla des toreros.

[Fig. 2] Célestine Galli-Marié dans le rôle-titre de Carmen de Bizet
Peinture de Henri-Lucien Doucet
Huile sur toile – 1884
Bibliothèque-musée de l’Opéra

En septembre 2023, l’Opéra Rouen de Normandie a proposé une version de Carmen nourrie par un travail sur les archives  :

Cette résurrection ne se fonde pas de manière restrictive sur la recréation du décor de l’Opéra Comique de 1875, mais plus généralement sur tous les éléments d’archives qui permettent d’imaginer Carmen dans le monde entier entre sa création parisienne et la Première Guerre mondiale […] : livret de mise en scène (qui fixe précisément les déplacements et les groupements de personnages), plans et aquarelles colorisées des décors, nombreuses planches de costumes (et même quelques étoffes d’époque)[1].

Carmen créé en septembre 2023 à l’Opéra Rouen de Normandie
Direction musicale – Ben Glassberg
Mise en scène – Romain Gilbert
Scénographie – Antoine Fontaine
Costumes – Christian Lacroix
Lumières – Hervé Gary
Chorégraphie – Vincent Chaillet

Pour la création de ce spectacle, le metteur en scène Roman Gilbert a collaboré avec le Palazzetto Bru Zane, Centre de musique romantique française qui se trouve à Venise et a pour vocation de promouvoir l’héritage culturel et surtout musical français du XVIIIe et du XIXe siècles. Grâce à de nombreuses archives, le Palazzetto Bru Zane a notamment aidé Christian Lacroix à recréer les costumes originaux de Carmen conçus par Édouard Detaille et Georges Clairin [2] [fig. 3 et 4].

[Fig. 3] Projet de costumes pour l’opéra Carmen de Georges Bizet :
les contrebandiers le Dancaïre et le Remendado
Jean Baptiste Édouard Detaille
Crayon et aquarelle sur papier – 1875
Galerie Cerca Trova

[Fig. 4] Me Galli-Marié. Opéra. Carmen : photographie, tirage de démonstration
Album de référence de l’Atelier Nadar, vol. 73 – 1851-1910
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

De Carmen à Carmen.

Carmen. conçu et mis en scène par François Gremaud
Présentation du spectacle par le Théâtre de la Ville (Paris)
à l’occasion de sa tournée dans le cadre du Festival d’Automne à Paris
Musique de Luca Antignani d’après Georges Bizet

La recherche de François Gremaud est d’une tout autre nature puisqu’il propose « une pièce de théâtre contemporaine »[3]Carmen. (avec un point) – qui revient sur l’opéra de 1875 – Carmen (sans point). Accompagnée de cinq musiciennes, la protagoniste centrale de la représentation est Rosemary Standley, narratrice-conteuse et chanteuse-interprète qui joue non seulement le rôle de Carmen mais aussi de tous les autres personnages. Si celle-ci décrit très minutieusement l’opéra en s’adressant directement au public et évoque tout à la fois le déroulement de sa fable et les conditions de sa première création, Gremaud s’écarte fortement de l’esthétique à l’œuvre en 1875. Au plateau multicolore et surpeuplé du XIXe siècle, il substitue une scène presque nue et dominée par le noir. En effet, il n’y a pas d’objets, à l’exception de deux chaises. Les musiciennes en arrière-plan sont toutes habillées en noir tout comme Rosemary Standley qui porte un ensemble d’une seule pièce composé d’un pantalon en tissu et d’un haut échancré en velours : à la fois élégant et sobre, ce costume lui permet d’être à la fois homme et femme, brigadier et cigarière, conteuse et personnage. Certes, le noir peut également renvoyer au destin funeste de Carmen et à la mort dont on pressent la menace dès le début malgré la vitalité du personnage. Au début du spectacle, Rosemary Standley précise d’ailleurs que son prénom signifie « romarin » en français et désigne un plante que les Romains associaient à la mort[4]. Mais le noir constitue surtout une rampe d’accès vers l’imaginaire. Si les décors et les costumes de 1875 plongeaient le public dans une Espagne folklorique et haute en couleurs, en 2023, ce sont les mots qui se reflètent dans le vide noir du plateau et sont seuls chargés de produire en nous des images. Surface de projection, le noir permet à chacun·e d’entre nous de se créer son propre monde, nourri de ce que nous dit Rosemary Standley de la première représentation de Carmen mais aussi de nos souvenirs et de nos rêveries.

« La scène est sur une scène » précise ainsi la première didascalie du livret de François Gremaud. On pense ici à l’esthétique minimaliste promue par un metteur en scène comme Peter Brook :

Je peux prendre n’importe quel espace vide et l’appeler une scène. Quelqu’un traverse cet espace vide pendant que quelqu’un d’autre l’observe, et c’est suffisant pour qu’un acte théâtral soit amorcé[5].

Inspiré par l’esthétique du théâtre élisabéthain, Brook refuse les décors illustratifs qui redoublent ce que dit le texte et se substituent à l’imagination du public. Il entend au contraire faire de ce dernier le coproducteur du spectacle avec l’aide du poème dramatique et celle des acteurs et des actrices qui le portent. On retrouve cette dimension évocatrice lorsque Rosemary Standley décrit le spectacle de 1875 et fait advenir des images colorées sur la scène vide et noire de 2023 :

Premier Acte. Musique.
Lentement le rideau s’ouvre.
Sur la place, on aperçoit passantes et passants affairé·es sous le chaud soleil d’Espagne.
Il y a là des marchands, des mendiants, partout des hommes, des femmes, des enfants, bref, c’est Séville.
À Jardin, devant ce qu’on devine être un corps de garde, une quinzaine de dragons – donc, des soldats de cavalerie – observent, badauds, le spectacle de la foule[6].

Troisième Acte. Musique.
Le rideau s’ouvre.
Nous sommes dans la montagne, le site est aussi pittoresque que la nuit est noire.
Ici, entre les rochers, un passage. En fond de scène, à Cour, une caverne, devant laquelle a roulé ce rocher.
Une vingtaine de contrebandiers paraissent, portant sur leurs épaules de gros ballots qu’on devine être de la marchandise de contrebande, ils les déposent ici.
Entrent alors Frasquita, Mercedes, Le Remendado, Le Dancaire, Don José et bien sûr, Carmen[7].

Devenir nous-mêmes créateurs et créatrices de cette œuvre qui fait partie de notre imaginaire collectif et d’un répertoire ici pleinement partagé : tout cela est rendu possible grâce à Rosemary Standley et aux musiciennes qui l’accompagnent (en alternance Laurène Dif, Christel Sautaux, Tjasha Gafner, Célia Perrard, Héléna Macherel, Irène Poma, Sandra Borges Ariosa, Anastassia Lindeberg, Bera Romairone et Sara Zazo Romero). Avec sa voix unique qui passe avec une grande facilité d’une tessiture à l’autre, elle rend sensible l’air de liberté qu’on pouvait respirer aux côtés de la légendaire bohémienne : Carmen…


NOTES

[1] Voir le site de l’Opéra de Rouen Normandie.

[2] Voir la courte vidéo intitulée « Recréer les costumes historiques de Carmen » sur la chaîne YouTube du Palazzetto Bru Zane, 21 septembre 2023.

[3] Voir la présentation du spectacle Carmen. par François Gremaud sur le site theatre-contemporain.net, 9 septembre 2023.

[4] Voir le livret de Carmen. de François Gremaud qui est édité par la 2b company et est distribué à l’ensemble des spectateur·rices vers la fin du spectacle.

[5] Peter Brook, L’Espace vide. Écrits sur le théâtre, trad. Christine Estienne et Franck Fayolle, Paris, Seuil, coll. Points, [1968] 1977, p. 25.

[6] François Gremaud, Carmen., livret du spectacle, 2b company, 2023, p. 20.

[7] Ibid., p. 56.

Image à la une : Carmen. de François Gremaud
Création le 31 mai 2023 au Théâtre Vidy-Lausanne
© Dorothée Thébert-Filliger


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (11 décembre 2023). Carmen entre images et imagination. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqlh


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search