J comme Jeunesse

Entretien réalisé par Clothilde Cazamajor le 11 mai 2021

Comme on a pu le constater ces derniers temps, la jeunesse est au cœur des problématiques liées à la pandémie. Dans les médias, les discours sur le mal-être étudiant en temps de Covid ont été très largement relayés. Plus positivement, la jeunesse s’est illustrée dans les luttes du milieu du spectacle vivant, dans les nombreuses occupations de conservatoires et d’écoles, ou par la forte présence sur les réseaux sociaux comme Instagram. Les fermetures des théâtres ont aussi entraîné une ruée sur le numérique, notamment les réseaux sociaux, qui sont bien sûr des lieux privilégiés de communication et d’expression. Cet investissement des médiums associés à la jeunesse donne des perspectives de création qui lui ressemblent mais vient aussi les chercher en tant que spectateur·ices sur leur territoire.

Mais être jeune et dans le secteur du spectacle vivant, cela peut aussi correspondre à une multitude de situations qui ne rentrent pas toujours dans ces cas médiatisés. La pluralité et la diversité de ces situations ne peuvent être résumées, et plutôt que de tenter un panorama superficiel de la jeunesse en lien avec le théâtre, il peut être intéressant de proposer une forme alternative. Aussi proposons-nous cet échange spontané avec une jeune travailleuse, aspirante médiatrice culturelle, avec laquelle nous avons discuté de création et de médiation d’un point de vue volontairement situé.

Est-ce que tu peux te présenter s’il-te-plaît ?

Je m’appelle Margot, j’ai 21 ans et j’ai fait une Licence d’Arts du spectacle à l’Université Paris Nanterre. Cette année, j’ai fait un service civique en tant que médiatrice culturelle à Little Villette, de septembre à avril, dans une équipe de six autres personnes en service civique et deux médiatrices culturelles en CDD qui avaient les mêmes missions mais avec plus de responsabilités.

Dans quelle mesure la pandémie a-t-elle affecté tes perspectives de travail et d’études dans le théâtre ? Le contexte sanitaire a-t-il influencé ta décision de faire un service civique ?

Après ma licence, je pensais enchaîner directement avec un master, mais le manque de perspectives lié à la pandémie (l’absence de pratique artistique, la fermeture des lieux) a compromis cela, j’ai eu l’impression d’un avenir un peu bouché. Je ne souhaite pas du tout m’orienter vers la recherche, mais vraiment travailler dans des lieux culturels, au contact du public. J’ai donc pris la décision de faire un service civique pour avoir une pratique de terrain, et acquérir une expérience pour préparer des candidatures de master l’année suivante et avoir une meilleure idée de ce vers quoi je m’engageais. C’était inenvisageable de faire un master dans les arts de la scène en contexte de pandémie pour moi, alors que tout était au point mort, c’était difficile de me projeter.

Comment s’est passé ta première expérience professionnelle dans le monde du spectacle vivant en pleine pandémie ?

Cette première expérience s’est faite dans l’incertitude et l’impossibilité de se projeter dans un futur proche. Avec l’équipe avec laquelle je travaillais, ainsi que la programmation et les tuteurs, on s’est retrouvé à faire les choses au jour le jour. Toutes les équipes travaillaient comme si tout allait rester ouvert jusqu’à ce que ça ferme pendant des mois… On a commencé à travailler en septembre-octobre en se projetant dans les prochains mois, en anticipant tout le contenu programmatif sans prendre en compte la pandémie, et en avisant aux annonces de restriction.

Dans quelles mesures le service civique dans le secteur culturel a-t-il été pour toi une bonne et/ou une mauvaise expérience ?

De manière générale, en ayant juste une licence, le service civique est un dispositif mis en place par l’État qui correspond bien quand on est à ce niveau d’expérience professionnelle et à ce niveau de diplôme universitaire. Mais bien sûr c’est un contrat précaire, qui sert souvent à remplacer des CDD. Mon cas était particulier car la Villette est une grande structure : les promesses du service civique y sont plus souvent respectées. On a une certaine autonomie et, en même temps, un véritable encadrement, on était très accompagnées. Avec mon équipe, on a vraiment bénéficié d’une bienveillance particulière, tout était fait pour favoriser notre apprentissage. Nous n’étions pas non plus laissées à l’abandon, je dirais qu’on a eu un cadre de travail rigoureux mais adapté, pas aussi brutal que le reste du monde du travail. Par rapport à un stage, je ne me suis jamais retrouvée à faire le café ou des photocopies. Les opportunités de mission qui nous étaient proposées étaient réfléchies pour nous enrichir en fonction de nos intérêts et domaines de prédilection. On faisait aussi partie de la masse salariale, avec tous les avantages liés à ce statut.

Quelles ont été les solutions mises en place par toi et ton équipe pour continuer de porter des projets et échanger avec du public malgré les mesures sanitaires ?

Il y a beaucoup de choses qui ont été des échecs… La Villette a toujours été dans une perspective de réouverture prochaine, et dans l’idée de maintenir les programmes, notamment les week-ends thématiques. De mon point de vue, il y a eu beaucoup de temps perdu à faire comme si la situation était normale alors qu’on aurait pu s’adapter plus vite. On a dû réfléchir à des solutions sur le tas, dans un certain découragement et à distance. On avait parfois l’impression de le faire plus pour nous, afin de garder une activité créative, que pour le public, car on a vu qu’on avait peu d’audience. D’autant plus que le public visé est parfois difficile à atteindre, et qu’on était noyées dans la masse de contenus numériques issus de structures qui avaient une meilleure communication, et on s’est rendu compte qu’il y avait une concurrence très rude, que j’avais constatée au premier confinement en tant que spectatrice. J’ai pu observer une concurrence très rude avec les autres structures, institutions culturelles publiques qui continuaient de créer du contenu programmatif, alors que cette concurrence n’existe pas comme ça en temps normal. En tant que spectatrices pendant le premier confinement, on savait qu’il  y avait déjà un effet de ras-le-bol des newsletters et flots d’informations de la part des théâtres.

Quant à nos activités, on a créé du contenu sur une page Instagram qui est dédiée au lieu mais qui a très peu de visibilité. Le compte de Little Fabrique, le compte des services civiques de Little Villette, est dans le flou, on ne sait pas vraiment à quoi il correspond, il y a une ambiguïté pour le public et ça joue sur l’audience. Par exemple, le compte de Little Fabrique a 1160 abonnés : ça donne environ 370 vues sur une vidéo et 13 « j’aime » sur une photo… On a commencé à créer sans aucun moyen, budget zéro, des tutoriels d’arts plastiques sur Instagram, un podcast, des petites vidéos de médiation sur des tableaux. On a surtout travaillé à la création de tutoriels en lien avec le contenu programmatif de La Villette.

Est-ce que tu as une formation ou une sensibilité aux contenus numériques en temps normal ?

Non, et ça a été source de découragement pour l’équipe, car la plupart d’entre nous n’avaient ni intérêt particulier pour le numérique ni de formation dans le domaine. Mais on était obligées de continuer à créer du contenu dans le contexte, parce que le service civique est un dispositif contrôlé, et les tuteurs doivent prouver que les services civiques continuent à produire du contenu. Ce n’était pas vraiment notre vision de la médiation culturelle, on a perdu le lien de transmission et on a eu l’impression d’être perdues dans le flot de contenus numériques.

Est-ce que tu penses que cette expérience largement dématérialisée va affecter la suite de ton travail ou plus largement le secteur du spectacle vivant ?

Dans mon équipe, sur les sept personnes, presque la moitié s’oriente maintenant vers des formations ou des emplois tournés vers le numérique, mais c’est surtout des personnes qui veulent travailler dans le domaine muséal. Pour moi, qui suis dans le spectacle vivant, j’ai l’impression que ça s’intègre moins bien dans mon domaine. Mais je pense quand même que l’on n’a pas le choix : la pandémie a vraiment bouleversé nos pratiques culturelles. Peu importe le domaine, on constate l’avancée du numérique. Toutes les personnes qui travaillent dans la culture vont probablement devoir se former et s’adapter au numérique. 

Est-ce que faire de la médiation auprès d’un jeune public dans le respect des mesures sanitaires a présenté des difficultés particulières ?

Little Villette est un lieu dédié au très jeune public, de 18 mois à 8 ans. C’est un lieu familial où les enfants n’entrent pas seuls mais le plus souvent avec leurs parents. C’est un public très compliqué car il n’est pas captif, le lieu étant totalement gratuit et cela influe beaucoup sur nos rapports. On doit souvent prouver que bien que ça soit gratuit, le contenu est qualitatif, et que l’inscription implique d’être présent à l’atelier, que respecter cela, c’est respecter des ateliers qui ont parfois mis plusieurs jours voire semaines à être créés… Aussi, quand une famille a un enfant de deux ans, et un autre de six ans, il faut trouver des activités qui peuvent intéresser les deux tranches d’âge, ce qui n’est pas toujours évident.

Je n’ai pas connu le lieu avant la pandémie, donc je ne peux pas vraiment faire de comparaison. Mais ce que je peux dire déjà, c’est la difficulté du masque. Communiquer avec des enfants sans qu’ils puissent voir nos visages et sans qu’ils nous connaissent… Se faire comprendre est parfois compliqué. C’est aussi difficile de se faire repérer, alors que le principe est justement que les enfants du quartier connaissent le lieu et les personnes qui l’animent, ce qui est très difficile avec le masque. On se retrouve aussi souvent à sortir de notre rôle de médiatrice et à faire de la gestion de conflits pour veiller aux exigences sanitaires. En septembre-octobre, à l’ouverture, il y avait une pression hiérarchique à ce niveau, car il y avait menace de fermeture si ces mesures n’étaient pas respectées… On se retrouve donc à répéter à chaque personne qui rentre de se laver les mains alors que le lieu n’est pas prévu pour. En temps normal, il y a un bar à jeux où les familles peuvent se retrouver et jouer ensemble, et là ça impliquait de gérer les roulements, de veiller à ce que les temps de jeu soient respectés, de séparer des familles qui jouent ensemble alors que c’est interdit… Ça n’est pas du tout agréable et ça réduit beaucoup pour moi ce que sont la médiation et la transmission.

Personnellement, je faisais des ateliers d’expression corporelle et de théâtre et, avec le masque, il fallait parler très fort. Et puis les jauges étaient très réduites, donc il fallait refuser des enfants, ce qui est compliqué dans la gratuité. Les gens pensent que le service leur est entièrement dû. Dans les ateliers d’expression corporelle, on est très limités par les mesures sanitaires. Ce qui devrait être un moment où les enfants s’oublient, sont libres de s’exprimer dans l’initiation au théâtre, devenait parfois compliqué. Il pouvait y avoir une relative froideur dee notamment à la distance… Mais on a eu la chance pour notre travail de pouvoir continuer les activités en présentiel du fait que les écoles restaient ouvertes. Les intervenants, c’est-à-dire des employés de la Villette qui créent des ateliers en arts plastiques ou en théâtre et qui font des ateliers hors les murs dans des publics scolaires ou du champ social (prison, personnes en situation de handicap), ont pu continuer leur activité. J’ai pu ainsi participer à des ateliers de cirque et d’expression corporelle, et non seulement accompagner mais aussi aider à la mise en place et être au contact des enfants, pas seulement en observation.

À la fin du service civique, à partir de mars, j’ai pu travailler dans le cadre du Festival 100%, qui est un festival d’art contemporain organisé tous les ans par la Villette pour mettre en valeur le travail de jeunes artistes plasticiens et photographes qui sortent des grandes écoles. On a pu accueillir des publics scolaires et périscolaires allant de la maternelle au collège, et créer un parcours de médiation autour des œuvres en plein air sur le parc. Ça a été un grand avantage d’être dans le Parc de la Villette et d’avoir cet espace grâce auquel ces visites ont été autorisées. C’est important, même dans un cadre très institutionnalisé, d’investir l’espace public pour les jeunes du quartier, donc susceptibles de revenir par eux mêmes ou avec leurs parents. Contrairement à septembre, il s’agissait là d’un public captif, donc, en tant que jeune débutante dans la médiation culturelle, c’était plus simple, les enseignants jouaient le rôle d’encadrement. Les publics les plus jeunes, maternels et primaires, étaient ceux qu’on appréhendait le plus au départ car on les confrontait à de l’art contemporain non figuratif, et on appréhendait qu’ils ne soient pas réceptifs. Mais finalement ils ont été les publics les plus sensibles et imaginatifs, ils avaient  une plus grande liberté d’expression, d’interrogation face aux œuvres. Par exemple, les jeunes de 3-11 ans, face à une œuvre qui parle de la nostalgie et qu’on avait abordée en parlant de la pandémie et de la nostalgie du « monde d’avant », n’hésitaient pas à aborder frontalement la mort, d’une manière très libre et sans tristesse, ce qui peut être particulièrement décontenançant. Au contraire, les collégiens avec qui on projetait une communication plus facile, ont été finalement les plus réservés sur leurs émotions, ils étaient davantage dans une distance parfois humoristique face aux œuvres.

En cette saison de théâtre bien particulière, il y a eu beaucoup de discours sur les formes qui étaient proposées, et on a entendu parler d’un effet de saturation face aux captations et événements en ligne, mais aussi d’une grande force de résilience du spectacle vivant avec des propositions protéiformes et innovantes. En tant que jeune dans le secteur du spectacle vivant, comment te situes-tu par rapport à tout ça ?

J’étais une spectatrice très assidue du spectacle vivant avant la pandémie, et je finissais ma licence au début de la pandémie. Au début, j’ai essayé d’accrocher avec les contenus que proposaient les structures que je fréquentais le plus, mais très rapidement j’ai abandonné, du fait de l’effet de saturation. Je me sentais inondée d’informations. Pour moi, le moment social autour du spectacle vivant est nécessaire et je me suis vite complètement désintéressée de ce que proposaient les structures. Mais ça n’a pas atténué mon intérêt, et sur la courte période où on a pu retourner dans les salles de théâtre à l’automne, j’y suis allée toute suite. D’un point de vue personnel, il y a eu beaucoup de propositions que je ne trouvais pas pertinentes, que je sentais détachées des préoccupations liées au contexte. Le flot d’informations ne résonnaient pas toujours justement avec la crise de la pandémie et j’aurais préféré en savoir plus sur ce qui était mis en place pour les différents travailleurs des structures, plutôt que chercher forcément à innover…

Enfin, as-tu un dernier mot à dire sur ce que c’est pour toi d’être jeune travailleuse dans le secteur du spectacle vivant en 2021 ?

J’ai vu beaucoup de propositions intéressantes et de revendications très justes pour moi dans les luttes des travailleurs et travailleuses du secteur du spectacle vivant, mais la fatigue et la lassitude m’ont empêchée de m’y engager plus que ça. En tant que personne qui veut travailler non pas du côté de la création, mais de la médiation, je me suis également sentie peu concernée, bien que solidaire, par certaines postures des personnes du côté de la scène qui oubliaient parfois les personnes de l’ombre tels que les agents de surface, technicien·nes, personnel administratif… Je me sens personnellement chanceuse d’avoir travaillé dans une grande structure car ça m’assure plus que d’autres une stabilité dans le monde professionnel, parfois difficile dans ce secteur. Mais je suis aussi résignée à l’idée de m’ouvrir à tout ce qui va m’être proposé, même si cela s’éloigne de mes intérêts premiers. De mon expérience, il y a une grande solidarité entre les services, les travailleurs et travailleuses, et dans le débordement général de ces derniers mois, j’ai rencontré beaucoup de solidarité dans le secteur.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (27 mai 2021). J comme Jeunesse. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qql0


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search