Entretien avec Raoul Fernandez

Propos recueillis le 14 octobre 2021

Bord de plateau organisé par le Théâtre Monfort à l’issue de la représentation

Avez-vous vraiment vécu tout ce que vous nous racontez dans le spectacle ?

Oui, ce sont des choses de ma vie, les rencontres que j’ai faites… L’auteur, Philippe Minyana, m’a dit un jour : « Raoul, je voudrais écrire un texte pour toi mais sur ta vie. »[1] Il m’a donné rendez-vous chez lui à plusieurs reprises. Je lui ai raconté ma vie, mon travail, les conditions dans lesquelles j’ai quitté mon pays… Il notait tout comme un dingue ! Quelques mois après, il m’appelle et me dit : « Ça y est, Raoul, j’ai fini le texte. J’ai essayé de prendre ton accent en le lisant à haute voix pour voir si ça sonnait bien… Si tu veux le lire, viens. » Je suis venu. Je n’arrivais même pas à lire la première phrase : j’avais un nœud dans l’estomac.

N’avez-vous pas trouvé étrange de jouer votre propre personnage ?

Très étrange ! Mais heureusement, j’étais dirigé par Marcial Di Fonzo Bo qui est l’un des plus grands metteurs en scène français à mes yeux[2]. Il m’a conduit là où il voulait en me protégeant, petit à petit, par les chansons, par les trucs rigolos, par toutes ces choses qui donnent une certaine légèreté au spectacle. Mais c’était difficile car la pièce parle de sujets qui me touchent profondément. Heureusement qu’il y avait l’écriture de Philippe aussi ! Je leur ai fait aveuglément confiance à tous les deux. Si ça avait été un autre écrivain et un autre metteur en scène, je ne sais pas si je serais là ce soir.

Comment avez-vous commencé le métier de comédien ?

J’ai suivi une formation en théâtre à l’Université Paris 8. Mon truc à moi, à l’époque, c’était les costumes, même si je devais quand même faire des exercices sur le plateau dans le cadre des cours de pratique. C’est Stanislas Nordey[3], le premier, qui m’a mis le pied à l’étrier. On était au Festival d’Avignon et je faisais les costumes. On jouait dans une salle qui était très profonde, une sorte d’église à Villeneuve-lès-Avignon[4]. La moitié des comédien·nes étaient sourds-muets, l’autre, non, et moi, je faisais la couture tout au fond du plateau. À un moment, Nordey me demande une robe, je traverse tout le plateau pour la lui donner et, là, il me dit : « Tu peux le refaire, s’il-te-plaît ? » Je lui dis : « Oui, pourquoi pas ? » Il me demande comment j’ai fait, et je lui dis que je suis juste allé de là à là. Les comédien·nes se compliquent la vie. Nordey me demande alors de dire une phrase, je la répète, et il me dit : « Tu apprends très vite ! » Il me dit : « Tu peux la jouer devant 500 personnes ?» Je lui dis : « Oui. » Il me dit : « Tu n’as pas le trac ? ». Je lui dis : « Ben non. » En fait, j’allais avoir le trac…

Vous connaissez vraiment tout Molière, comme vous le dites dans le spectacle ?

Pas tout Molière ! C’est Philippe Minyana qui a exagéré. (Rires.) C’est une exagération délibérée qui permet d’accentuer mon attachement au français parlé à l’époque de Molière. Je ne connais évidemment pas la totalité de ses pièces, mais une grande partie, Le Tartuffe notamment, où j’ai joué le rôle de Dorine : « Avez-vous donc perdu, dites-moi, la parole, / Et faut-il qu’en ceci je fasse votre rôle ? / Souffrir qu’on vous propose un projet insensé, / Sans que du moindre mot vous l’ayez repoussé !… »

C’est grâce à Molière que vous avez appris le français ?

En grande partie, oui. J’utilisais des mots comme « Morbleu »… Pour moi, c’était le français, même si c’est une langue un peu datée. Mais ça n’a pas tellement changé, si ? (Rires dans la salle.)

Pourquoi tous ces tissus sur le plateau ?

Ces tissus viennent de nombreux pays différents, d’Afrique, d’Indonésie, d’Égypte… C’est le metteur en scène qui voulait tous ces tissus. Comme on parle de la couture et de mon travail de costumier… Pour le fond de scène, il y a deux versions. Il s’agit là de la nouvelle version créée pour le Monfort et qu’on va emporter en tournée dans quelques jours, au Mexique, en Colombie, au Venezuela, en Équateur et en Bolivie. Dans la version précédente, il s’agit d’un rideau qui a servi pour Le Frigo de Copi dont je parle au tout début du spectacle. C’est un rideau énorme, peint à la main, qui était dans la mise en scène de Copi lui-même et qu’a peint Juan Stoppani[5]. C’est un tableau, une véritable pièce de musée qui va avoir presque cinquante ans, et on avait peur qu’il s’abîme…

En Amérique du sud, vous jouerez en espagnol ou en français ?

On jouera en espagnol, mais s’ils me demandent de jouer en français, je le ferai avec grand plaisir. Mais il faut qu’on me prévienne au moins la veille… (Rires.) Normalement, on le fait en espagnol mais, en Amérique Latine, beaucoup de monde parle français. Les lycées français font un travail formidable là-bas.

Quelle est la signification du rat géant lors de la scène où vous jouez un passage du Phèdre de Racine ?

(Raoul Fernandez se tourne vers l’arrière de la scène.) Luigi ! On parle de toi ! Le rat s’appelle Luigi. C’est parce que l’écrivain Copi qui était aussi acteur jouait souvent avec un rat sur scène, une marionnette. C’est un clin d’œil à Copi. En plus, c’est un bon partenaire ! Il est très sage, très bon acteur. (Rires. Il se retourne.) Hein, Luigi ?

Qui est « l’actrice aux blancs cheveux » que vous mentionnez pendant le spectacle ?

C’est Catherine Hiegel[6] que vous pouvez aller voir jusqu’au 31 décembre au Théâtre de la Porte Saint-Martin dans une pièce de Jean-Luc Lagarce mise en scène par Marcial. Le titre, c’est Les Règles du savoir-vivre dans la société moderne. C’est la première fois qu’elle est seule en scène et elle est magnifique ! Je fais sa publicité. (Rires.)

Est-ce que vous cousez toujours?

Oui, toujours. Il y a deux mois, j’ai fait 450 costumes pour l’Opéra de Paris pour Le Soulier de Satin[7]. C’est la première fois qu’on a adapté la pièce de Claudel pour l’opéra : ça durait presque 12 heures, et c’était magnifique. Et j’avais 450 costumes à faire pour un très grand nombre de personnages ! C’est d’ailleurs Nordey qui a fait la mise en scène.

Êtes-vous une femme transgenre ou vous considérez-vous comme un homme ?

J’ai été élevé comme une fille. Mes parents ont perdu leurs deux premiers enfants. Mon papa pensait qu’ils étaient morts parce qu’ils étaient nés garçons. Alors il voulait une fille. Il pensait que la femme est plus forte que l’homme. C’est vrai, la femme a une force que n’a pas l’homme. Mon papa le pensait, et ma maman aussi. Il m’ont donc élevé comme une fille. Et quand je suis arrivé à Paris, Copi m’a fait découvrir mon côté féminin. Quand j’ai travaillé à l’opéra, j’ai commencé à prendre des hormones. Je voulais complètement changer de sexe. Plus tard, j’ai fait une véritable enquête auprès de transsexuels de 60-70 ans, j’en ai interrogé près d’une soixantaine pour savoir comment ils vivaient et comment me projeter dans l’avenir et je me suis rendu compte à quel point c’était compliqué. C’était il y a 40 ans : à cette époque, la seule destinée professionnelle pour un transsexuel, c’était la prostitution… ou les drogues… ou le suicide… C’était horrible, ils étaient marginalisés. Alors je me suis dit que je ne voulais pas ça pour moi.

Si vous aviez eu 20 ans aujourd’hui, à une époque où la transidentité est plus acceptée, auriez-vous fait les démarches pour aller jusqu’au bout de la transition ?

Au théâtre, on me proposait des rôles de femmes. Le plaisir, je le trouvais là : me travestir pour un plateau. Dans la vie, je suis de nature timide. Je n’aime pas trop me montrer, parler de moi… Mes amis le savent. L’une des raisons pour lesquelles Philippe Minyana a sous-titré la pièce « Qu’est-ce qu’on entend derrière une porte entrouverte ? », c’est qu’il y a des choses de ma vie que je ne veux pas trop évoquer. Mais au théâtre, on peut tout faire. Heureusement, les mentalités ont beaucoup changé. La société devient plus tolérante et il faut se battre pour que cela continue. La liberté est tellement fragile. Tout peut changer d’un moment à un autre, à cause de ceux qui nous gouvernent, des médias… Vous, la jeunesse, vous devez vous poser des questions et vous battre pour garder vos droits en tant que femmes et en tant qu’hommes. C’est important !

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui veut être comédien ou comédienne ?

Le conseil serait : « Vas-y ! » (Rires.) C’est magnifique, c’est un très beau métier. Même si on y laisse des plumes, je pense que c’est l’un des plus beaux métiers du monde. Moi, je l’adore. « Vas-y, va voir beaucoup de spectacles, lis beaucoup, cultive-toi, rencontre des artistes, va au musée, regarde des films, des séries… » Parce que les acteur·trices sont le reflet de la société; on ne doit pas être des éducateur·rices, mais c’est à travers nous que les metteur·ses en scène, les musicien·ses etc. disent quelque chose de notre monde. Une société qui oublie ses artistes est destinée à mourir parce que l’art fait partie de nous, de la naissance jusqu’à la mort. Quand un pays oublie l’art, c’est un mauvais signe…

Vous avez joué Portrait de Raoul pendant le confinement en streaming live alors que la salle était vide. Comment avez-vous traversé cette incroyable période où les théâtres étaient interdits au public mais où vous avez tenté malgré tout de proposer des choses ?

C’était très dur, mais Marcial a toujours gardé toute son équipe à la Comédie de Caen au travail. Il a organisé des spectacles en streaming via internet, et il a permis à toutes les compagnies qui étaient programmées de continuer à répéter. Les comédien·nes étaient payé·es. On venait avec les masques, on faisait des scènes d’amour à quinze mètres l’un de l’autre… Mais on a pu rester en activité. À ce moment-là, j’habitais encore à Paris. J’ai passé le confinement dans mon petit studio à Paris et j’allais devenir dingue ! J’étais tout seul, je parlais à ma chaise et à ma table ! (Rires.) Depuis, j’ai déménagé à Caen. La Comédie de Caen fait d’ailleurs un très gros travail d’implantation dans la région normande. J’ai notamment eu l’occasion de jouer Portrait de Raoul à la Maison d’Arrêt de Caen, où se trouvent des détenus condamnés à des lourdes peines. Je l’ai joué devant des mecs qui étaient impressionnants… C’est une chose qui m’importe beaucoup : quand on est privé de sa liberté, même si on a fait la pire des conneries, on reste humain et ça doit être horrible. Du coup, quand on m’a proposé de jouer en prison, j’ai accepté. Je fais mon entrée en scène avec tous mes sacs et je vois 45 mecs, chacun à deux mètres l’un de l’autre, avec plein de gardiens derrière eux. Oh la la !… En plus, on m’avait dit avant : « Fait gaffe parce que ces mecs, ils ont l’après-midi de libre et s’ils n’aiment pas, ils se barrent… ou ils cassent leur chaise… ou ils disent de gros mots… » On m’avait préparé psychologiquement. Au début, ils n’avaient pas l’air commode, mais à la fin, il y en avait trois qui pleuraient. Et avec eux, j’ai fait un atelier autour de Saint-Exupéry, du Petit Prince et de Vol de nuit. Tout ça, c’est grâce à Marcial et à son équipe qui font un travail vraiment formidable.


NOTES

[1] Avant Portrait de Raoul, Raoul Fernandez a croisé le chemin de l’auteur de théâtre Philippe Minyana à plusieurs reprises, notamment dans le cadre des créations de trois de ses pièces où il est intervenu comme costumier et/ou comédien : La Petite dans la forêt profonde (mise en scène de Marcial Di Fonzo Bo, Comédie-Française, 2008), Une femme (mise en scène de Marcia Di Fonzo Bo, Théâtre de la Colline, 2014) et 21, rue des sources (mise en scène de Philippe Minyana, Abbaye des Prémontrés, 2017). C’est en 2018 qu’est créé Portrait de Raoul à la Comédie de Caen dans la mise en scène de Marcial Di Fonzo Bo. Le texte Portrait de Raoul. Qu’est-ce qu’on entend derrière une porte entrouverte ? a été publié aux éditions Les Solitaires Intempestifs en 2019.

[2] En tant que comédien, Raoul Fernandez collabore régulièrement avec Marcial Di Fonzo Bo, acteur, metteur en scène et actuel directeur de la Comédie de Caen. Entre autres créations, citons Eva Perón (Copi, 2001), Le Frigo (Copi, 2007), La Petite dans la forêt profonde (Philippe Minyana, 2008) et Une femme (Philippe Minyana, 2014).

[3] En tant que comédien et costumier, Raoul Fernandez collabore depuis de longues années avec Stanislas Nordey. Comme comédien, il participe notamment aux spectacles Comédies féroces (Molière et Werner Schwab, 1998), Porcherie (Pier Paolo Pasolini, 1999), La Puce à l’oreille (Georges Feydeau, 2003), Se Trouver (Luigi Pirandello, 2012), Par les villages (Peter Handke, 2013)… En 2013, il réalise les costumes de Tristesse Animal Noir d’Anja Hilling (Théâtre de la Colline) et de l’opéra Lucia Di Lammermoor de Gaetano Donizetti (Opéra de Lille).

[4] Il s’agit de la création de la pièce de Hervé Guibert, Vole mon dragon, créée par Stanislas Nordey au Tinel de la Chartreuse dans le cadre des Rencontres de la Chartreuse en juillet 1994.

[5] Le Frigo, texte et mise en scène de Copi, a été créé au Théâtre Fontaine dans le cadre du Festival d’Automne à Paris en octobre 1983.

[6] Raoul Fernandez donne la réplique à Catherine Hiegel dans La Petite dans la forêt profonde (texte de Philippe Minyana, mise en scène de Marcia Di Fonzo Bo, Comédie-Française, 2008). Il la retrouve comme partenaire de jeu dans Le Prix des boîtes de Frédéric Pommier mis en scène par Jorge Lavelli au Théâtre Athénée-Louis Jouvet en 2013.

[7] Le Soulier de satin, opéra en quatre journées d’après Paul Claudel, musique et direction de Marc-André Dalbalvie, livret de Raphaèle Fleury et mise en scène de Stanislas Nordey, a été créé en mai 2021 au Palais Garnier, Opéra national de Paris.

Portrait de Raoul
Texte de Philippe Minyana et mise en scène de Marcial Di Fonzo Bo
Avec Raoul Fernandez dans son propre rôle
Création à la Comédie de Caen en 2018
© Jean-Louis Fernandez


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La servante (6 janvier 2022). Entretien avec Raoul Fernandez. La servante. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qql6


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search