Entretien avec Pauline Peyrade

Propos recueillis le 18 février 2018

L’environnement numérique de la pièce a-t-il nécessité de longues recherches (articles Wikipédia, extraits vidéos…) ?

Il y a eu des recherches : beaucoup de chutes et de fragments ont été écrits et n’ont pas servi. Il y a eu surtout un vrai travail de montage. Le plus difficile a été de choisir les bons fragments et de les mettre dans le bon ordre pour suivre au plus près le parcours émotionnel du personnage.

S’agit-il de dénoncer les effets des réseaux sociaux et des nouvelles technologies ? 

Le parti pris initial était d’écrire une pièce qui se passerait presque en intégralité sur un écran d’ordinateur : les réseaux sociaux sont là comme supports, mais ce ne sont que des supports. Si l’accès à l’information joue un rôle important dans la pièce, c’est dans le rapport à la mémoire sans cesse réactivée et au deuil impossible d’Ida. D’une part, il y a cette dynamique de l’errance : Ida passe sans cesse d’un lien à l’autre, de manière un peu automatique. D’autre part et surtout, il y a une dynamique de l’obsession qui œuvre en elle, et qui finit par la rattraper. Lors des rencontres avec les spectateurs, on m’a souvent posé des questions sur les réseaux sociaux : « est-ce que ce sont les réseaux sociaux qui nous isolent, qui nous rendent un peu fous ? » Selon moi, ce n’est pas le cas. Si la même histoire se passait un siècle ou cinquante ans plus tôt, Ida relirait des lettres de manière tout aussi obsessionnelle. C’est la même pulsion, mais elle se manifeste différemment car le support n’est pas le même. Je n’ai d’ailleurs pas voulu intégrer Facebook dans la pièce : ça ne m’intéressait pas vraiment et aurait risqué de détourner l’attention.

Nous avons pourtant eu l’impression que la pièce était axée sur la solitude qu’entraînent les réseaux sociaux. 

C’est sur la solitude, une solitude urbaine, une solitude contemporaine, mais il n’y pas de jugement porté sur les réseaux sociaux. Le point de départ de l’écriture, ce seraient plutôt la maniaco-dépression et la bipolarité envisagées comme maladies d’époque. Dans ces deux phases de la maniaco-dépression, la phase euphorique et la phase apathique, il y a quelque chose que je reconnais de l’état insomniaque, nerveux, que produisent les errances sur l’ordinateur. 

Nous ne sommes pas tous d’accord sur le sens à donner à la fin de la pièce, et plusieurs d’entre nous y ont vu un suicide. Qu’en est-il ?

Lors des rencontres avec les spectateurs, on m’a demandé plusieurs fois si Ida finissait par sauter par la fenêtre. Je comprends qu’on puisse faire cette hypothèse, mais ce n’est pas ce que j’imagine. Pour moi, la fin est ouverte. La pièce est un crescendo et se termine sur une crise. En ne prenant pas ses médicaments, Ida refuse la camisole chimique qui l’empêche de vivre son deuil. En même temps, la façon qu’elle a de vouloir revivre sans cesse l’amour et la joie qui ne sont plus là est très inquiétante, car cela la détruit plus qu’autre chose.

Avez-vous essayé de développer une écriture musicale (polyphonie, rythme des pop-up…) ?

Oui, c’est très juste. C’est une partition musicale. La pièce a d’ailleurs fait l’objet d’une adaptation pour la radio : c’est vraiment une pièce qui marche à l’oreille, qui appelle des voix…

Était-ce un choix dès le début de l’écriture ?

La forme s’est trouvée en chemin. Au départ, il y avait l’envie de retranscrire une navigation sur internet sur le papier et de trouver la forme qui, à la lecture, notamment par le rythme, nous mette dans cet état spécifique de réception. J’envisage la forme comme un support d’expérience sensible. Selon la manière dont on va mettre en forme le texte – je ne parle pas de la mise page, mais du rythme, de la musicalité… –, cela génère une expérience sensible. On passe ici d’une information à une autre, comme on passe d’une émotion à une autre en naviguant sur internet. Il y a dans ces moments-là une sorte de zapping émotionnel. C’est ce zapping que la forme devait restituer, ce qui impliquait une vraie rigueur dans l’écriture, un travail sur le rythme, sur le rapport au langage du quotidien, sur le montage, le découpage, le fragment… Tout cela s’est façonné simultanément.

La volonté de faire de l’art avec le quotidien était donc au cœur de votre démarche ?

Oui, vraiment : la volonté de faire poème de ces matières qu’on lit toute la journée sans véritablement les lire, comme dans la publicité par exemple. Ce sont devenus des mots-images, on ne lit plus leur sens. Comment recharger la langue, ou plutôt cet endroit de la langue qui est complètement désincarné, vidé ? Comment ces petites matières-là, a priori neutres, vont-elles se charger d’émotions, de sens et de poésie à travers les yeux de quelqu’un qui vit et qui projette sur elles toutes sortes de choses, notamment parce qu’elle se situe dans une logique obsessionnelle et qu’elle voit des signes un peu partout ?

Pauline Peyrade, Ctrl-X suivi de Bois Impériaux
Besançon, Les Solitaires Intempestifs, 2016, p. 52-53

Pourquoi avez-vous choisi d’évoquer la Syrie ?

Tout d’abord, il faut avoir en mémoire que j’ai écrit la pièce en 2013, et nous n’en étions alors pas au même point du conflit syrien. C’est d’ailleurs étrange car, à un moment de la pièce, un journaliste parle de la Syrie comme d’une guerre qu’on a tendance à oublier, et ça me fait toujours bizarre d’entendre ce passage aujourd’hui. La situation a vraiment changé… Ce choix tient à plusieurs facteurs, et d’abord à mon envie de traiter la figure du photographe de guerre. J’ai beaucoup lu les écrits d’Éric Bouvet et de Raymond Depardon, et ce sont des regards qui m’intéressaient. Plus intimement, c’est peut-être aussi lié à un très bon ami syrien. Il m’a beaucoup parlé de Damas avec une nostalgie vraiment troublante, et je pense que ça m’a touchée.

Le personnage du photographe de guerre a une dimension très fantasmatique. Est-ce voulu ?

C’est très présent, en effet. Le photographe de guerre est un fantasme pour Ida et elle l’idéalise beaucoup. Le fait qu’on partage cette vision idéalisée est logique, car on voit tout à travers les yeux d’Ida. Elle idéalise par ailleurs le regard qu’il posait sur elle, elle le dit à la fin de la pièce : « il m’a vue », « il m’a reconnue ». Il y a quelque chose de narcissique dans l’amour qu’Ida porte à Pierre.

Cyril Teste et le collectif MxM vous ont-ils consultée pendant la création du spectacle ?

Oui, Cyril m’a demandé d’être présente pendant les répétitions. Le processus de création a duré cinq semaines, et j’ai passé quasiment trois semaines avec eux. Il y a eu beaucoup de travail à la table, puis lorsque c’est devenu très technique, je les ai laissés finir sans moi.

Qu’avez-vous pensé de la mise en scène de Cyril Teste ?

J’ai trouvé que c’était un très beau spectacle. J’ai beaucoup aimé le pas de côté qu’il fait en incluant à ce point la technologie dans le quotidien, avec une légère anticipation. J’ai aussi apprécié cet écran avec lequel le personnage est en constante interaction : le spectacle met vraiment le texte numérique au centre, comme la pièce essaie elle-même de le faire. Certains choix m’ont également surprise – ce n’est pas du tout une critique, simplement une vision différente : par exemple, la jeunesse de l’actrice jouant Ida, ou encore l’univers dans lequel le personnage évolue et qui renvoie à une classe sociale qui n’est pas celle que j’imaginais. Je voyais plutôt Ida vivant dans un petit studio, alors que les décors du spectacle donnent l’idée d’un bel appartement ou d’une chambre d’hôtel. C’est vraiment un univers propre au collectif MxM, mais c’est un déplacement qui est très beau et très intéressant.

Image en couverture : Ctrl-X, texte de Pauline Peyrade et mise en scène de Cyril Teste
Création au Théâtre Monfort en janvier 2018
© Samuel Rubio


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (7 janvier 2021). Entretien avec Pauline Peyrade. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqkh


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search