Oh Louis…

Imaginez Louis XIV, parti en Afrique au XVIIe siècle pour chercher de l’or et souhaitant revenir dans son pays aujourd’hui… Son passeport périmé, il doit rentrer en France avec des migrants… C’est dans cette situation improbable que Robyn Orlin place Benjamin Pech, ancien danseur étoile de l’Opéra national de Paris. Pendant une heure, il sera Louis XIV, régnant en maître sur la scène et parfois en tyran sur ses spectateurs[1].

© Leila Graindorge

En entrant dans la salle, on remarque que la scène est tapissée d’une immense couverture de survie, masse dorée qui s’étend jusqu’aux sièges du public. Un clavecin est installé au fond de la scène : Loris Barrucand y joue de la musique baroque. Des ballons en forme de lion flottent à différents endroits, et un grand écran rond est installé au-dessus du plateau. Le spectateur est alors apostrophé par un personnage au costume dépareillé : le « Roi-Soleil » clame que le spectacle ne commencera pas tant que les premiers rangs, autour de son « trône », ne seront pas remplis. Les personnes qui s’y aventureront seront sollicitées tout le long du spectacle : l’une sera envoyée sur la scène pour exécuter des pas de danse sous le regard sévère du souverain, tandis que d’autres devront donner un de leurs vêtements, à la façon d’un impôt prélevé par l’État.

Le Louis XIV interprété par Benjamin Pech se comporte en diva, malmène ses spectateurs… Il filme la scène avec un téléphone qui ressemble à un miroir, et exhibe son corps d’ancien danseur étoile, marqué par le passage du temps et la pratique intensive. Robyn Orlin propose une vision plus humaine de la figure mythique du Roi-Soleil. Il est fragile et mortel comme nous tous.

Elle adresse aussi une critique à ce souverain. S’il est connu pour avoir développé la culture française, c’était aussi un monarque absolu qui a su soumettre la noblesse, et le premier à avoir institutionnalisé l’esclavage dans les colonies françaises en promulguant le Code noir. Le claveciniste Loris Barrucand l’interpelle d’ailleurs régulièrement en en déclamant des articles. L’ombre du colonialisme plane sur le spectacle. De plus, Robyn Orlin suggère des liens entre passé et présent en évoquant l’actualité des migrants qui meurent en Méditerranée. Dans une dernière scène très symbolique, le roi-danseur laisse son trône à une masse d’habits dépareillés représentant les migrants et repart sur scène se faire engloutir sous la couverture de survie, devenue une mer déchaînée.

Robyn Orlin

Robyn Orlin est une chorégraphe et danseuse sud-africaine. Originaire de Johannesburg, elle travaille en Europe et s’est fait connaître pour ses chorégraphies provocantes. Selon elle, « l’art ne sert à rien, s’il n’est pas en prise avec le réel »[2]. En interrogeant notre environnement immédiat, elle veut mettre en relation le passé et le présent et explorer les liens qu’on peut tisser entre les époques. Dans le spectacle Oh Louis... (2017), elle travaille sur la figure emblématique du Roi-Soleil et fait ressortir les aspects les plus sombres de l’âge classique. Dans Pygmalion / L’Amour et Psyché (2018), elle reprend des œuvres baroques inspirées de mythes de l’Antiquité pour aborder la question du genre…

On ressent un fort engagement politique dans ses spectacles. Robyn Orlin cherche à faire ressortir les rapports de pouvoir qui régissent nos sociétés contemporaines, en Afrique comme en Europe, et peut être également très critique envers les institutions culturelles et artistiques qui sont, elles aussi, des lieux de pouvoir et se sont parfois imposées pendant la période de la colonisation. Elle met aussi en avant les dérives de la société post-apartheid dans son pays d’origine, par exemple dans le spectacle And so you see… (2016) où elle dénonce les violences homophobes en Afrique du Sud.

Robyn Orlin est une figure majeure de la scène contemporaine. Artiste internationalement connue, elle reste controversée à cause de la radicalité de ses propositions. Elle cherche à repousser les limites de la performance et de la danse, à travers un regard critique mais aussi plein d’espoir sur le monde qui l’entoure.

Benjamin Pech

© Leila Graindorge

Benjamin Pech est un ancien danseur étoile qui incarne le roi Louis XIV dans Oh Louis… de Robyn Orlin. Accompagné du claveciniste Loris Barrucand, il règne en maître sur le plateau pendant une heure, à l’image de son illustre modèle Louis XIV. Robyn Orlin s’attache toutefois à mettre à mal la figure de danseur virtuose qu’a construite Benjamin Pech durant toute sa carrière.

Benjamin Pech fut nommé danseur étoile de l’Opéra national de Paris le 22 septembre 2005 par Brigitte Lefèvre. C’est d’ailleurs elle qui conseilla son nom à Robyn Orlin pour interpréter ce rôle. Durant le spectacle, Robyn Orlin humanise la figure du Roi-Soleil en fragilisant celle du danseur. Il troque ici les beaux costumes de l’Opéra de Paris contre un jogging rouge et une doudoune sans manche, puis contre un slip dans lequel il effectuera quelques figures baroques avant de se confectionner un tutu avec la couverture de survie qui recouvre la scène. Robyn Orlin s’amuse également à déconstruire cette figure en projetant les images de ses adieux à la scène qui eurent lieu le 20 février 2016 à l’opéra Garnier ou encore une radiographie de la hanche du danseur abîmée par des années d’exercices. Par le choix judicieux du danseur Benjamin Pech, Robyn Orlin questionne les rapports entre le corps, le pouvoir et la politique[3].

Loris Barrucand

© Leila Graindorge

Tour à tour accompagnateur de l’ancien danseur étoile Benjamin Pech, docile serviteur du roi Louis XIV et instance morale rappelant d’une voix solennelle les articles du Code noir, le claveciniste Loris Barrucand dépasse les cadres de sa formation de musicien classique dans Oh Louis… de Robyn Orlin. Bien qu’il soit relégué en fond de scène, il occupe un rôle très important : il participe à mettre en valeur la figure du Roi-Soleil (il est d’ailleurs associé à Lully, compositeur et surintendant de la musique royale), mais il en contrarie aussi le narcissisme et dévoile la face la moins reluisante du régime.

La programmation musicale qui jalonne les interventions du roi surprend également : aux suites de danses baroques empruntées à François Couperin ou Pancrace Royer succèdent des motifs de La Belle aux bois dormant et du Lac des cygnes de Tchaïkovski mais également le tube disco Dancing Queen d’ABBA ou quelques notes de musique rappelant un jeu vidéo. L’anachronisme musical vient servir un spectacle où les bornes temporelles sont volontairement confuses.

Si la participation comme musicien mais aussi comme acteur à un spectacle aussi politique peut paraître inhabituelle pour un claveciniste, c’est sans compter le parcours de Loris Barrucand. Après sa formation en basse continue et clavecin au conservatoire d’Annecy et au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, il intervient dans des ensembles baroques comme Les Cris de Paris ou Pygmalion et prend part au projet de démocratisation culturelle L’Opérabus afin de sillonner le Valenciennois et la région Nord-Pas-de-Calais et de diffuser la musique baroque auprès des publics qui n’y ont pas accès.

Louis XIV et la danse

Si les arts ont occupé une place centrale, politique et esthétique, sous le règne de Louis XIV, c’est particulièrement le cas de la danse que le roi, lui-même danseur, a utilisée pour mettre en scène et renforcer son pouvoir. Louis XIV commence l’apprentissage de la danse dès l’âge de 7 ans et s’y entraîne quotidiennement. Des maîtres prestigieux comme Pierre Beauchamp l’initient aux positions de la danse baroque tandis qu’il invente lui-même certains pas comme l’entrechat royal. Louis XIV apparaît pour la première fois sur scène dans Le Ballet de Cassandre à l’âge de 12 ans et danse dans plus d’une vingtaine de ballets avant de s’arrêter à l’âge de 32 ans, en 1670. Il fonde l’Académie royale de danse en 1661.

Au cœur de la vie politique du royaume, la danse est présente dans les ballets de cour auxquels le roi participe, mais aussi dans les comédies-ballets qui permettent de réunir les grands artistes de l’époque tels Molière, Lully et Beauchamp ou encore dans les fêtes luxueuses qui sont données à Versailles. Il s’agit d’un instrument politique à part entière : elle permet d’affirmer le pouvoir de la royauté et de glorifier le monarque devant ses sujets comme devant les puissances étrangères ; elle émerveille la noblesse pour mieux la détourner de son passé frondeur et occupe les courtisans qui tentent de se faire remarquer grâce à elle[4].

Dans Oh Louis…, Robyn Orlin évoque cet usage politique de la danse en plaçant la figure du roi-danseur au cœur du spectacle. La danse y apparaît comme un marqueur de rang social pour distinguer le public du souverain ou comme un decorum destiné à la représentation du régime par lui-même (par exemple, lors du mariage parodique entre Benjamin Pech et un·e spectateur·trice). Elle souligne également le règne des apparences et joue du contraste entre la délicatesse de certains gestes du danseur et la cruauté des décisions politiques du monarque.

Le Code noir

« L’esclave fugitif qui aura été en fuite pendant un mois, à compter du jour que son maître l’aura dénoncé en justice, aura les oreilles coupées et sera marqué d’une fleur de lys sur l’épaule ; s’il récidive un autre mois pareillement du jour de la dénonciation, il aura le jarret coupé, et il sera marqué d’une fleur de lys sur l’autre épaule ; et, la troisième fois, il sera puni de mort. »[5]

Prononcés par le claveciniste Loris Barrucand, les articles du Code noir occupent une place importante dans le spectacle Oh Louis… de Robyn Orlin et rappellent que le Roi-Soleil, protecteur des Arts et des Sciences, est également celui qui institutionnalisa le statut d’esclave en faisant rédiger le Code noir. Le Code noir est un recueil d’une soixantaine d’articles qui ont été publiés en 1685. Préparé par Colbert à la demande de Louis XIV, il définit les droits du « propriétaire » sur son esclave et érige celui-ci en « bien meuble ».

Très préoccupée par la question coloniale comme par celle de l’esclavage, Robyn Orlin fait entendre le Code noir tout au long du spectacle, ce qui permet de produire des effets de rupture par rapport aux interventions humoristiques de Benjamin Pech. Les divertissements offerts par le roi-danseur pour le plus grand plaisir du public apparaissent alors comme une entreprise de diversion et ouvrent sur des aspects plus sombres du Grand Siècle.

L’esclavage dans les colonies françaises ne sera définitivement aboli qu’en 1848, plusieurs décennies après le Décret d’abolition de l’esclavage du 4 février 1794.

Oh Louis… de A à Z

Texte d’Izia Rouviller et dessins de Leila Graindorge

B COMME… BALLON

Disposés de part et d’autre de la scène, deux ballons dorés en forme de lion s’élèvent dans les airs. Purs objets décoratifs, ils symbolisent le pouvoir et le rayonnement du Roi de France, figure emblématique du monarque absolu à travers l’allégorie du soleil triomphant. En tant que roi de la savane africaine, l’animal fait également référence à la figure d’un roi colonisateur ayant institué l’esclavage dans les colonies françaises.

C COMME… COUVERTURE DE SURVIE

Recouvrant l’ensemble de la scène, cet accessoire condense la dualité de la figure royale. D’abord démonstration de puissance et de richesse, sa couleur dorée rappelle la figure mythique du Roi-Soleil, notamment lorsque Benjamin Pech s’en fait un habit d’apparat. Mais s’y lit également un aveu de fragilité et de dénuement. Lorsqu’elle est mise en mouvement à l’aide d’un système de poulies, la couverture matérialise ainsi la mer et ses remous impétueux malmenant les corps des esclaves passés ou des migrants actuels, symbolisés par une guirlande de doudounes multicolores.

C COMME… CHAUSSURE DE DANSE

Dès le début du spectacle, le spectateur est invité à monter sur scène pour manipuler ces souliers dorés à talons rouges exposés sur un siège de velours et figurer les différents pas de danse, selon les indications autoritaires de Benjamin Pech. De la première position (les talons se touchent et les pointes de pied sont tournées vers l’extérieur) à la cinquième (le talon du pied de devant se place devant les orteils du pied de derrière), le niveau de difficulté ne cesse d’augmenter, de même que le comique de cette scène qui affirme la supériorité technique du roi-danseur par rapport à ses sujets. Plus loin dans le spectacle, ses prestations parodiques de danse baroque, notamment lorsqu’il chausse ses mains de ces souliers, constituent cependant un contrepoint à son égocentrisme.

E COMME… ÉCRAN

Les images projetées sur l’écran scénique, en rappelant le thème de la royauté et de la richesse, amorcent une réflexion sur la mémoire des esclaves passés et le sort politique des migrants actuels. Sont notamment diffusés des photomontages réalisés par Robyn Orlin mettant le monarque absolu au narcissisme exacerbé dans des situations incongrues. Le portrait officiel du souverain est ainsi associé à des objets fastueux à la taille démesurée (des chaussures de luxe, une horloge et une statuette dorées, un produit de la marque Chanel…). Mais l’arrière-plan de l’un des collages figure une tout autre réalité : une plage envahie par des détritus constitue la nouvelle scène du monarque, où transparaît la part d’ombre d’un roi instigateur du Code noir. La fiction inventée par Robyn Orlin d’un roi déchu à présent migrant, que rappelle le couvre-chef africain démesuré dont il est ironiquement paré, se confronte ici à l’opulence du monde occidental.

Collages réalisés par Robyn Orlin

O COMME… ORANGE

Benjamin Pech invite au cours du spectacle les spectateurs à manger à la mode africaine les oranges placées entre les sièges. Cet apprentissage d’un code alimentaire plus étranger encore que la danse baroque, place le spectateur dans un relatif inconfort et détonne dans le cadre d’une salle de théâtre. Récurrents dans l’œuvre de Robyn Orlin, ces fruits sont un symbole éminent de richesse, qu’ils réfèrent à l’Orangerie du château de Versailles ou à leur valeur nutritive, culturelle et financière en Afrique du Sud. Dans son spectacle de danse And so you see…, le fruit symbolise même un des sept péchés capitaux, la gourmandise. « Pour Robyn Orlin, elle devient un enjeu politique dans une nation à l’époque également ségréguée : ‘‘j’aime à croire que le boycott des oranges sud-africaines a fait chuter le régime de l’Apartheid’’, même si elle sait pertinemment que ce n’est pas le cas. »[6].

T COMME… TÉLÉPHONE

Avec la caméra d’un téléphone portable, Benjamin Pech filme tour à tour son propre visage ou celui des spectateurs, à la fois amusés et gênés, à travers des gros plans diffusés en live sur l’écran scénique. Orné d’une coque en silicone rose, cet accessoire tape-à-l’œil renvoie au règne de l’apparence cultivé à la cour du XVIIe siècle, où le roi se présentait au peuple par le biais des arts visuels. Peinture, statuaire, architecture, monnaie, théâtre, ballet et opéra sont autant de moyens artistiques auxquels Louis XIV faisait appel pour mettre en scène sa gloire et sa magnificence et construire son propre mythe d’un monarque absolu. Les situations délicates dans lesquelles Benjamin Pech met les spectateurs grâce à l’objectif de la caméra – les selfies étant une référence implicite à la Galerie des Glaces du château de Versailles – symbolisent donc le contrôle politique exercé par le roi sur la représentation artistique, dans un souci de théâtralisation du pouvoir politique.


NOTES

[1] Oh Louis… We move from the ballroom to hell while we have to tell ourselves stories at night so that we can sleep… (Oh Louis… Nous quittons la salle de bal pour l’enfer, pendant que nous devons nous raconter des histoires pour pouvoir dormir la nuit…), création en décembre 2017 au CNDC Angers, un projet de Robyn Orlin avec Benjamin Pech et Loris Barrucand.

[2] Olivier Hespel et Robyn Orlin, Fantaisiste rebelle, Éditions de l’Attribut, 2017. On se reportera également au film documentaire de Philippe Lainé et Stéphanie Magnant, Robyn Orlin, de Johannesburg au Palais Garnier (2008), réalisé à l’occasion de la création de L’Allegro, il Penseroso ed il Moderato de Haendel à l’opéra Garnier en 2007.

[3] Pour en savoir plus, voir : « Benjamin Pech, des adieux à la scène de l’Opéra en forme d’au revoir », entretien mené par Sophie Jouve, France Info Culture, 18 février 2016 ; Dominique Simonnet, « Derniers pas de deux », site de l’Opéra de Paris, 18 février 2016 ; enfin, la présentation de Benjamin Pech sur le site de l’Opéra de Paris.

[4] Pour en savoir plus, voir notamment Gabriella Asaro, « Le roi danse : Louis XIV et la mise en scène du pouvoir absolu », Histoire par l’image [en ligne], septembre 2013. On se reportera également au film Le Roi danse de Gérard Corbiau (2000) et particulièrement au passage relatant comment, le 23 février 1653, Louis XIV, alors âgé de 15 ans, apparut dans Le Ballet de la nuit sous le masque du Soleil qui constituera son emblème depuis lors.

[5] Article 38 du Code noir. Le texte intégral du Code noir est accessible sur le site de l’Assemblée Nationale.

[6] Guillaume Lasserre, « Le Roi sans papier de Robyn Orlin », Médiapart, 22 décembre 2017.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (12 février 2021). Oh Louis… La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqkq


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search