Crowd

Créé le 8 novembre 2017 au Maillon, Théâtre de Strasbourg, et repris en septembre 2019 au Centre Pompidou dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, Crowd est un spectacle conçu, chorégraphié et scénographié par Gisèle Vienne[1].

Présentation de Crowd par Gisèle Vienne pour la Comédie de Saint-Etienne

Du Sacre du printemps à Crowd

À l’origine de Crowd, il y a le projet avorté de monter Le Sacre du printemps, ballet du début du XXe siècle dont l’influence continue de se faire sentir dans la création qui s’y est substituée, qu’il s’agisse des rapports entre l’art et le sacré ou de la ritualisation de la violence.

Composé par Igor Stravinsky et initialement chorégraphié par Vaslav Ninjinsky pour les Ballets russes de Serge Diaghilev, Le Sacre du printemps est créé le 29 mai 1913 au Théâtre des Champs-Elysées. Sous-titrée Tableaux de la Russie païenne en deux parties, l’œuvre montre des actions rituelles à la gloire de la terre, puis la danse d’une jeune fille qui doit être sacrifiée au dieu du printemps pour en attirer les bonnes grâces. Par son sujet et surtout par son avant-gardisme sur les plans musical et chorégraphique, le ballet provoque un grand scandale lors de la première. Refus de la régularité et de l’harmonie, inflation des percussions et gestes saccadés : la représentation constitue un coup de tonnerre provocateur, et Stravinski doit attendre l’année suivante pour être enfin ovationné à Paris.

De nombreux chorégraphes se sont emparés de la partition de Stravinski, à l’exemple de Pina Bausch qui crée Le Sacre du printemps en 1975 à l’Opéra national de Paris. La simplicité du plateau recouvert de terre battue évoque fortement la scénographie de Crowd. De même, la cadence répétitive voire martelée des gestes des danseurs et de l’orchestration qui les accompagne, associe défoulement et coordination, chaos pulsionnel et codification rituelle, selon un jeu de tensions qui organise constamment la communauté représentée dans le spectacle de Gisèle Vienne.

L’influence de Bill Viola

En considérant la lenteur exacerbée dont joue Gisèle Vienne dans son spectacle-performance, on pense aussitôt aux œuvres de Bill Viola, vidéaste né à New-York en 1951. La vidéo est particulièrement propice à cette réflexion sur le temps : étiré ou compressé, celui-ci est une matière dont Viola s’empare à la façon d’un sculpteur pour interpeler le spectateur et déjouer ses modes habituels de perception.

The Greeting (1995) est l’une des œuvres qui permet le mieux de saisir la façon dont Bill Viola exprime et partage ses interrogations sur le temps. Ici, Viola reprend les personnages que peint Jacopo da Pontormo au XVIe siècle dans sa Visitation, c’est-à-dire Marie, enceinte de Jésus, rendant visite à sa cousine Élisabeth, enceinte de Jean-Baptiste. Au ralentissement hypnotique des gestes, s’ajoutent ici la mise en mouvement d’une peinture religieuse et la rencontre de temporalités différentes associant le lointain passé et le présent le plus immédiat : autant d’éléments que l’on peut rapprocher de Crowd, qu’il s’agisse du caractère pictural de certains tableaux ou de son indétermination temporelle, entre rituel archaïque et rave d’aujourd’hui.

Inspirations photographiques

Dans Crowd, le traitement de la lumière par Patrick Riou évolue sans cesse, passant de l’ambiance stroboscopique d’une free party au halo figé d’une peinture religieuse… L’alternance entre ces effets visuels participe à l’immersion du spectateur, tout en créant une grande variété d’atmosphères. D’après la fiche pédagogique du Théâtre National de Bretagne (Rennes), Gisèle Vienne revendique l’influence des univers photographiques de Rebecca Topakian et George Shiras.

Si leurs sujets de prédilection semblent éloignés (d’un côté, le monde des fêtes parisiennes, de l’autre, la faune sauvage américaine, à des époques différentes), Rebecca Topakian et George Shiras se rejoignent par leur volonté de retranscrire des scènes nocturnes, d’une grande spontanéité.

Photographie de George Shiras au Yellowstone National Park, Wyoming, juillet 1913

George Shiras, chasseur dans les années 1880, met à profit cette expérience dans une démarche artistique. Il part dans la nature, la nuit, et déclenche un flash très puissant au moindre bruit. Il capte ainsi des images de la nature sauvage d’une rare intensité[2].

Photographie de Rebecca Topakian, extrait de la série Infra, Paris, 2017

La jeune photographe Rebecca Topakian « traque » ses modèles dans les boîtes de nuit à la recherche d’un « état d’abandon total à la danse » (voir la description que la photographe fait de la série Infra sur son site). Elle utilise pour cela la lumière infrarouge afin de capturer ses sujets sans se faire remarquer. On découvre ainsi des corps saisis en pleine transe, d’une étrange beauté[3]. Comme dans Crowd, les techniques utilisées permettent de figer des fragments de réalité, isolant les individus tout en les intégrant dans un imaginaire poétique.

Inspirations chorégraphiques

Pour faire vibrer les sens des spectateurs au rythme de la musique électronique et des mouvements dionysiaques des danseurs, Gisèle Vienne utilise le vocabulaire du clubbing d’aujourd’hui dans son spectacle Crowd. Elle nourrit sa création des danses de milieux urbains et alternatifs : entre autres influences chorégraphiques, waacking et voguing se mêlent à la théâtralité affichée des corps en suspension.

Waacking et voguing sont des mouvements qui apparaissent au cours des années 1970, dans des clubs fréquentés par des homosexuels et transgenres afro-américains aux États-Unis. Il s’agit pour ces communautés marginalisées de trouver leurs propres moyens d’expression, de se retrouver entre personnes concernées afin de s’entraider dans un pays ouvertement raciste. Le waacking est une danse assez sensuelle, faite de mouvements saccadés, inspirée du funk et du disco. Le voguing reprend les poses des mannequins du magazine américain Vogue des années 1960. Les danseurs se retrouvent dans des familles appelées « houses » et s’affrontent dans la « ballroom ». Au cours des années 1990, le mouvement prend de l’ampleur et se popularise en Angleterre ou en France. Lasseindra Ninja ou Kiddy Smile, par exemple, sont des figures de proue du voguing en France[4].

© Bianca Henrion

Politique et esthétique de la rave party

Dans Crowd, Gisèle Vienne met en scène une rave party dans les années 1990, ces rassemblements autour de la musique techno qui sont généralement organisés en plein air ou dans des bâtiments désaffectés. S’inspirant de ses propres expériences de jeunesse dans les raves berlinoises, Gisèle Vienne reproduit sur scène cet espace de débordement marqué par la prise de psychotropes et la libre expression des désirs sexuels. À la fois transe et ivresse psychédélique, la danse initie aussi bien rapprochements et étreintes que rejets, coups et chutes au sein du groupe. La violence, latente, est toujours sur le point d’éclater.

Dans l’opinion publique, le terme « rave » est négativement connoté : les raves tendent en effet à être réduites à des soirées « sauvages » où des jeunes se rassemblent pour danser sur des musiques « dégénérées » et pour consommer drogues et alcool. Depuis leur encadrement par la loi en 2001, les raves et free parties – variante clandestine des raves – sont de plus en plus contrôlées et réprimées par les autorités, qui les considèrent d’abord comme des sources de nuisances sans prendre en compte leur dimension culturelle. Dans le contexte actuel, il est par ailleurs difficile de ne pas penser à la mort de Steve Maia Caniço, ce jeune homme retrouvé noyé dans la Loire à la suite d’une descente policière le soir de la Fête de la Musique, à Nantes, en juin dernier[5].

Dans Crowd, toutefois, la violence ne surgit qu’au sein du groupe et ne vient jamais de l’extérieur. Sa présence reste par ailleurs très édulcorée, tant elle est poétisée par la décomposition rythmique des mouvements des performeurs, oscillant entre frénésie et lenteur. Pour Gisèle Vienne, il s’agit d’appréhender la violence dans sa dimension anthropologique comme élément constitutif de toute communauté. Selon elle, les fêtes contemporaines sont comparables à des rituels païens, lorsque la transe devient expérience du monde sensible et métaphysique. Avec sa rave en slow motion, Crowd échappe au registre de l’apologie comme de la condamnation : la représentation est propice aux projections très diverses des spectateurs au gré de leur imagination et de leur sensibilité[6].


NOTES

[1] Beaucoup a été écrit sur le spectacle. De façon volontairement décalée, on recommandera la jolie chronique dessinée proposée par le webzine Grammartical à l’occasion de la création du spectacle au Maillon en 2017 : « Chronique dessinée : ‘‘Crowd’’ de Gisèle Vienne », Grammartical, 8 novembre 2017. Gisèle Vienne est par ailleurs revenue régulièrement sur le spectacle, notamment à l’occasion de sa reprise au Théâtre Nanterre-Amandiers en décembre 2019 : Gisèle Vienne, « Danse avec la foule », entretien menée par Olivia Giesberg dans le cadre de l’émission La Grande Table, France Culture, 29 novembre 2019.

[2] Pour en savoir plus sur George Shiras : Clément Bénech, « George Shiras, un chasseur sachant flasher », Libération, 2 octobre 2015.

[3] Pour en savoir plus sur Rebecca Topakian, voir : le site internet de la photographe ; Rebecca Topakian (portfolio), Luc Vinogradoff et Brice Laemle (textes), « 55 heures de fête en images : le dernier week-end à Concrete », Le Monde, 22 juillet 2019, Anaïs Viand, « Corps en communion : ‘‘Infra’’ ou l’ancrage des sens », Fisheye Magazine, juillet 2019.

[4] Sur le voguing, la culture ballroom et son succès grandissant au risque de la récupération et de la dépolitisation, voir l’entretien avec Lasseindra Ninja : « Rencontre avec Lasseindra Ninja, pionnière du voguing en France : “Les Blancs s’emparent d’un phénomène qu’ils ne connaissent pas.” », Numéro, 22 février 2019.

[5] Yoann Compagnon, « Techno Parade : contre la répression, en mémoire de Steve », Radio Parleur, 1 octobre 2019.

[6] À titre de prolongement, il faut évoquer le film de Patric Chiha, Si c’était de l’amour, qui documente le processus de création de Crowd et est sorti en mars 2020. Voir Caroline Châtelet, « Danse en puissance – à propos d’un film de Patric Chiha sur Crowd de Gisèle Vienne », AOC, 4 mars 2020.

Image en couverture : Crowd de Gisèle Vienne
Capture d’écran sur la captation du spectacle
filmé à Nanterre-Amandiers en décembre 2017 et à la MC Grenoble en février 2018
Réalisation de Caroline Detournay et Paulina Pisarek
© Compagnie DACM / Gisèle Vienne


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (25 avril 2021). Crowd. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqkv


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search