Le CDN de Normandie-Rouen

Arrêté du 14 mars 2020, chapitre 1, article 1 : « Afin de ralentir la propagation du virus covid-19, les établissements relevant des catégories mentionnées à l’article GN1 de l’arrêté du 25 juin 1980 […] ne peuvent plus accueillir du public jusqu’au 15 avril 2020. »

La crise du covid-19 a nécessité des mesures inédites, y compris pour les théâtres contraints pour la première fois de leur histoire de fermer leurs portes. Quel impact cet événement a-t-il eu sur la pratique théâtrale ? Quelles stratégies ont-elles été mises en place pour affronter la situation ?

Zoom sur le Centre Dramatique National de Normandie-Rouen dirigé par David Bobée.

Le 14 mars, le CDN de Normandie-Rouen est contraint d’annuler pas moins de vingt spectacles auxquels s’ajoutent les nombreuses représentations programmées en tournée. Le mot d’ordre est alors le suivant : solidarité. Un appel est fait aux spectateurs pour ne pas réclamer, si possible, de remboursement. De même, il est demandé aux salles devant accueillir les spectacles en tournée de maintenir leur engagement financier. Le CDN privilégie une politique d’annulation plutôt que de report. David Bobée défend ce choix par la nécessité de payer en temps et en heure les artistes. « Mon travail, c’est de dépenser l’argent »[1], affirme-t-il lors d’un entretien sur la chaîne YouTube « RONAN au Théâtre ». Il faut dire que, en dépit de la difficulté de la situation, le CDN est un établissement national, et donc subventionné par l’État à 75 %, ce qui lui permet de rebondir avec plus de facilité que d’autres.

L’annulation de la programmation initialement prévue n’est pas synonyme d’arrêt du théâtre, bien au contraire. Extrêmement actif sur les réseaux sociaux, le CDN a organisé des réunions zoom avec les spectateurs et a relayé le hashtag #culturecheznous, avec un large choix de spectacles gratuits et accessibles à tous. Sous l’œil de la caméra, les danseurs, musiciens et acteurs investissent leurs salons, chambres ou encore salles de bain (voir sur le site du CDN de Normandie-Rouen les playlists intitulées « Dans le salon de… », « Dans la bibliothèque de… » et « Dans la chambre de… »). Pour le jeune public, une série de lectures vidéos réalisées par Catherine Dewitt, alors artiste associée du CDN, a été proposée sous le titre « Catherine sort du placard », et le travail mené avec les élèves de l’option Théâtre du Lycée Jeanne d’Arc de Rouen s’est poursuivi en ligne pour finalement donner lieu à la création de la pièce radiophonique Black rock. Il a également été décidé, comme pour beaucoup de théâtres, de diffuser des captations les lundis et vendredis, parmi lesquelles de nombreuses mises en scène de David Bobée (voir la page dédiée sur le site du CDN). « La créativité n’est pas confinée »[2], affirme le directeur du CDN qui témoigne de sa volonté de garder un lien régulier avec le public.

Catherine sort du placard #1. Page Facebook du CDN de Normandie-Rouen. 16 mai 2020.

Élèves du lycée Jeanne d’Arc de Rouen interprétant Black Rock. Site du CDN de Normandie-Rouen.

Parallèlement à ces différentes propositions, David Bobée continue lui-même de créer. Le confinement est pour lui un moyen de créer différemment tout en intégrant les problématiques actuelles dans sa production. Fées, texte de Ronan Chéneau qu’il a mis en scène en 2004 et qui fait partie de ses premiers spectacles, a été repris en version confinée, filmé avec des téléphones portables dans des salles de bain[3].

David Bobée revient sur le rôle des outils numériques dans cette création :

« On n’est pas dans les caméras de surveillance anxiogènes, il y a un geste poétique d’en faire des outils de création artistique. C’est une façon de réfléchir sur la façon de réinterpréter les écrans qu’on considère comme des mises à distance et qui aujourd’hui prennent le rôle d’outil permettant de rester en contact les uns avec les autres… Derrière ces écrans se cache une humanité. »[4]

Le directeur du CDN a entièrement intégré les contraintes liées au confinement, et montre une véritable curiosité pour le numérique alors que le monde du théâtre y est parfois réfractaire. Il précise toutefois :

« Cela ne remplacera sans doute pas l’expérience physique et réelle du théâtre bien vivant. Mais ce petit film dessine en creux une absence, un manque d’acteurs, d’actrices, de jeu, de textes, de théâtre.
Nourrir le désir et se dire que l’on se manque. »[5]


NOTES

[1] David Bobée, « Annuler tout, payer tout le monde ! », entretien sur la chaîne « Ronan au théâtre », YouTube, 10 mai 2020.

[2] Ibid.

[3] Voir le communiqué de presse du CDN de Normandie-Rouen : https://www.cdn-normandierouen.fr/fees-reprise-confinee-du-spectacle/ Comme le précise le communiqué : « Parallèlement en Russie, les artistes Kirill Serebrennikov et Ilya Shagalov et leurs acteurs du Gogol Center se sont eux-aussi emparés de la version russe de Fées — le texte y aborde la question des violences d’état et leurs répercussions dans toutes les couches de la société — pour en faire une version confinée. Les deux re-créations, française et russe, sont dévoilées à quelques jours d’intervalle. » On trouvera le film de Kirill Serebrennikov et Ilya Shagalov à cette adresse : https://www.youtube.com/watch?v=CJ0dpqm8-gY Voir aussi l’analyse de Malou Mallerin publiée sur notre carnet de recherche : https://laservante.hypotheses.org/209

[4] David Bobée, cité dans le reportage de France Info Normandie, « [CultureChezNous] : en confinement, David Bobée du CDN Normandie réadapte ‘‘Fées’’, une de ses premières créations », 13 mai 2020.

[5] Page Facebook de David Bobée, 12 mai 2020.

Image en couverture : Fées, texte de Ronan Chéneau et mise en scène de David Bobée
Avec Radouan Leflahi, Nadège Cathelineau, Djamil Mohamed, Victor Ovigne, Clémence Ardoin, Olive Malleville, Aïssam Medhem
Montage vidéo de Wojtek Doroszuk
Création sonore et mixage de Jean-Noël Françoise
Vidéo chorégraphique de Xiao Yi Liu
Sortie en mai 2020
© CDN de Normandie-Rouen


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (12 janvier 2021). Le CDN de Normandie-Rouen. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqkk


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search