A comme Année blanche

Texte d’Émilie Thomasson

6 mai 2020. Alors que les salles de spectacle sont fermées depuis le 15 mars et les rassemblements de plus de 100 personnes interdits, le gouvernement annonce la mise en place de mesures d’urgence pour les intermittent·es du spectacle. Soulagement dans les rangs des quelques 276 000 artistes et technicien·nes de la culture dont le statut d’intermittent, non seulement difficile à obtenir, est aussi extrêmement précaire[1].

C’est sous l’appellation d’« année blanche » que ces mesures voient le jour. L’expression était jusqu’alors connue pour qualifier l’annulation de l’impôt sur les revenus 2018 dans le but de faciliter l’avènement du prélèvement à la source. On parlait alors d’« année fiscale blanche ». 86, année blanche est aussi le titre que Lucile Bordes donne à son troisième roman qui paraît en 2016 et dans lequel elle donne la voix à des femmes dont la vie est directement touchée par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. L’année blanche dont les artistes et technicien·nes du spectacle font aujourd’hui l’expérience, semble être à la croisée de ces significations : entre idée de progrès économique et social, période de transition et catastrophe planétaire.

Dans le contexte actuel, l’année blanche est un dispositif mis en place pour soutenir les intermittent·es du spectacle. Annoncée en mai 2020 par le gouvernement, elle était initialement appelée à durer jusqu’au 31 août 2021. Les modalités sont les suivantes : le quota des 507 heures de travail annuel exigé pour se voir accorder la prolongation de leurs droits à Pôle Emploi pourra être calculé sur une période supérieure à 12 mois (dans la limite des heures déjà prises en compte pour le calcul des droits précédents), et des revenus fixes seront assurés aux intermittent·es jusqu’au 31 août 2021. Après cette date, les intermittent·es seront de nouveau soumis au régime habituel. La période durant laquelle les droits seront perçus à partir du 1er septembre 2021 pourra néanmoins être très brève : elle s’ouvrira à la date du dernier contrat effectué (et se fermera à cette même date, un an plus tard), même s’il précède de plusieurs mois le 31 août 2021[2]. L’année de droits suivant l’année blanche pourra donc n’être constituée que de quelques mois, favorisant la précarisation des travailleur·ses du secteur culturel.

Entre un été dépourvu de festivals et une saison culturelle qui se résume à deux mois d’ouverture, le monde de la culture et du divertissement reste l’un des secteurs les plus touchés par la crise actuelle. Gratifiés de l’appellation « non-essentiel », les théâtres et cinémas sont une nouvelle fois fermés le 29 octobre 2020, et viennent tout juste de rouvrir, depuis le 19 mai, dans le respect de consignes sanitaires renforcées. Les allocations chômage, censées n’être qu’un complément de revenus s’ajoutant aux cachets des travailleur·ses du spectacle, ont été la seule source de revenu de nombre d’artistes et technicien·nes intermittent·es pendant de longs mois. Mais quelles protections, quelles assurances seront apportées à ces centaines de milliers de travailleur·ses à la suite de ces nouvelles mesures gouvernementales ?

Le mouvement d’occupation des théâtres lancé à l’Odéon le 4 mars 2021 a permis de relancer le débat. Prolongation de l’année blanche pour les intermittent·es et extension du dispositif pour tou·tes les précaires et les intermittent·es de l’emploi, abandon de la réforme de l’assurance chômage, mise en place d’un calendrier de réouverture des lieux culturels… :  telles sont les revendications des occupant·es.

Façade du Théâtre de l’Odéon en lutte, 11 mai 2021 © Émilie Thomasson

Le 21 avril 2021, André Gauron a remis à la ministre de la Culture et à la ministre du Travail un rapport sur la situation des intermittent·es en prévision de la fin imminente de l’année blanche[3]. Ce rapport propose plusieurs pistes : aménagement et renforcement de dispositifs d’aide au cas par cas ou prolongation de l’année blanche d’un an ou de quelques mois. Le 23 avril, le secteur culturel manifestait contre la réforme de l’assurance chômage et pour la prolongation de l’année blanche.

Après plus de deux mois de mobilisation, les revendications du secteur culturel semblent avoir partiellement porté leurs fruits, puisque le 11 mai 2021, le gouvernement annonce enfin la prolongation de l’année blanche jusqu’au 31 décembre 2021. À cela s’ajoutent trois nouvelles mesures, s’appuyant sur les préconisations d’André Gauron. Ces mesures sont destinées à aider les intermittent·es qui n’auraient pas réussi à réunir leur 507 heures le 31 décembre et à faciliter l’accès à l’intermittence des jeunes de moins de 30 ans. Enfin, une enveloppe de 30 millions d’euros sera dédiée à soutenir le retour à l’emploi. Malgré ces annonces, la mobilisation des artistes et technicien·nes ne faiblit pas. La reconduction de l’année blanche pour seulement quatre mois est jugée très insuffisante par ces précaires. En outre, leurs revendications dépassent la logique corporatiste, elles concernent l’ensemble des intermittent·es de l’emploi et comprennent une demande d’annulation de la réforme de l’assurance-chômage, prévue pour juillet prochain.


NOTES

[1] Selon Pôle Emploi, en 2019, le nombre de salarié·es intermittent·es du spectacle s’élève à près de 276 000 personnes. Voir Pôle Emploi, L’Emploi intermittent dans le spectacle vivant en 2019, coll. Statistiques et indicateurs, #20.026, septembre 2020.

[2] Voir Cyriane, « Année blanche : l’après 31 août 2021 pour l’intermittent du spectacle », Movinmotion, 8 mars 2021.

[3] André Gauron (avec le concours de Charlotte Carsin et Claire Lamboley), Situation des intermittents du spectacle a l’issue de l’année blanche. Diagnostic et propositions, rapport à la ministre de la Culture et à la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, 21 avril 2021. Sur ce rapport, voir notamment Jean-Noël Escudié, « Année blanche des intermittents : pas de retour à la normale avant 2022 »Banque des territoires, 22 avril 2021, et Sophie Rahal, « Rapport Gauron : l’après-année blanche sera-t-il rose pour les intermittents ? »Télérama, 22 avril 2021.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (19 mai 2021). A comme Année blanche. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqkx


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search