The Way She Dies

En rêvant d’Anna Karénine

Spectacle écrit par Tiago Rodrigues pour le collectif Tg STAN, The Way She Dies a été créé au Teatro Nacional D. Maria II (Lisbonne) le 9 mars 2017. La première française a eu lieu au Théâtre Garonne le 28 mars 2017 et c’est au Théâtre de la Bastille que nous l’avons découvert, lors de la reprise en octobre 2019 dans le cadre du Festival d’Automne à Paris.

Le spectacle fait coïncider deux espaces-temps sur scène. Deux couples se déchirent sous le coup de l’infidélité féminine. L’un évolue dans les années 1960 à Lisbonne tandis que l’autre nous est plus contemporain et habite à Anvers. Ce qui lie ces deux histoires, c’est le roman Anna Karénine de Tolstoï, que les personnages convoquent sans cesse pour essayer de comprendre ce qu’ils vivent. Isabel (Isabel Abreu) s’identifie si profondément au personnage d’Anna Karénine qu’elle la sent vivre en elle. Frank (Frank Vercruyssen) lit obsessionnellement le roman, seul objet qui lui reste de sa mère, en y cherchant sans relâche des réponses à des questions qu’il ne se formule pas clairement. Le roman trouve sa place au cœur d’une histoire familiale douloureuse et le personnage d’Anna Karénine traverse les âges sans vieillir, renaissant sans cesse dans l’imaginaire des lecteurs et des lectrices…

© Manon Lepouzé

Dans le spectacle The Way She Dies de Tiago Rodrigues et du Tg STAN, la scène du Théâtre de la Bastille est surmontée d’une verrière et de quatre lampadaires qui suggèrent un hall de gare. Ce lieu occupe effectivement une place centrale dans le roman de Tolstoï, Anna Karénine, car c’est là que commence et que s’achève l’histoire d’amour entre Anna et Vronski, depuis leur première rencontre jusqu’au suicide d’Anna sous les roues d’un train.

Comme l’a souligné Frank Vercruyssen dans un entretien, la gare est « l’espace des allers et retours »[1] : allers et retours entre Lisbonne et Anvers, entre le passé et le présent, entre la littérature et la vie. Les époques et les lieux se superposent et se croisent, notamment lors de cette scène où les amants d’aujourd’hui se séparent sur le quai d’une gare tandis que ceux d’hier s’y amusent sous une neige de papier.

Mais la gare est aussi l’espace de l’attente, à l’image de ce banc où s’assoient parfois les acteurs quand ils ne jouent pas une scène, à moins qu’il ne s’agisse des personnages qui choisissent d’y faire une pause en espérant autre chose de leur vie.

L’art du comédien du Tg Stan

Les spectacles du Tg STAN et de Tiago Rodrigues ont pour particularité de refuser toute forme d’illusionnisme dans le souci de mettre en lumière le processus de création collective. On assiste ainsi à une mise à nu des ficelles théâtrales dans The Way She Dies, adaptation d’Anna Karénine naviguant entre fiction et réalité de la représentation.

Dès l’entrée en salle, comédiennes et comédiens sont déjà présents sur scène, et ils ne la quitteront pas durant tout le spectacle. À cour, se trouve un espace hybride, à la fois cuisine et coulisses où cohabitent les personnages et les acteurs attendant de jouer. Les changements de costume et de décor se font à vue, comme lors de l’étreinte entre Jolente et Pedro où la tempête de neige est permise par l’installation, en direct, d’une machine à air faisant s’envoler les pages du roman de Tolstoï.

Les personnages portent les prénoms des comédiens et l’on alterne entre leurs histoires croisées et des moments de lecture du roman de Tolstoï entrecoupés de commentaires dont on ne saurait toujours dire si on les doit aux personnages ou à ceux qui les jouent.

Le surtitrage offre une nouvelle occasion de mettre la fiction à distance lorsque les acteurs lisent ostensiblement les répliques qu’ils sont censés avoir en mémoire.

À la fin du spectacle, les acteurs confrontent les traductions française, néerlandaise et portugaise de la scène finale du roman avec la version russe de Tolstoï. Ils soulignent les variations de sens et la pluralité des interprétations qui en découlent, mais ils suggèrent également qu’Isabel s’est suicidée, à l’image d’Anna, l’héroïne de son roman préféré : si le théâtre s’avoue comme théâtre, il n’affirme pas moins les pouvoirs de la fiction sur nos vies[2].

Le jeu des langues

« The way she dies », « como ela morre », « sa façon de mourir »… C’est un roman russe, dit en français, par des néerlandophones et des lusophones. C’est l’histoire d’une Portugaise qui rencontre un Belge, d’une Belge qui rencontre un Portugais, et tous se parlent en français. C’est l’histoire de deux couples, qui dialoguent sans se comprendre, étrangers l’un à l’autre.

La question de la langue est omniprésente dans le spectacle de Tiago Rodrigues et du Tg STAN et atteint son paroxysme dans la scène finale : tour à tour, les comédiens disent la mort d’Anna Karénine dans leur langue, faisant apparaître les subtilités de la traduction, donnant à entendre à chaque fois un texte différent, nous racontant trois façons singulières de mourir. Grâce au roman de Tolstoï, toutes les langues réussissent à se rencontrer : l’incommunicabilité qui menace les couples est déjouée par les acteurs et par la création collective, polyglotte et polyphonique, qu’est The Way She Dies.

Les Quatre Morts d’Anna Karénine
Montage sonore de Chloé Zlotnik
Accompagné de la musique November de Max Richter

Éloge de la lecture

De gauche à droite : Rogier Van Der Weyden, « Marie-Madeleine lisant », 1445
Matthias Stomer, « Jeune homme lisant à la lueur d’une chandelle », 1635
Jean-Louis Meissonier, « Le liseur blanc », 1857
Tamara de Lempicka, « Polish girl », 1933
Iman Maleki, « Sisters and a book », 1997.

« Quand nous lisons, nous faisons des choix, nous traduisons ce que nous lisons vers le langage de notre propre existence. Les pages sont illuminées par la bougie de nos expériences et cette flamme vacille et change de couleur à cause de ce que nous lisons.
Nous savons qu’un livre est capable de nous changer. En lisant la description d’un bal, un lecteur peut décider de divorcer. En lisant comment deux personnages échangent un premier regard furtif, le lecteur peut décider de se marier. En lisant un dialogue sur les champignons, un lecteur peut décider de changer d’emploi. Un roman comme Anna Karénine de Tolstoï peut aussi être la collection des vies qu’il a changées, légèrement ou profondément, en bien ou en mal. Des vies qui pourraient changer comment meurt Anna.»[3]

The Way She Dies évoque la puissance de la littérature dans notre quotidien.

La littérature nous influence, nous soutient comme une alliée, une amie.

La littérature aide à vivre.

« On est en train de lire et après les personnages continuent à nous accompagner dans les transports publics, au travail, ils nous chuchotent à l’oreille. »[4]

Et vous, quels sont les personnages qui vous chuchotent à l’oreille ?


NOTES

[1] Frank Vercuyssen, « Entretien », propos recueillis par Agathe le Taillandier, avril 2019 , dossier de presse du Festival d’Automne à Paris.

[2] Pour aller plus loin, voir Anne Pellois, « L’acteur déjà là du Tg STAN », Agôn [En ligne], n° 5, 2012, mis en ligne le 25 janvier 2013.

[3]Programme de The Way She Dies de Tiago Rodrigues et du Tg STAN.

[4]Tiago Rodrigues, « Le pouvoir de la littérature en scène », émission Tous en scène animée par Aurélie Charon, France Culture, 15 septembre 2019

Image en couverture : The Way She Dies
Spectacle écrit par Tiago Rodrigues pour le collectif Tg STAN
Création au Teatro Nacional D. Maria II (Lisbonne) le 9 mars 2017
© Filipe Ferreira