C comme Cri

Texte de Camille Doucet

C comme Cri : « Son animal ou humain ». À la fois inintelligible car vide de mots et pourtant éminemment expressif car plein de sens, il est par-dessus tout communicatif. Il communique entre ceux qui ne parlent pas la même langue un message clair : l’urgence. C’est le propre du cri, un son qui ne peut pas ne pas sortir, qui est nécessaire et par là : essentiel. Communicatif aussi parce qu’on le rejoint, comme une meute qui perce le silence de la nuit, il appelle à être rallié. On ne peut pas crier dans la ville ? Eh bien c’est fait. À 17 heures tous les jours devant les théâtres fermés, on crie à présent.

Photographies prises en mars 2021 lors de la session du cri à 17h au Théâtre de la Colline (Paris).
Montage et photographie : Camille Doucet (@camilledouce.t)

Le cri en mars 2021 au Théâtre de la Colline (Paris)

Ce mouvement a débuté au Théâtre de la Colline et au Théâtre de l’Odéon, en mars 2021. Ces deux théâtres parisiens sont – comme tous les théâtres en France – fermés depuis presque un an, du fait des mesures sanitaires liées à la pandémie de covid-19. Pour exprimer leur opposition à la dureté de ces mesures, des étudiants et des artistes ont décidé d’occuper les théâtres. Dès lors, plusieurs actions ont été menées, et un rituel s’est établi : à 17 heures, une minute, non de silence, mais de cri. C’est une façon comme une autre de se faire entendre, de casser les oreilles ou de rejoindre les chants perdus. Que dit-il ? Ce que l’on veut y entendre. On peut y percevoir un cri de colère ou bien un rappel des égosillements festifs. Il peut vouloir résonner contre les murs et les portes fermés et faire entendre ceux que l’on n’écoute pas, ou bien juste célébrer cette communauté qui se forme, occasion de s’exprimer comme on ne peut plus le faire. Une façon comme une autre de se faire entendre, vraiment ? Peut-être pas. Le cri, comme le montre le théâtre, est une action et continue d’en être une, même quand il est muet.

Occupation du Théâtre Graslin à Nantes (14 mars 2021)
Filmage d’Antoine Perraud pour Mediapart

Et c’est là toute la puissance du cri, comme l’a très bien étudié Emma Ait Kaci dans son travail Le Cri dans L’Orestie d’Eschyle[1] : « Le cri bouleverse l’ordre du monde dramatique et scénique, il permet de montrer ce que nul ne peut voir, aussi bien selon un mode symbolique, que scénique. » Du cri étouffé d’Iphigénie aux cris comme communication entre le monde des morts et celui des vivants, il convient de mesurer la puissance active du cri, et de comprendre le choix de ce mode d’action par le mouvement ouverturesSsessentielles. C’est le nom que le mouvement d’occupation des théâtres s’est donné sur les réseaux sociaux, notamment Instagram (@ouverturesssessentielles), afin de rassembler tous les membres qui se sentent concernés par cette cause, et de mener une lutte organisée. Les actions diffèrent selon les théâtres, les moments et l’évolution des mesures sanitaires  : des scènes ouvertes, des danses, des concerts, des lectures, et à 17 heures : un cri. Un cri libre, qui ne feint pas de mélodie mais qui reste heureux. Parce qu’il est poussé ensemble, et que peut-être il rameutera d’autres voix, d’autres souffles, afin que crier pour se faire écouter ne soit plus essentiel, et que la colère et l’incompréhension qu’on y entend se muent un jour en célébrations d’un espace retrouvé.


NOTES

[1] Emma Ait Kaci, Le Cri dans L’Orestie d’Eschyle, mémoire de de L3 soutenu à l’Université Paris Nanterre, juin 2020.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (19 mai 2021). C comme Cri. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqky


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search