La nuance d’un être 

Texte et dessin de Clara Helm

La représentation d’Angela (a strange loop) battait son plein lorsque, placée au deuxième rang côté jardin, je me retrouve envoûtée par le personnage en face de moi. Sa longue robe transparente laisse entrevoir sa poitrine et ses fesses ; iel est nu·e et pourtant si bien dissimulé·e. Cet être, au-delà de toutes conventions, captive l’auditoire par de longs chants mystiques et enivrants, accompagné·e de son violon électrique aux apparences d’un arc prêt à tirer. Sous-jacente, sa présence s’installe au milieu des autres. Tous·tes tenu·es en haleine par Angela, iels ne prêtent pas attention à cet être près du feu. La pièce continue tandis que cette mystérieuse créature, impassible sur ses intentions, semble à la recherche d’un regard sans que personne n’y réponde.

Image à la une : Angela (a strange loop)
Texte de Susanne Kennedy
Conception de Susanne Kennedy et Markus Selg
Création au Théâtre Wallonie-Bruxelles en mai 2023 
dans le cadre du Kunstenfestivaldesarts
Reprise en juillet 2023 au Festival d’Avignon
© Christophe Raynaud de Lage


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (7 février 2024). La nuance d’un être . La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vrol


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search