T comme TikTok

Texte de Lucie Régnier 

« Le smartphone aujourd’hui n’est pas seulement un écran, c’est aussi un stylo-caméra qui donne la possibilité de s’exprimer et d’écrire au quotidien. »[1] Cette phrase de Laurence Allard, sociologue des usages numériques, résume bien l’utilité et l’importance des réseaux sociaux dans notre société actuelle. TikTok, petit nouveau de la grande bande des réseaux regroupant Instagram, Twitter, Facebook ou encore Snapchat, est aujourd’hui la plateforme la plus téléchargée dans le monde, avec plus de 800 millions d’utilisateurs actifs à ce jour.

Continuer la lecture de « T comme TikTok »

S comme Stand-up

Texte de Mélanie Almaleh

« Pour faire rire le public, il faut en avoir besoin. »[1]

Cet adage de l’humoriste Gad Elmaleh constitue l’un des fondements du stand-up. Développé aux États-Unis, ce genre comique implique que « le comique sur scène installe une interaction complice avec le public, en donnant l’impression qu’il s’agit plus d’une discussion improvisée et moins d’un texte récité à la virgule près – il passe ainsi d’un sujet à l’autre au risque de relier des histoires qui n’ont rien à voir les unes avec les autres »[2]. Or c’est précisément cette forme d’interaction participative qui a été mise à mal par la crise sanitaire et des mesures gouvernementales telles que confinement et fermeture des lieux culturels. Comme Sophie Quirk a pu l’écrire, « Le stand up n’est pas un monologue, mais une conversation »[3]. Une question s’impose alors à nous et surtout au monde du spectacle vivant : est-il possible de maintenir cette conversation quand les salles sont interdites au public et, si c’est le cas, sous quelles formes ? Une chose est certaine : « Il n’est sans doute pas de discipline artistique moins adaptée aux nouvelles règles de distanciation sociale et de gestes barrière que cet art scénique, pratiqué dans de toutes petites salles congestionnées et sans fenêtres, souvent des caves, devant des spectateurs entassés les uns contre les autres, qu’il s’agit de faire rire bouche grande ouverte pendant une heure. L’adage n’a jamais été aussi actuel : le rire est contagieux. Pourra-t-il ne pas l’être ? »[4] Dans ces conditions, comment s’adapter ?

Continuer la lecture de « S comme Stand-up »

P comme Présence

Texte de Nathalie Carvalho et Laura Garro

Depuis la crise sanitaire, un nouveau couple d’antonymes a fait son apparition dans le langage courant : on oppose désormais le « présentiel » et le « distanciel ». Le premier terme désigne les expériences que nous continuons de pouvoir faire en présence d’autres individus, c’est-à-dire en étant présents de façon conjointe dans un même lieu, pour partager une expérience commune hic et nunc. Le « distanciel » désigne au contraire ces expériences nouvelles qui nécessitent la médiation d’un outil technologique et nous permettent de partager une expérience commune à un instant donné, mais en se situant dans des espaces différents et séparés : toujours nunc tandis que hic se parcellarise et se décline désormais au pluriel. Or il faut rappeler que le véritable antonyme de « présence » n’est pas « distance » mais « absence », et que le « distanciel » n’est pas une expérience identique à celle de l’absence.

Continuer la lecture de « P comme Présence »

J comme Jeunesse

Entretien réalisé par Clothilde Cazamajor le 11 mai 2021

Comme on a pu le constater ces derniers temps, la jeunesse est au cœur des problématiques liées à la pandémie. Dans les médias, les discours sur le mal-être étudiant en temps de Covid ont été très largement relayés. Plus positivement, la jeunesse s’est illustrée dans les luttes du milieu du spectacle vivant, dans les nombreuses occupations de conservatoires et d’écoles, ou par la forte présence sur les réseaux sociaux comme Instagram. Les fermetures des théâtres ont aussi entraîné une ruée sur le numérique, notamment les réseaux sociaux, qui sont bien sûr des lieux privilégiés de communication et d’expression. Cet investissement des médiums associés à la jeunesse donne des perspectives de création qui lui ressemblent mais vient aussi les chercher en tant que spectateur·ices sur leur territoire.

Continuer la lecture de « J comme Jeunesse »

Z comme Zoom

Texte de Samuel Partouche

Devenu d’usage commun depuis le début de la pandémie du fait du développement du télétravail, de l’enseignement à distance ou de rituels sociaux et amicaux favorisés par les confinements successifs – le fameux « apéro-zoom » –, le logiciel de visioconférence Zoom fait désormais partie de l’environnement numérique du spectacle vivant. Non seulement il est utilisé dans le contexte quotidien du travail de création, mais il peut également constituer le medium de la création elle-même. C’est notamment le cas pour ces deux créations pensées et conçues pour Zoom : Là tu me vois ? du dramaturge et metteur en scène Guillermo Pisani[1], et Traces of Antigone (un diptyque également composé de Hotel Antioedipus), mis en scène par la chercheuse et artiste Elli Papakonstantinou[2].

Continuer la lecture de « Z comme Zoom »

C comme Cri

Texte de Camille Doucet

C comme Cri : « Son animal ou humain ». À la fois inintelligible car vide de mots et pourtant éminemment expressif car plein de sens, il est par-dessus tout communicatif. Il communique entre ceux qui ne parlent pas la même langue un message clair : l’urgence. C’est le propre du cri, un son qui ne peut pas ne pas sortir, qui est nécessaire et par là : essentiel. Communicatif aussi parce qu’on le rejoint, comme une meute qui perce le silence de la nuit, il appelle à être rallié. On ne peut pas crier dans la ville ? Eh bien c’est fait. À 17 heures tous les jours devant les théâtres fermés, on crie à présent.

Continuer la lecture de « C comme Cri »

A comme Année blanche

Texte d’Émilie Thomasson

6 mai 2020. Alors que les salles de spectacle sont fermées depuis le 15 mars et les rassemblements de plus de 100 personnes interdits, le gouvernement annonce la mise en place de mesures d’urgence pour les intermittent·es du spectacle. Soulagement dans les rangs des quelques 276 000 artistes et technicien·nes de la culture dont le statut d’intermittent, non seulement difficile à obtenir, est aussi extrêmement précaire[1].

Continuer la lecture de « A comme Année blanche »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search