Le Théâtre de la Ville

Arrêté du 14 mars 2020, chapitre 1, article 1 : « Afin de ralentir la propagation du virus covid-19, les établissements relevant des catégories mentionnées à l’article GN1 de l’arrêté du 25 juin 1980 […] ne peuvent plus accueillir du public jusqu’au 15 avril 2020. »

La crise du covid-19 a nécessité des mesures inédites, y compris pour les théâtres contraints pour la première fois de leur histoire de fermer leurs portes. Quel impact cet événement a-t-il eu sur la pratique théâtrale ? Quelles stratégies ont-elles été mises en place pour affronter la situation ?

Zoom sur le Théâtre de la Ville dirigé par Emmanuel Demarcy-Mota.

De l’annonce du confinement le 16 mars 2020 jusqu’à celle du reconfinement le 28 octobre, le monde de la culture a connu un bouleversement sans précédent. Salles de spectacle et cinémas ont dû œuvrer pour maintenir leur activité malgré les difficultés engendrées par la crise sanitaire. Face à cette situation, le Théâtre de la Ville a fait preuve d’un grand sens de l’adaptation tant sur le plan logistique qu’artistique, en élaborant des propositions originales et poétiques.

« On a besoin de culture comme on a besoin de santé », confiait Emmanuel Demarcy-Mota au journal L’Humanité le 19 octobre dernier[1]. Depuis le début de la crise sanitaire, le directeur du Théâtre de la Ville et son équipe font preuve d’imagination et de ténacité pour maintenir leur activité artistique. À l’automne 2020, des mesures considérables ont été prises pour faire face à l’épidémie et inciter le public le plus fragile à se rendre au théâtre : « Pour que vous veniez avec plus de sérénité, nous avons mis en place un dispositif sanitaire encore plus strict et des distanciations physiques largement supérieures à celles en vigueur pour certaines représentations », annonçait le Théâtre de la Ville le 5 octobre sur son compte Instagram. Ces mesures côté salle se sont doublées de mesures côté scène, comme pour le spectacle Les Sorcières de Salem où les placements des comédiens ont été adaptés aux règles de distanciation[2]. Dès le mois de juillet, le programme « Un été solidaire » a été élaboré pour faciliter le retour des spectateurs au théâtre : une nouvelle scène a été créée dans les jardins de l’espace Cardin et cinq spectacles ont été proposés au tarif unique de dix euros et même gratuits pour le jeune public de moins de quatorze ans et pour le personnel soignant.

C’est dans la perspective de ce « théâtre partagé »[3] que s’est inscrit le projet des consultations poétiques[4]. Conserver un lien entre les spectateurs et les artistes, c’est l’objectif que se sont donné le directeur du Théâtre de la Ville ainsi que vingt-quatre comédiens. Le projet n’est pas né lors du confinement, mais a été élaboré en 2004 par Emmanuel Demarcy-Mota, Fabrice Melquiot, ainsi que la troupe d’acteurs de la Comédie de Reims. La forme est réinventée en février 2020 : des premières consultations ont lieu dans le XIIIe arrondissement de Paris, dans des cafés, des bibliothèques ou à l’Université Paris-Diderot. À partir du 24 mars, en période de confinement, le projet évolue et les consultations se font désormais par téléphone. Entièrement gratuite, la consultation nécessite une simple réservation. La séance commence par un échange, une phrase pour savoir comment se porte le « patient ». Puis un « remède poétique » est proposé : la lecture d’un poème. À la fin de la consultation, l’auditeur se voit prescrire une ordonnance. Au mois d’avril, des médecins et des scientifiques ont rejoint la Troupe de l’imaginaire, créée pendant l’épidémie par les comédiens du Théâtre de la Ville. Des consultations scientifiques ont eu lieu, puis des consultations poétiques en langues étrangères (avec pas moins de dix-neuf langues différentes). Après le déconfinement, des consultations poétiques se sont déroulées à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière pour les malades et les soignants. Au mois de juin, musiciens et danseurs ont intégré la Troupe de l’imaginaire et proposé des consultations poétiques en danse et en musique dans les jardins de l’Espace Cardin.

Les Consultations poétiques par téléphone – Les rencontres inattendues #1

Le projet des consultations poétiques a nourri la création du spectacle Tenir paroles réunissant quarante-cinq artistes, soignants et scientifiques. Cette création collective, jouée du 23 septembre au 9 octobre à l’Espace Cardin, a été dirigée par Emmanuel Demarcy-Mota avec la Troupe de l’imaginaire :

« C’est la charge d’humanité de cette aventure inouïe que nous chercherons à porter sur scène, réunissant témoignages de consultants, de consultés, de médecins, de patients. Un instantané, un devoir de mémoire sur cette période à la fois proche et lointaine. »[5]

La Troupe de l’imaginaire dans Tenir paroles © Jean-Louis Fernandez

Après l’annonce du couvre-feu en région parisienne, le Théâtre de la Ville doit encore une fois s’adapter à cette nouvelle difficulté. Durant ce « confinement nocturne »[6], les horaires des représentations sont avancés et des séances en matinée sont envisagées. Dans une période où le monde du spectacle est profondément touché par la crise sanitaire, le Théâtre de la Ville semble déterminé à lutter pour sa survie. Entre mars et juillet 2020, quarante-huit spectacles ont déjà dû être annulés, une liste qui s’allonge avec l’annonce d’un deuxième confinement au mois de novembre. Le Théâtre de la Ville réagit dans un communiqué dès le 30 octobre, seulement deux jours après la déclaration du Président de la République : « Nous cherchons à créer une proximité et une amitié pour traverser cette période inédite de notre histoire, nous cherchons à rendre le pouvoir à l’imagination et à réinvestir les forces de sublimations que sont la culture, l’éducation, le soin et la recherche »[7], explique Emmanuel Demarcy-Mota. Dans cet appel à la solidarité et à la créativité, le théâtre propose de se réinventer et de garder contact avec le public. « Aucun lien ne sera perdu », assure le directeur du Théâtre de la Ville en rappelant les initiatives artistiques développées lors du premier confinement et en en proposant de nouvelles : poursuite des consultations poétiques au téléphone, programmation de spectacles en live streaming, projets d’éducation artistique, interventions dans les hôpitaux, mise en place d’une coopérative solidaire… Toutefois, le Théâtre de la Ville rappelle les conséquences terribles de ce reconfinement sur son activité : l’annulation de dix-sept spectacles, soit quatre-vingt-quinze représentations auxquelles 12 006 spectateurs devaient assister. Brutalement freiné dans son élan, le monde de la culture doit une nouvelle fois faire preuve de courage et d’inventivité dans une période encore très incertaine.


NOTES

[1] « Emmanuel Demarcy-Mota “On a besoin de culture comme on a besoin de santé” », entretien réalisé par Marie-José Sirach, L’Humanité, 19 octobre 2020.

[2] Lou Bourdy, « Masque en répétition, adaptation de la mise en scène, doublure pour les acteurs malades… Au Théâtre de la Ville, la saison reprend en s’adaptant au coronavirus », France Info, 13 septembre 2020.

[3] Voir la présentation du projet de « théâtre partagé » sur le site du Théâtre de la Ville.

[4] Voir la présentation des consultations poétiques sur la chaine YouTube du Théâtre de la Ville : « Les consultations poétiques – 20 comédiens pour une rencontre inattendue » (30 mars 2020) et « Les Consultations poétiques par téléphone – Les rencontres inattendues #1 » (1er avril 2020). Voir aussi l’article de Sébastien Porte, « Au Théâtre de la ville, des consultations poétiques pour soigner nos bleus à l’âme », Télérama, 25 juin 2020.

[5] Présentation du spectacle Tenir paroles sur le site du Théâtre de la Ville.

[6] Voir le communiqué « Confinement nocturne » du 15 octobre 2020.

[7] Voir le communiqué « Gardons le lien » du 30 octobre 2020.

Image en couverture : consultation dansée dans les jardins de l’Espace Cardin
© Théâtre de la Ville


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (12 janvier 2021). Le Théâtre de la Ville. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqkl


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search