Reconstitution : Le procès de Bobigny

Reconstitution : Le procès de Bobigny
Création au T2G en octobre 2019

Émilie Rousset et Maya Boquet

Émilie Rousset a commencé sa formation théâtrale à l’INSAS, École Supérieure des Arts à Bruxelles, où elle a été frappée par la porosité entre les pratiques artistiques. Elle a ensuite rejoint l’École du TNS section mise en scène, puis a enseigné le théâtre avant de devenir metteuse en scène au sein de la compagnie John Corporation. Ses créations mêlent performances, installations, films et travail documentaire. Elles interrogent souvent le décalage entre le document original et sa représentation, entre la réalité et la fiction.

Maya Boquet s’intéresse également aux rapports entre fiction et documentaire. Réalisatrice sonore, autrice, dramaturge, elle fait partie, avec Lenka Luptáková, du duo Radio femme fatales qui joue sur scène des pièces radiophoniques qui sont retransmises simultanément à la radio.

Les Spécialistes (Cie John Corporation)
Première création, en 2014, lors de l’exposition Monumenta au Grand Palais

Depuis 2014, Émilie Rousset et Maya Boquet ont créé ensemble l’installation-performance Les Spécialistes, fondée sur un dispositif qui évolue en fonction du contexte d’accueil et qui invite le visiteur-spectateur à cheminer entre plusieurs stations pour écouter, au casque, des acteurs et des actrices jouer la parole de personnes préalablement interviewées sur des sujets communs.

Avec Reconstitution : Le procès de Bobigny, elles approfondissent ce travail de mise en jeu et en espace de l’archive sonore en le confrontant à un événement crucial dans l’histoire des luttes féministes.

Le procès de Bobigny

Le spectacle d’Émilie Rousset et Maya Boquet, Reconstitution : Le procès de Bobigny, a pour sujet un évènement crucial dans l’histoire des luttes féministes. En 1971, une adolescente, Marie-Claire Chevalier, décide d’avorter à la suite d’un viol alors que la loi de 1920 l’interdit. Elle est dénoncée par le violeur puis poursuivie en justice comme celle qui l’a avortée et celles qui l’y ont aidée, à savoir sa mère et deux de ses collègues. Marie-Claire Chevalier est jugée devant un tribunal pour enfants le 11 octobre 1972 tandis que les autres prévenues sont jugées devant le tribunal de grande instance de Bobigny le 8 novembre. Gisèle Halimi, l’avocate des prévenues, transforme le procès en procès de la loi de 1920 avec l’aide de l’association Choisir la cause des femmes créée à la suite de la publication du Manifeste des 343. Marie-Claire Chevalier a été relaxée à l’issue du procès car il a été considéré qu’elle avait fait l’objet de « contraintes d’ordre moral, social, familial, auxquelles elle n’avait pu résister ». Sa mère a écopé d’une amende de 500 francs avec sursis, ses deux collègues ont été relaxées et l’avorteuse a été condamnée à un an de prison avec sursis. Ce procès est une étape décisive dans la lutte pour le droit des femmes à disposer de leur corps et participe de façon déterminante à l’évolution de l’opinion publique sur ce sujet : en 1975, la loi Veil dépénalise l’avortement[1].

« Monsieur le président, Messieurs du tribunal,
Je ressens avec une plénitude jamais connue à ce jour un parfait accord entre mon métier qui est de plaider, qui est de défendre, et ma condition de femme.
Je ressens donc au premier plan, au plan physique, il faut le dire, une solidarité fondamentale avec ces quatre femmes, et avec les autres.
Ce que j’essaie d’exprimer ici, c’est que je m’identifie précisément et totalement avec Mme Chevalier et avec ces trois femmes présentes à l’audience, avec ces femmes qui manifestent dans la rue, avec ces millions de femmes françaises et autres.
Elles sont ma famille. Elles sont mon combat. Elles sont ma pratique quotidienne. […]
S’il reste encore au monde un serf, c’est la femme, c’est la serve, puisqu’elle comparaît devant vous, Messieurs, quand elle n’a pas obéi à votre loi, quand elle avorte. Comparaître devant vous. N’est-ce pas déjà le signe le plus certain de notre oppression ? Pardonnez-moi, Messieurs, mais j’ai décidé de tout dire ce soir. Regardez-vous et regardez-nous. Quatre femmes comparaissent devant quatre hommes… Et pour parler de quoi ? De sondes, d’utérus, de ventres, de grossesses, et d’avortements !… […]
Est-ce que vous accepteriez, vous, Messieurs, de comparaître devant des tribunaux de femmes parce que vous auriez disposé de votre corps ?… Cela est démentiel ! »

Extraits de la plaidoirie de Gisèle Halimi au procès de Bobigny

Malgré son titre, le spectacle d’Émilie Rousset et Maya Boquet n’a rien d’une reconstitution et tourne autour de l’événement sans jamais le représenter. Les archives sonores sur lesquelles il s’appuie datent de 2019 : il s’agit de la parole de douze personnes concernées par les enjeux du procès sans y avoir nécessairement assisté et invitées à réagir à l’un ou l’autre passage des audiences, rigoureusement transcrites et aussitôt publiées par l’association Choisir (Avortement. Une loi en procès. L’affaire de Bobigny, Gallimard, 1973). Le procès de Bobigny devient dès lors un moyen de poser la question des droits des femmes aujourd’hui, de ce qu’elles ont obtenu et des raisons pour lesquelles elles doivent encore se battre. Reconstitution : Le procès de Bobigny est donc un spectacle résolument tourné vers le présent et vers l’avenir.

Du procès au spectacle

Pour créer Reconstitution : Le procès de Bobigny, Émilie Rousset et Maya Boquet se penchent sur les archives du procès de Bobigny ; elles vont à la rencontre d’artistes, de médecins, de journalistes, d’universitaires, ayant assisté au procès ou ayant un regard contemporain sur la question de l’avortement. Après avoir réuni des heures d’enregistrement, elles les trient et les montent : voilà le point de départ, le cœur de leur projet. Elles imaginent alors un dispositif où elles pourraient exposer le fruit de leur travail, tout en restituant le processus de création. Ce dispositif transformable laisse au spectateur la liberté de faire ses choix. Au Théâtre de la Cité internationale, le spectacle est divisé en deux salles où le spectateur peut se promener comme bon lui semble. Dans ces salles sont disposés différents postes d’écoute, à côté desquels on trouve un panneau renseignant l’identité de la personne dont la parole sera retransmise par la voix d’un acteur ou d’une actrice. Ne disposant pas d’assez de temps pour tout écouter, le spectateur devra construire son propre parcours. Dans Reconstitution : Le procès de Bobigny, il y a autant de spectacles que de spectateurs…

© Manon Lepouzé

Dans Reconstitution : Le procès de Bobigny, le spectateur est invité à cheminer entre douze stations où il voit et écoute au casque des acteurs et des actrices interpréter la parole recueillie par Émilie Rousset et Maya Boquet au cours d’entretiens réalisés en amont du spectacle.

La vidéo présentée ici met en évidence la liberté du spectateur en proposant quatre chemins qui peuvent être suivis parmi une infinité d’autres. L’objectif est de souligner le caractère unique de l’expérience que vit chaque spectateur lors de la représentation.

© Lise Blanchet

Les entretiens ont été menés avec des personnes qui sont concernées par le procès à des titres divers, du protagoniste direct qui y a participé en tant que témoin de la défense à l’universitaire spécialiste d’une question soulevée par les archives. Par ordre d’apparition sur la vidéo : Émile Duport (militant « pro-vie »), Claude Servan-Schreiber (journaliste et témoin au procès), Jean-Yves Le Naour (historien), Françoise Fabian (comédienne et témoin au procès), Camille Froidevaux-Metterie (philosophe et professeure de science politique), René Frydman (obstétricien-gynécologue), Myriam Paris (spécialiste du contrôle des naissances à la Réunion), Christine Delphy (sociologue et cofondatrice du MLF), Véronique Séhier (coprésidente du Planning Familial), Véronique Champeil-Desplats (professeure de droit public), Marie Bardet (militante du droit à l’avortement en Argentine) et Marielle Issartel (chef-monteuse et réalisatrice). Les variations de points de vue sont démultipliées par les variations de la distribution, acteurs et actrices alternant pour jouer la même personne.

Françoise Fabian

Dans le spectacle Reconstitution : Le procès de Bobigny, Émilie Rousset et Maya Boquet font entendre la parole particulièrement savoureuse de Françoise Fabian qui a directement participé à l’événement en tant que témoin au procès.

Françoise Fabian est une actrice de cinéma et de théâtre née à Alger le 10 mai 1933. Elle n’a jamais cessé de défendre la cause des femmes et de lutter pour leur liberté tout au long de sa carrière professionnelle et de sa vie privée. Dès ses débuts, elle incarne des rôles de femmes fortes, indépendantes et maîtresses de leur destinée, à l’image de la jeune divorcée de Ma nuit chez Maud d’Éric Rohmer (1969). Mais c’est dans les années 1970 que son combat féministe s’intensifie. En effet, lors du procès de Bobigny, elle prend la défense de Marie-Claire Chevalier en témoignant à la barre. Comme elle l’avait déjà fait dans le Manifeste des 343, elle reconnaît avoir avorté et explique que « la maternité est une chose que l’on doit choisir » tout en assurant qu’elle ferait tout pour faire avorter sa fille si celle-ci devait tomber enceinte sans le vouloir. Ce faisant, elle participe à la stratégie de l’avocate Gisèle Halimi qui vise à gagner l’opinion publique en faisant du procès un événement médiatique retentissant, mais aussi à souligner les profondes inégalités sociales entre les femmes qui font face à l’avortement et à la justice.

Dans un entretien qu’elle a accordé au magazine General Pop en 2018, Françoise Fabian dit la constance de son engagement féministe. Elle soutient les mouvements #MeToo et Time’s up tout en louant la puissance des femmes : « Elles sont très fortes, elles sont formidables ! Elles ont fait des choses merveilleuses, les femmes ! Elles écrivent d’une façon formidable ! Elles ont été des reines, des impératrices. »[2]

Myriam Paris

« Ne croyez-vous pas qu’il est scandaleux de décider qu’il y a une démographie qui est mauvaise et une démographie qui est bonne, qu’il y a un respect de la vie, selon que l’on se trouve à Paris ou à Bordeaux, et un autre respect de la vie si l’on se trouve à Pointe-à-Pitre ou à Saint-Denis-de-la-Réunion ? Pourquoi cette discrimination inacceptable ? »

Parce que la plaidoirie de Gisèle Halimi lors du procès de Bobigny fait rapidement mention des inégalités entre les Françaises selon qu’elles vivent en métropole ou outre-mer, le spectacle Reconstitution : Le procès de Bobigny choisit de revenir sur les crimes souvent méconnus qu’ont commis les autorités françaises contre les femmes réunionnaises pendant les années 1960 et 1970. Dans ce but, Émilie Rousset et Maya Boquet se sont entretenues avec Myriam Paris, docteure en science politique et autrice d’une thèse intitulée « ‘‘Nous qui versons la vie goutte à goutte’’ Féminisme et économie reproductive : une sociohistoire du pouvoir colonial à La Réunion » (soutenue en 2018, la thèse a fait l’objet d’une publication parue en 2020 aux éditions Dalloz). Contrairement à ce qui se passe en France métropolitaine, les autorités mènent une politique anti-nataliste à la Réunion. Outre de grandes campagnes d’incitation à la contraception, des médecins locaux pratiquent sur les femmes des avortements et des stérilisations forcés sous de faux prétextes médicaux. On leur administre aussi un contraceptif dangereux dont l’utilisation est interdite en métropole. Les procès intentés par quelques-unes des victimes n’ont donné lieu à aucune sanction sérieuse pour les coupables[3]. Évoquer ces événements oubliés permet de les inclure dans le travail de mémoire qui est au cœur du spectacle Reconstitution : Le procès de Bobigny et fait entendre l’histoire, auprès de celle de Marie-Claire Chevalier, de multiples femmes invisibles pour lesquelles justice n’a pas été rendue. Que les femmes soient interdites ou forcées d’avorter, il s’agit de les priver de leur autonomie corporelle. Dans le cas des femmes réunionnaises, s’ajoute un système d’oppression raciste, que le spectacle reconnaît et souligne


NOTES

[1] Pour en savoir plus sur le procès de Bobigny, on pourra notamment se reporter à ce numéro de l’émission Affaires sensibles : « 1972 – Le procès de Bobigny : Marie-Claire jugée pour avoir avorté », (France Inter, 5 mai 2016). Le procès de Bobigny a également inspiré un spectacle très différent de celui d’Émilie Rousset, Hors-la-loi, écrit et mis en scène par Pauline Bureau (Comédie-Française, mai 2019). 

[2] « Désir, âge et féminisme avec Françoise Fabian », General Pop, 28 mai 2018.

[3] Sur ce sujet, voir aussi Élise Lambert, « Récit. ‘‘On a tué l’enfant que je portais’’ : l’affaire oubliée des avortements et stérilisations forcés à la Réunion », France Info.

Image en couverture : Reconstitution : Le procès de Bobigny
Création au T2G en octobre 2019
© Philippe Lebruman


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (25 avril 2021). Reconstitution : Le procès de Bobigny. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqku


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search