Du sale !

« LADY MACBETH, seule, continuant.

Le corbeau lui-même s’est enroué — à croasser l’entrée fatale de Duncan — sous mes créneaux. Venez, venez, esprits — qui assistez les pensées meurtrières ! Désexez-moi ici, — et, du crâne au talon, remplissez-moi toute — de la plus atroce cruauté. Épaississez mon sang, — fermez en moi tout accès, tout passage au remords ; — qu’aucun retour compatissant de la nature — n’ébranle ma volonté farouche et ne s’interpose — entre elle et l’exécution ! Venez à mes mamelles de femme, — et changez mon lait en fiel, vous, ministres du meurtre, — quel que soit le lieu où, invisibles substances, — vous aidiez à la violation de la nature. Viens, nuit épaisse, — et enveloppe-toi de la plus sombre fumée de l’enfer : — que mon couteau aigu ne voie pas la blessure qu’il va faire ; — et que le ciel ne puisse pas poindre à travers le linceul des ténèbres, — et me crier : Arrête ! arrête ! »

William Shakespeare, Macbeth, 1623
Acte I, scène 5
Traduction de François-Victor Hugo

Marion Siéfert

Marion Siéfert est autrice, metteuse en scène et performeuse. Ses études sur la littérature allemande la mènent en Allemagne où elle décide de consacrer une thèse de doctorat à l’Institut d’études théâtrales appliquées de Gießen[1]. C’est aussi en Allemagne qu’elle monte son premier spectacle, 2 ou 3 choses que je sais de vous[2], qui place les spectateurs au cœur de la représentation en proposant d’eux un portrait qui s’appuie sur leurs comptes Facebook et la façon dont ils s’y révèlent et s’y inventent.

Marion Siéfert collabore avec plusieurs compagnies (elle joue, par exemple, dans Les Nouveaux Aristocrates du collectif La Fleur) et devient artiste associée à La Commune, CDN d’Aubervilliers, en septembre 2017. C’est là qu’elle crée ses deuxième et troisième spectacles : Le Grand Sommeil (février 2018) et Du sale ! (mars 2019). Le Grand Sommeil repose sur la rencontre de Jeanne, petite fille de 11 ans, et Helena de Laurens, performeuse, danseuse et chorégraphe : Jeanne s’étant retirée du projet après six mois de répétitions, Marion Siéfert a choisi de placer cette absence au centre du spectacle et de le transformer en solo où Helena de Laurens joue à la fois son propre rôle et celui de son ancienne partenaire.

C’est sous la forme de la menace et du risque que le motif de l’absence revient dans Du sale ! puisque Laetitia Kerfa aka Original Laeti insiste pendant la représentation sur le fait qu’elle aurait pu abandonner le projet à de nombreuses reprises et même qu’elle pourrait encore quitter le plateau à tout moment. La rencontre a néanmoins bel et bien lieu dans ce qui constitue la douzième pièce d’actualité de La Commune, celle de la rappeuse Laetitia Kerfa et de la danseuse Janice Bieleu, mais aussi celle des formes artistiques, rap, danse et théâtre, et celle des publics, bourgeois et populaire.

Entretien avec Marion Siéfert
Propos recueillis le 28 mars 2019 à l’Université Paris-Diderot
Image et montage de Léo Salomé

Laetitia Kerfa aka Original Laeti

Laetitia Kerfa aka Original Laeti est née en 1994. D’origine algérienne et guadeloupéenne, elle a grandi à Paris. Très vite, elle est attirée par le rap. À seulement 25 ans, elle s’est produite dans de nombreux endroits comme le festival Irruption à Belleville ou Le Café La Pêche à Montreuil. Marion Siéfert la découvre lors d’un casting où elle s’impose par sa personnalité, sa présence scénique et sa volonté manifeste de participer à la pièce d’actualité Du sale !

Tandis que sa partenaire Janice Bieleu se dévoile essentiellement par la danse pendant le spectacle, c’est la langue qui constitue le moyen d’expression privilégié de Laetitia Kerfa, qu’elle chante des morceaux de rap ou qu’elle s’adresse directement au public pour raconter ses désirs et ses peurs, sa vie réelle et sa vie rêvée. Tout en recourant à la première personne du singulier sur un mode très intime, Laetitia Kerfa expose les différentes facettes de sa personnalité en multipliant les registres et les personnages, « pretty woman » ou Lady Macbeth. Comme elle le dit pendant le spectacle :

« Il y a plusieurs possibilités de moi. Et je veux pas en choisir une. […] Moi mon bordel ça me crée grave de la liberté. C’est un bordel pour les autres, mais en vrai, pour moi, c’est une petite partie de mon caractère. »

© Camille Dutel

Janice Bieleu

« Si tu m’as pas vu danser, tu peux pas me connaître. » Tels sont les mots de Janice Bieleu, dans l’un des rares moments du spectacle où l’on entend sa voix par le biais d’une bande enregistrée. Née en 2000 et actuellement étudiante en licence de STAPS, Janice Bieleu pratique une danse nourrie par le hip-hop, le funk, le popping et le Lite Feet, danse pour laquelle elle représente la France lors de compétitions internationales.

La jeune danseuse impressionne par sa virtuosité technique, mais aussi par l’intensité de sa présence au plateau et l’expressivité de son visage. En témoigne particulièrement le début du spectacle où sa danse émerge sur fond de silence, avec le seul bruit de sa respiration, amplifié par un micro, en guise d’accompagnement.

Tandis que Laetitia Kerfa aka Original Laeti se dévoile grâce aux mots, c’est par la danse que Janice Bieleu nous livre le portrait d’une femme à la fois forte et vulnérable, rageuse et solaire, multipliant les humeurs au gré d’une playlist destinée à souligner les différentes facettes de sa personnalité. Les prestations respectives des deux performeuses frappent ainsi par leur complémentarité, qu’il s’agisse des arts qu’elles pratiquent ou des énergies qu’elles dégagent.

© Camille Dutel

Lite Feet et popping

Lorsqu’on tape « Lite feet » sur un moteur de recherche, on tombe directement sur des images de danseurs dans le métro. En effet, c’est dans les souterrains new-yorkais que s’invite cette danse dérivée du hip-hop et du break dance et apparue au début des années 2000.

Les danseurs s’appuient sur leur environnement quotidien afin de réaliser leur chorégraphie, que ce soit en s’exposant sur les rames du métro et en jouant avec les barres de maintien. Ils jonglent avec leurs chaussures et leurs casquettes tout en devant s’adapter à l’allure du métro : « On doit apprendre à bouger dans le train en gardant notre équilibre. Le train peut se balancer d’un côté, puis de l’autre, s’arrêter brusquement. Il faut s’adapter, coller au mouvement. Le train, c’est toi ! », explique l’un d’eux[3].

Les jeunes acrobates tentent de se faire un nom et, pourquoi pas, d’obtenir un pourboire, tout en égayant le trajet des passagers. On peut citer quelques groupes reconnus tels que les W.A.F.F.L.E., les MonzterInc ou les Brotherhood. Si on peut saluer l’originalité et la créativité du Lite Feet, ce n’est pas l’avis de la municipalité new-yorkaise qui a décidé d’interdire toutes les représentations de cette danse dans les lieux publics, alors qu’elle lui faisait pourtant une bonne publicité.

Tommaso Sacconi, « Lite Feet / L Train NYC », 2013

Né dans les quartiers new-yorkais du Bronx dans les années 1970, le popping est une danse basée sur la contraction et la décontraction musculaires. On attribue sa diffusion au groupe de musique funk Electric Boogaloo. Selon l’anecdote, Sam Boogaloo, l’un des membres fondateurs du groupe, aurait donné son nom à la danse en ponctuant ses pas de danse robotiques par le mot « pop ! ».

© Leila Graindorge

« Valentine Solé et moi avons beaucoup réfléchi aux costumes. Pour Laetitia Kerfa, il fallait qu’elle entre sur scène comme une ‘‘meuf de la street’’. La difficulté, c’est qu’on ne peut pas s’habiller sur scène comme on s’habille dans la vie : le moindre élément envoie mille signes qu’on ne peut pas maîtriser. On a donc opté pour un jean gris et une veste assez intemporelle, plutôt masculine, qui permet de lui donner plus de carrure. Il y a ensuite la robe de princesse que Laetitia porte quand elle évoque les rapports entre hommes et femmes. C’est une robe qui m’est apparue en rêve et dont j’ai senti qu’elle pourrait déclencher quelque chose dans l’improvisation. Dès le début, Laetitia m’avait dit qu’elle avait envie de jouer Pretty Woman, ‘‘mais sans la pute et sans le mec’’ : on est parties de cette idée et de la robe de princesse, on y a ajouté la lecture de King Kong Théorie de Virginie Despentes, et ça a suffi pour lancer Laetitia et mettre en place tout le passage. Le dernier costume correspond au moment où Laetitia joue le rôle de Lady Macbeth : il souligne la transformation de la rappeuse en actrice en apportant quelque chose de plus théâtral, comme posé par-dessus les vêtements, à la façon d’une armure qu’elle peut déposer à la fin.

Pour Janice Bieleu, il fallait surtout qu’elle se sente parfaitement à l’aise dans ses mouvements et qu’on puisse la voir comme elle est dans son quotidien de danseuse. Quand elle ouvre le spectacle, elle porte des vêtements sombres, mais il y a des petites touches de blanc sur les pieds et le torse qui attirent le regard des spectateurs, avant qu’ils ne découvrent son visage petit à petit. L’ensemble qu’elle porte ensuite s’inspire du style ‘‘dandy’’ des fondateurs du popping que Janice connaît bien et dont elle nous a montré des exemples pendant la création. Le pull jaune permet également d’accrocher la lumière et de faire écho à la robe jaune de Laetitia. Enfin, dans la dernière partie du spectacle, elle porte une combinaison qui ressemble aux vêtements amples qu’elle a l’habitude de porter. Je trouvais toutefois important qu’on puisse voir la beauté de son corps et la puissance qui s’en dégage, ce qui est possible quand elle danse en ayant enlevé l’une de ses manches qui flotte alors autour d’elle. »

Marion Siéfert, rencontre à l’Université Paris-Diderot, 28 mars 2019

© Leila Graindorge

« Pretty woman sans la pute et sans le mec » :
la question du genre dans Du Sale !

Texte d’Izia Rouviller

Parmi les morceaux rappés par Laetitia Kerfa aka Original Laeti pendant la pièce d’actualité Du sale ! de Marion Siéfert, Nwaar Is The New Black est une reprise du titre du rappeur-auteur-compositeur-interprète Damso, de son vrai nom William Kalubi.

Damso, Nwaar Is The New Black, album Ipséité (2017)

Teaser du spectacle Du Sale ! de Marion Siéfert, La Commune CDN Aubervilliers

Original Laeti reprend ici les paroles intimes et incisives du Belgo-congolais, faisant résonner le passé difficile et les pensées noires du rappeur avec son propre parcours. Chez Damso comme chez Original Laeti, la familiarité et la vulgarité des propos traduisent un esprit contestataire où transparaît une violence physique, psychologique et sexuelle. Inversions sémantiques, nuances et antithèses permettent cependant à la rappeuse d’affirmer son statut de « meuf de la street », toujours optimiste malgré l’adversité quotidienne. En témoigne la comparaison de quelques extraits des deux chansons.

Ce portrait d’une femme forte contraste beaucoup avec les propos crus de Damso envers les femmes. Accusées de sexisme, ses chansons font en effet souvent polémique : en mars 2018, sous les critiques d’associations féministes, la Fédération belge de football renonce à sa collaboration avec l’artiste censé interpréter l’hymne officiel de l’équipe belge lors du Mondial. Si catégoriser les chansons de Damso comme sexistes est une entreprise délicate[4], les difficultés que rencontrent les femmes pour exister dans le monde du rap sont réelles, comme le constate Angèle, jeune artiste pop, dans son titre Balance ton quoi, en référence au hashtag #BalanceTonPorc diffusé sur les réseaux sociaux depuis 2017 pour dénoncer les violences sexuelles dont les femmes sont victimes au quotidien, dans le milieu professionnel notamment : « J’ai vu qu’le rap est à la mode / Et qu’il marche mieux quand il est sale / Bah, faudrait peut-être casser les codes / Une fille qui l’ouvre ce serait normal. »[5]

Si elle n’apprécie pas toujours la virulence des paroles de Damso, Angèle souligne que cela n’induit aucunement des comportements sexistes de la part du rappeur, qui a d’ailleurs tendance à travailler avec des collaboratrices féminines et dont elle a assuré les premières parties de concert au début de sa carrière[6]. Laetitia Kerfa, quant à elle, réfute toute accusation de sexisme :

« La plupart du temps, on va dire qu’il est sexiste, qu’il parle mal des femmes, mais en fait pas du tout. Bien au contraire. En fait, il parle d’une femme comme il parlerait d’un homme. C’est plutôt le sexe en lui-même qui l’intéresse, la sexualité en elle-même et la noirceur, mais sa noirceur à lui, pas celle de la femme. »[7]

Refusant le registre de la dénonciation à caractère général, Du sale ! n’en est pas moins un spectacle féministe où les clichés misogynes ne cessent d’être remis en cause. Outre ses parties rappées, les prestations d’actrice de Laetitia Kerfa bousculent les stéréotypes de genre et critiquent la main mise qu’aurait le « sexe fort » sur le pouvoir, la violence et même l’expression de la virilité. Avec la verve du stand-up, elle mime ainsi tour à tour une bodybuildeuse et une dominatrice sexuelle poussant des cris de jouissance gutturaux. Parmi les différents personnages qui l’habitent, elle cite également la « Pretty Woman » qu’incarne Julia Roberts dans le film de Garry Marshall, mais, précise-t-elle, « sans la pute et sans le mec». Imitant les hommes et leur excès de confiance avec humour, elle partage même ses méthodes de drague très entreprenantes et se réjouit des effets d’intimidation qu’elles produisent sur la gente masculine. Les morceaux rappés et les sketchs joués dans Du sale ! sont finalement autant de manières d’affirmer la parole artistique d’une femme qui déjoue les rôles qui lui sont habituellement assignés.

Laetitia Kerfa dans Du sale !
© Mathieu Bareyre

Marion Siéfert est revenue sur l’impasse où elle s’est trouvée lors de sa recherche d’une rappeuse dans les « open mic » (scènes libres) et les « battles » (compétitions entre rappeurs) de la scène rap de la région parisienne : « Dans les battles, il n’y a pas de filles. Dans les open mic, il y a toujours une ou deux filles, mais ce sont les exceptions. Je me suis dit qu’il y avait plein de filles qui rappent mais qui ne vont pas aux événements où je vais, qui vont autre part, qui rappent à côté… J’ai donc annoncé le casting, et là, trente rappeuses sont venues : parmi elles, j’ai rencontré Original Laeti. »[8] Mais comment expliquer cette absence de visibilité des femmes dans le monde du rap ? Pour Karim Hammou, auteur de l’ouvrage Une histoire du rap en France (La Découverte, 2014), cela est dû à un traitement discriminant plus général qui touche toute l’industrie de la musique et dont l’analyse est d’autant plus complexe que les facteurs en sont multiples et qu’il est difficile de connaître précisément le nombre réel de femmes qui évoluent dans ce milieu aux contours flous[9]. Dans son blog dédié au rap, Benjamine Weill fait même l’hypothèse que « le rap n’est pas plus misogyne que le reste de la société »[10] et envisage avec méfiance l’insistance du discours médiatique sur le sexisme à l’œuvre dans le monde du rap alors qu’il traverse toutes les couches de la société. La question de la place des femmes comme de leur représentation est effectivement l’enjeu d’un combat actuel commun à de nombreux arts. Face à ce problème, le spectacle Du sale ! n’a pas pour ambition d’avancer des réponses, mais bel et bien de proposer une solution concrète par la réunion de femmes issues de la scène du hip-hop et du théâtre contemporain.

Le duo formé par Laetitia Kerfa et Janice Bieleu est à cet égard particulièrement frappant : fondé sur l’écoute, leur jeu exclut la rivalité et la compétition, et leur proximité physique ainsi que les regards bienveillants qu’elles portent l’une sur l’autre témoignent de leur complicité. La fin du spectacle, à ce titre, est éloquente : les deux performeuses émues tombent dans les bras l’une de l’autre, avant d’être rejointes par Marion Siéfert pour une étreinte commune, tel un signe manifeste de sororité.


NOTES

[1] Voir notamment l’entretien avec Marion Siéfert, « Subvertir les attentes », propos recueillis par Wilson Le Personnic, Ma Culture, 23 juillet 2018.

[2] 2 ou 3 choses que je sais de vous, conception, texte, mise en scène et performance de Marion Siéfert, création en février 2018 à la Commune, CDN d’Aubervilliers. Sur ce spectacle, voir l’entretien réalisé avec Marion Siéfert par La servante : https://laservante.hypotheses.org/74

[3]Cité dans Samuel Delziani, « Le Lite Feet, hip-hop ferroviaire », La lettre du Cheminot, 2 juin 2016.

[4] Voir Thomas Modave, « Damso est-il vraiment sexiste ? », Le Vif (Belgique), 12 mars 2018.

[5] Angèle, Balance ton quoi, album Brol (2018)

[6] Justin Noto, « De Damso à la misogynie, le combat féministe d’Angèle contre le rap », Interlude, 5 octobre 2018.

[7] Laetitia Kerfa, feuille de salle du spectacle, La Commune CDN Aubervilliers, mars 2019.

[8] Marion Siéfert, rencontre à l’Université Paris-Diderot, 28 mars 2019.

[9] Karim Hammou, « Rappeuses : où sont les stars ? », Sur un son rap, 10 octobre 2017. Karim Hammou en profite pour valoriser des démarches comme celles de Madame Rap, média fondé par Éloïse Bouton et dédié aux femmes dans le hip-hop.

[10] Benjamine Weill2, « Genre, le rap est misogyne ! », Le Club de Mediapart, Blog : Essais de rapologie positive, 18 janvier 2018.

Image en couverture : Du sale !
Conception et mise en scène de Marion Siéfert
Création en mars 2019 à La Commune, CDN d’Aubervilliers
© Mathieu Bareyre


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (12 février 2021). Du sale ! La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqkr


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search