Kindertotenlieder

Poétique et politique de la lenteur

Texte de Maëlle Collorec


Créé en 2007 au Quartz Scène nationale de Brest puis fréquemment repris ensuite jusqu’aux représentations d’octobre 2021 au Centre Pompidou dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, Kindertotenlieder de Gisèle Vienne laisse la place à un vertigineux déploiement corporel et sensoriel. Sur le plateau enneigé, les corps des comédien·nes se meuvent très lentement tandis que ceux des marionnettes restent complètement immobiles. Face à ce qui peut apparaître comme de la prudence, il est intéressant de se demander ce que sert cette décélération du mouvement dans le spectacle, par ailleurs profondément violent.

Continuer la lecture de « Kindertotenlieder »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search