Nana ou est-ce que tu connais le bara ?

« Et, lâchant la chemise, attendant que Muffat eût fini sa lecture, elle resta nue. Muffat lisait lentement. La chronique de Fauchery, intitulée la Mouche d’Or, était l’histoire d’une fille, née de quatre ou cinq générations d’ivrognes, le sang gâté par une longue hérédité de misère et de boisson, qui se transformait chez elle en un détraquement nerveux de son sexe de femme. Elle avait poussé dans un faubourg, sur le pavé parisien ; et, grande, belle, de chair superbe ainsi qu’une plante de plein fumier, elle vengeait les gueux et les abandonnés dont elle était le produit. Avec elle, la pourriture qu’on laissait fermenter dans le peuple remontait et pourrissait l’aristocratie. Elle devenait une force de la nature, un ferment de destruction, sans le vouloir elle-même, corrompant et désorganisant Paris entre ses cuisses de neige, le faisant tourner comme des femmes, chaque mois, font tourner le lait. Et c’était à la fin de l’article que se trouvait la comparaison de la mouche, une mouche couleur de soleil, envolée de l’ordure, une mouche qui prenait la mort sur les charognes tolérées le long des chemins, et qui, bourdonnante, dansante, jetant un éclat de pierreries, empoisonnait les hommes rien qu’à se poser sur eux, dans les palais où elle entrait par les fenêtres. »

Émile Zola, Nana, 1880, chap. 7

© Manon Lepouzé

Nana ou est-ce que tu connais le bara ? est un spectacle mis en scène par Monika Gintersdorfer et chorégraphié par Franck Edmond Yao, du collectif La Fleur qui regroupe danseurs et comédiens de diverses origines (Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Allemagne et France)[1]. Après avoir adapté La Fille aux yeux d’or de Balzac dans le spectacle Les Nouveaux Aristocrates (2017), ils s’attaquent au célèbre roman de Zola. Un des enjeux est la réappropriation de la culture française « classique », qui peut sembler éloignée aux yeux des Africains francophones. Le spectacle crée des ponts entre les continents et les époques : il rapproche l’extravagance ostentatoire des fêtes du XIXe siècle et l’attitude similaire que l’on trouve en Côte d’Ivoire, notamment chez les adeptes du coupé-décalé. Il prend toutefois des distances avec certains aspects du roman et en refuse le fatalisme : la fin sordide du personnage de Zola, qui meurt défiguré par la petite vérole à l’âge de dix-huit ans, est évacuée du spectacle. La figure de Nana est réhabilitée. Elle est célébrée en tant que femme forte qui sait tourner le système à son avantage pour s’en sortir. Pauvre, elle ne possède rien et ne peut compter sur personne, elle utilise donc son corps pour parvenir à ses fins. La danse semble alors le moyen parfait pour exprimer cette quête d’émancipation.

© Manon Lepouzé

Du cancan…

Dans Nana ou est-ce que tu connais le bara ?, les membres de La Fleur revisitent le cancan : le DJ présent sur scène remixe à la mode electro l’air fameux du Galop infernal d’Orphée aux Enfers de Jacques Offenbach, tandis que les performeurs mêlent les pas contemporains du hip-hop ou du coupé-décalé aux pas traditionnels du cancan.

Nana s’adonnant au cancan dans Nana de Jean Renoir (1926)

Forme excentrique et populaire de quadrille, le cancan apparaît au début du XIXe siècle et se pratique dans les bals ou les cabarets. Parce que les femmes qui le dansent font voir leurs dessous en levant la jambe, le cancan est considéré comme une danse inconvenante par les gardiens de l’ordre moral et entraîne même parfois des arrestations. Le French cancan est une forme dérivée du cancan, à la fois plus codifiée et plus sage, qui le fait monter sur scène et montre des femmes dansant, alignées, face au public.

… au coupé-décalé

Le coupé-décalé est un mouvement associant la danse et la musique qui apparaît dans les années 2000 dans le milieu de la diaspora ivoirienne à Paris avant de s’exporter en Côte d’Ivoire et dans d’autres pays d’Afrique. « Couper » signifie « escroquer » en nouchi (argot ivoirien) et renvoie à l’idée qu’il est très difficile de s’élever socialement en restant dans la légalité ; « décaler » signifie « prendre le large » et fait allusion à l’Europe, cet ailleurs où un nouveau départ semble possible. Le coupé-décalé incarne un idéal d’ascension sociale et célèbre la figure africaine du self-made-man qui exhibe ses nouvelles richesses : une personne sans ressources qui part en Europe pour faire fortune et distribue son argent dans les boîtes de nuit. Les notions de « frime » et de gaspillage sont très importantes : il faut montrer qu’on a assez d’argent pour pouvoir le dilapider, offrir des boissons, faire voler les billets de banque… C’est ce qu’on appelle « travailler » en nouchi et, plus généralement, « faire la prodada », « se produire », montrer qu’on peut « paraître », au moins le temps d’une soirée[2].

« Saga Cité », chanson de 2003 de Douk Saga, figure pionnière du coupé-décalé et membre de la Jet Set

Au cœur de plusieurs spectacles de Monika Gintersdorfer et Franck Edmond Yao comme La Jet Set (2009) ou Trop d’inspiration dans le 93 (pièce d’actualité créée à La Commune, CDN d’Aubervilliers, en 2018), le coupé-décalé est également présent dans Nana ou est-ce que tu connais le bara ? où il permet de faire le lien entre les époques et les cultures. Selon le collectif La Fleur, le comportement exubérant des jeunes noctambules ivoiriens n’est pas sans rappeler les fêtes bourgeoises du XIXe siècle, auxquelles Nana, issue d’une famille pauvre, participait pour se faire remarquer, se montrer dans la bonne société. Organiser ces fêtes revenait alors à exposer sa richesse, à prouver son appartenance aux classes supérieures, quitte à devoir « travailler » avec son corps pour pouvoir y accéder.

Est-ce que tu connais le nouchi ?

« Est-ce que tu connais le bara ? »
par Gadoukou la star Officiel (Franck Edmond Yao) et le groupe All Black

Nana ou est-ce que tu connais le bara ? mêle diverses langues : on y parle en français, en allemand, mais aussi en nouchi (ou noussi), cet argot né en Côte d’ivoire dans le début des années 1980. D’abord parlé par la jeunesse déscolarisée des rues d’Abidjan qui modifie les mots et les expressions françaises pour crypter son langage, le nouchi a vu son usage s’étendre peu à peu, grâce à la chanson notamment, et est désormais employé dans toutes les classes sociales[3].

Petit glossaire des mots entendus pendant le spectacle :

  • le bara : le contrat, le travail
  • le travaillement : la distribution publique de billets de banque
  • le boucantier : le frimeur
  • faroter : frimer
  • la go : la fille
  • le gésier : le sexe féminin
  • s’enjailler : se faire plaisir

NOTES

[1] Nana ou est-ce que tu connais le bara ?, création en février 2019 à la MC93, Bobigny, avec Alaingo, Friederike Becht, Annick Choco, Lino Makebo, DJ Meko, Mishaa, Ordinateur, Justus Ritter, Matthieu Svetchine, Elisabeth Tambwe, Franck Yao, Audrey Youayou.

[2] Pour plus d’informations sur le coupé-décalé : Dominik Kohlhagen, « Frime, escroquerie et cosmopolitisme. Le succès du ‘‘coupé-décalé’’ en Afrique et ailleurs », Politique Africaine, 2005/4, n° 100, p. 92-105.

[3] En complément, voir le documentaire radiophonique d’Arnaud Contreras et Jean-Philippe Navarre, « Le français est une chance (4/4) : ‘‘Le Nouchi, un Français copié décalé’’ », Sur les docks, France Culture, 21 mars 2013.

Image en couverture : Nana ou est-ce que tu connais le bara ?, spectacle mis en scène par Monika Gintersdorfer et chorégraphié par Franck Edmond Yao (collectif La Fleur).
Création en février 2019 à la MC93.
© Félix Schoeller


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (12 février 2021). Nana ou est-ce que tu connais le bara ? La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqkp


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search